ESSAI SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, John LockeFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dialogue manqué avec Leibniz

L'ouvrage de Locke connut un considérable succès partout en Europe, surtout à partir de sa traduction par le Français Pierre Coste (1668-1747), protestant exilé à Londres, où elle parut en 1700. C'est cette édition qu'a connue et annotée Leibniz, auquel Coste fit même parvenir, en 1707, des additions et révisions de Locke. Leibniz avait d'abord tenté de correspondre directement, mais en vain. Le dialogue prendra alors une forme fictive, entre les représentants des thèses adverses – Théophile et Philalète – dans de Nouveaux Essais sur l'entendement humain qu'il rédige en 1703. Après la mort de Locke (1704), Leibniz se désintéresse progressivement de son manuscrit, qui ne sera publié qu'en 1765... Tels qu'ils nous sont parvenus, les Nouveaux Essais n'en demeurent pas moins l'une des expressions les plus fécondes et « détendues » (J. Brunschwig) de la pensée de leur auteur, alors pleinement en possession de son « système » et comme libéré d'avoir à suivre la profusion de son prédécesseur. Le peu d'intérêt que lui avait témoigné Locke disait plus pourtant que le refus de confronter des thèses : le philosophe anglais s'oppose explicitement à toute « physique » (science) de l'esprit pour se borner à un « essai » qui porte sur la façon de connaître. En d'autres termes, il veut ignorer toute approche essentialiste de l'entendement ; la pensée de Leibniz, au contraire, présuppose absolument une telle « essence » – ce qu'exprime la notion de monade, puis son développement en une Monadologie. « Empirisme » et « rationalisme » ne sauraient débattre terme à terme : la divergence est ici de principe.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ESSAI SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, John Locke  » est également traité dans :

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La civilisation conçue comme actualisation de la culture »  : […] C'est à Locke et à l' Essai sur l'entendement humain (1690) qu'appartient la formulation générale de la relativité des normes : « Qui prendra la peine – peut-on lire dans le premier livre, Que nuls principes de pratique ne sont innés – de lire avec soin l'histoire du genre humain, et d'examiner d'un œil indifférent la conduite des peuples de la Terre, po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_31835

LOCKE JOHN (1632-1704)

  • Écrit par 
  • Geneviève BRYKMAN
  •  • 3 989 mots
  •  • 1 média

Dans le devenir des idées, certaines œuvres paraissent des jalons privilégiés et ont une portée qui leur donne le statut d'« événements ». L' Essai sur l'entendement humain du philosophe anglais John Locke est de celles-là. Paru en 1690, constamment réédité, l' Essai était devenu, dès 1692, l'ouvrage de base de l'enseignement philosophique au Trinity Col […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-locke/#i_31835

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « ESSAI SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, John Locke - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-l-entendement-humain/