ESTHÉTIQUELes catégories esthétiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les interrelations des catégories esthétiques

La possibilité d'inventer toujours de nouvelles catégories explique l'évolution du problème traditionnel de leur classification. Au xixe et au début du xxe siècle, on en a dressé des tableaux qui en limitaient et voulaient en arrêter définitivement le nombre ; les auteurs plus récents ont cherché des principes de classification plus souples et, surtout, qui permettent à leurs tableaux de s'élargir indéfiniment (ainsi est conçu, par exemple, le tableau en roue d'É. Souriau dans son article Art et vérité).

Le désir de classification répond à ce fait d'expérience que plusieurs catégories peuvent avoir un ou plusieurs points communs, ou s'opposer par rapport à un même caractère que l'une implique et l'autre exclut. Par sa grandeur, notée plus haut, l'épique rejoint le noble, le beau, le tragique, et s'oppose au joli et au mignon ; dynamique, l'épique rejoint le dramatique ou le mélodramatique, ou même la vis comica de drôleries tumultueuses, et répugne aux beautés calmes ; multiple et foisonnant, il refuse les dépouillements austères.

Certaines catégories apparaissent donc comme antithétiques, d'autres comme voisines ; certaines sont des espèces de genres plus vastes, quand elles se définissent par les mêmes caractères que les catégories genres auxquelles s'ajoutent de nouveaux traits. D'autres peuvent se combiner ; d'autres se recoupent.

Mais le nombre des points sur lesquels les catégories esthétiques peuvent se rejoindre ou se disjoindre est infini, et les catégories esthétiques ne se définissent pas toutes dans les mêmes zones de l'être. Grandeur et petitesse, par exemple, sont indifférentes au comique : il y a du comique fin, du comique gros et, même, du comique énorme. Deux catégories qui n'ont aucun point de définition commun peuvent exister séparément ou se cumuler : il existe ainsi du dramatique mystérieux, du dramatique non mystérieux, du mystérieux non dramatique (et, bien sûr, du ni-dramatique-ni-mystérieux). Le naïf et le tragique sont totalement indépendants l'un de l'autre ; [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ESTHÉTIQUE  » est également traité dans :

ESTHÉTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 1 611 mots

Qu'est-ce que l'esthétique ? Le philosophe allemand Martin Heidegger la définissait, en 1936, comme « la science du comportement sensible et affectif de l'homme et de ce qui le détermine », étant entendu que ce déterminant est le beau, que le beau peut aussi bien apparaître dans la nature qu'être issu de l'art, et que l'homm […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 348 mots

Esthétique : le mot est assez neuf, et l'institution l'est plus encore ; la première revue d'esthétique, la Zeitschrift für Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft, a été lancée en 1904, et en France la première chaire d'esthétique a été créée en 1921, à la Sorbonne, pour Victor Basch. Et pourtant la tâche que l'esthétique comme disc […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

L'esthétique traditionnelle – l'esthétique d'avant l'esthétique, si l'on s'avise du caractère récent de la discipline esthétique qui date de 1750 (année de parution du tome I de l'Aesthetica de Baumgarten) – a mêlé théorie du Beau et doctrine (normative) de l'art. […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 074 mots
  •  • 2 médias

La notion d'« expérience esthétique » recouvre des acceptions très distinctes. De nos jours, le sens « subjectiviste » qu'a légué le xixe siècle paraît avoir prévalu, sans qu'il faille pour autant privilégier le point de vue du spectateur : nous trouvons normal, par exemple, qu'un compositeur nous parle de lui-même dans sa musique ; nous écartons ains […] Lire la suite

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « De l'allégorie au symbole »  : […] Ainsi autorisée par la théologie, l'allégorie a connu un prodigieux essor dans la littérature et l'art du Moyen Âge – au point que la pensée médiévale tout entière a pu être qualifiée d'allégorique. Tout s'entrelace, tout se répond dans un monde saturé de signes, sorte de livre où déchiffrer les marques du Créateur – mais aussi miroir de soi dans la quête amoureuse du Roman de la Rose ( xiii e   […] Lire la suite

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes et le sens »  : […] Lorsque Kant oppose la « beauté adhérente », déterminée par la perfection de ce que doit être l'objet dans lequel elle se manifeste, à la « beauté libre », sans concept, il prend pour exemple de cette dernière non seulement les fleurs, le colibri, l'oiseau de paradis, les crustacés marins, les rinceaux ou les papiers peints, mais encore la « musique sans texte ». L'art abstrait tout entier ne ris […] Lire la suite

AISTHESIS (J. Rancière) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 1 077 mots

En 1946, Erich Auerbach publiait Mimésis , un essai qui fit date. Comme le précisait son sous-titre, l'ouvrage se proposait de décrire l'évolution de « la représentation de la réalité dans la littérature occidentale », de l' Odyssée d'Homère à La Promenade au phare de Virginia Woolf. À chaque chapitre, Auerbach partait de l'examen d'un extrait d'une œuvre qui lui permettait, comme à travers une […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

On définit généralement l'allégorie en la comparant au symbole , dont elle est le développement logique, systématique et détaillé. Ainsi, dans la poésie lyrique, l'image de la rose apparaît souvent comme le symbole de la beauté, de la pureté ou de l'amour ; Guillaume de Lorris en a fait une allégorie en racontant les aventures d'un jeune homme épris d'un bouton de rose. Il est évident qu'entre le […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Brigitte DERLON, 
  • Monique JEUDY-BALLINI
  •  • 3 610 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les esthétiques locales »  : […] L’assimilation de l’esthétique au beau, et du beau à une catégorie occidentalo-centrée, a longtemps différé la reconnaissance et l’étude des systèmes locaux de valeurs. Malinowski, en son temps (1935), nota pourtant « l’énergie considérable dépensée à des fins purement esthétiques » par les horticulteurs mélanésiens. Forge (1979) observa quant à lui que certaines populations de Nouvelle-Guinée ten […] Lire la suite

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « L'anti-art et ses avatars »  : […] Le destin de l'anti-art ne traduit pas, depuis, cette violence extrême. Au fur et à mesure que l'art d' avant-garde a été accepté, classé, valorisé financièrement par les critiques, les musées et les marchands, l'anti-art est devenu l'épiphénomène de l'art. Si Breton n'y a jamais fait appel, s'il a même contribué à perpétuer à sa manière la vocation subversive de l'art proprement dit, son ami Mar […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne SOURIAU, « ESTHÉTIQUE - Les catégories esthétiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-les-categories-esthetiques/