ESSAI SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, John LockeFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Empirisme et science des signes

John Locke est proche des milieux scientifiques de la Royal Society, qui mettent en œuvre – avec Boyle, Sydenham, Huyghens, Newton – l'observation et l'expérimentation. Tout un travail critique lui paraît nécessaire pour dégager la nouvelle science de conceptions inopérantes et d'obstacles liés à l'emploi de la langue commune. Il s'emploie d'abord à réfuter (livre I : « Des idées innées ») les arguments en faveur de l'innéisme : le consentement universel, l'existence de principes premiers (dans le domaine de la morale en particulier, la prétendue adhésion à un principe supposé inné de la vertu prouve seulement que celle-ci est « avantageuse » à l'homme) ; la connaissance procède pour l'essentiel de l'expérience, dès lors que l'on distingue l'« impression que les objets extérieurs font sur nos sens, et les propres opérations de l'âme concernant ces impressions ». Le livre II : « Des idées », ayant établi que l'homme « ne pense pas toujours » (ce qui oppose Locke aux cartésiens), détaille la formation de nos connaissances, du plus simple au plus complexe. Le livre III : « Des mots », étudie le rôle du langage, signe de la pensée, mais dont les « imperfections naturelles » peuvent générer obscurités et incertitudes. Dans le livre IV et dernier : « De la connaissance », Locke distingue une « connaissance sensitive » qui établit l'existence des êtres empiriques, à côté de la connaissance intuitive et de la connaissance démonstrative. Cette dernière lui paraît pouvoir s'étendre à la morale – mais Locke sépare le domaine du connaître de celui de la foi ou de l'opinion ; il anticipe ainsi nettement la démarche qui sera celle de Kant. L'Essai se termine par un exposé « de la division des sciences » : la « physique » (ou « philosophie naturelle ») ; la « pratique » (qui « enseigne les moyens de bien appliquer nos propres puissances et actions, pour obtenir des choses bonnes et utiles ») ; enfin la « logique » ou semé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  ESSAI SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, John Locke  » est également traité dans :

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La civilisation conçue comme actualisation de la culture »  : […] C'est à Locke et à l' Essai sur l'entendement humain (1690) qu'appartient la formulation générale de la relativité des normes : « Qui prendra la peine – peut-on lire dans le premier livre, Que nuls principes de pratique ne sont innés – de lire avec soin l'histoire du genre humain, et d'examiner d'un œil indifférent la conduite des peuples de la Terre, pourra se convaincre lui-même qu'excepté les […] Lire la suite

LOCKE JOHN (1632-1704)

  • Écrit par 
  • Geneviève BRYKMAN
  •  • 3 989 mots
  •  • 1 média

Dans le devenir des idées, certaines œuvres paraissent des jalons privilégiés et ont une portée qui leur donne le statut d'« événements ». L' Essai sur l'entendement humain du philosophe anglais John Locke est de celles-là. Paru en 1690, constamment réédité, l' Essai était devenu, dès 1692, l'ouvrage de base de l'enseignement philosophique au Trinity College de Dublin. Au siècle suivant, la philo […] Lire la suite

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « ESSAI SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, John Locke - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-l-entendement-humain/