ESSAI SUR L'ORIGINE DES LANGUES, Jean-Jacques RousseauFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'histoire et le progrès des langues »

« La langue de convention n'appartient qu'à l'homme. Voilà pourquoi l'homme fait des progrès, soit en bien soit en mal, et pourquoi les animaux n'en font point. » L'histoire de l'origine des langues est celle d'une dégradation continue, qu'accompagnent la promotion technique et la marche vers le despotisme. Contraint par la linéarité de l'écriture, qui est perte du « génie » de la langue (chap. v), Rousseau retrace cette histoire, mais en ménageant des pauses temporelles et poétiques – « Supposez un printemps perpétuel sur la terre ; supposez partout de l'eau, du bétail, des pâturages... » –, et surtout, sans évoquer stricto sensu l'état de nature – cet homme « dépouillé » de tous les attributs de la société dont la description ouvre le Discours sur l'inégalité. Rousseau considère cette fois l'homme dans un état intermédiaire entre nature et société. D'où le pluriel du titre, qui suppose une différenciation d'après l'origine de l'humanité, éparse, encore muette.

La construction même de l'Essai n'est pas linéaire. Après un premier chapitre sur les « divers moyens de communiquer nos pensées » que sont le geste et la voix, Rousseau évoque la langue primitive : né des passions, non des besoins, chant et non langue articulée, « le premier langage dut être figuré ». En trois chapitres (v, vi, vii) consacrés à l'écriture, à la langue d'Homère et à la prosodie moderne, il introduit l'argument central de la perte de vocalité de la langue, remplacée par l'articulation : la langue de la raison – le français – s'est substituée à celle du cœur – le grec. C'est alors que, reprenant la classique opposition Nord-Midi, Rousseau en vient à l'origine des langues, dont la principale cause de différenciation est « locale ».

Les langues méridionales sont nées les premières ; avant « l'inclinaison de l'axe du globe », dans le « printemps perpétuel » imaginé par Rousseau, le langage est réduit au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, maître de conférences à l'université de Poitiers

Classification


Autres références

«  ESSAI SUR L'ORIGINE DES LANGUES, Jean-Jacques Rousseau  » est également traité dans :

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre «  La pitié, un élan vers autrui »  : […] Moins métaphysiques seront les approches généalogiques de nos relations avec les autres. Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) reprend l’hypothèse bâtie par Thomas Hobbes (1588-1679) dans le Léviathan (1651) , celle d’un « état de nature » ayant précédé l’état de société. Bien que très critique à l'égard de Hobbes, il doit concéder que, si les hommes avaient un jour vécu isolés, ils auraient été im […] Lire la suite

LANGAGE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 304 mots

Dans le chapitre « L’énigme de l’origine des langues »  : […] La thèse de l’arbitraire du signe va néanmoins soulever une difficulté entrevue par Platon. Si aucun lien logique n’unit le mot à la chose, il a fallu des conventions entre les membres des différentes sociétés pour s’accorder sur le langage. Nous abordons ici la question insoluble de l’ origine des langues . Car, s’il a fallu des conventions, comment les hommes ont-ils pu contracter les uns avec l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anouchka VASAK, « ESSAI SUR L'ORIGINE DES LANGUES, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-l-origine-des-langues/