ESSAIS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Roman JakobsonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du phonème aux traits distinctifs

« La description comparative des systèmes phonématiques [≈ phonologiques] de langues nombreuses et diverses, et leur confrontation avec l'ordre des acquisitions phonématiques dans l'apprentissage du langage par l'enfant, ainsi qu'avec le démantèlement progressif du langage et du système phonématique dans l'aphasie, nous fournissent d'importantes indications sur l'interrelation et la classification des traits distinctifs. Le progrès linguistique, et singulièrement phonématique, de l'enfant, et la régression de l'aphasique obéissent aux mêmes lois d'implication. [...] C'est sur les mêmes lois d'implication que reposent les langues du monde, dans leurs aspects statiques comme dans leurs aspects dynamiques. »

L'apprentissage de leur langue par les locuteurs (par opposition à l'apprentissage de langues étrangères), la décomposition de la communication par l'atteinte aphasique et la description interne des langues du monde sont conçus par Jakobson comme autant d'expérimentations en grandeur nature des principes de la phonologie et de la syntaxe. À la recherche des éléments premiers des langues (soit des unités primitives qui n'en contiendraient plus d'autres), il propose de faire remonter la décomposition en deçà du phonème, jusqu'aux « traits distinctifs » dont la combinaison (en faisceau de traits) et l'opposition (binaire) permettent d'articuler la structure phonologique d'une langue selon une certaine distribution de traits universels, et un certain état des relations entre marques.

Dans ce cadre, le [b] du français se définit comme la réunion des traits suivants : — vocalique (c'est une consonne), par opposition à [a], [i], [u]... ; — continu (c'est une consonne occlusive), par opposition à [f], [v]... ; — nasal (c'est une consonne orale), par opposition à [m], [n] ; — sourd (c'est une consonne sonore), par opposition à [p], [t], [k] ; — arrière (c'est une consonne réalisée à l'avant), par opposition à [g] ; — dental (c'est une consonne labiale), par op [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ESSAIS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Roman Jakobson  » est également traité dans :

LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre KUENTZ
  •  • 5 324 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Poétiques »  : […] C'est une combinaison assez différente de linguistique et de littérature qui s'est organisée dans le domaine de la poétique, sur un système d'échanges plus que de complémentarité. On suppose ici que la réponse à la question « qu'est-ce qui fait qu'un texte littéraire est un texte littéraire ? » doit pouvoir être obtenue à l'aide de critères formels dont la linguistique est censée fournir les princ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-litterature/#i_32547

PARADIGME, linguistique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 684 mots

Au sens traditionnel du terme, un paradigme est l'ensemble caractéristique des formes fléchies d'un morphème lexical. Ainsi, dans une langue à cas, le nom, le pronom, l'adjectif prennent, selon le genre, le nombre, la personne qui leur sont propres et les rapports qu'ils ont aux autres éléments de la phrase, des désinences particulières : on dit qu'ils se déclinent. Le paradigme de la première déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paradigme-linguistique/#i_32547

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel BERGOUNIOUX, « ESSAIS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Roman Jakobson - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/essais-de-linguistique-generale/