ESPAGNE (Le territoire et les hommes)Des Wisigoths aux Rois catholiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Espagne wisigothique et la naissance de la nation espagnole

Conquise par Rome aux iiie et iie siècles avant J.-C. et ayant longtemps bénéficié de la « paix romaine », l'Espagne doit sa naissance, comme entité politique, au choc des invasions barbares. En 409, des envahisseurs, composés surtout de Vandales et de Suèves, déferlent au sud des Pyrénées ; pour les chasser de la péninsule, l'empereur Honorius fait appel aux Wisigoths, déjà établis comme « fédérés » en Aquitaine et qui, sous le roi Euric, étendent leur domination de la Loire au Tage. La victoire de Clovis sur Alaric II, successeur d'Euric (507), contraint les Wisigoths à se replier en Espagne, où ils fixeront leur capitale à Tolède.

500 à 600. Reconquêtes

Vidéo : 500 à 600. Reconquêtes

Justinien empereur. Apogée de Constantinople. Chosroès Ier empereur sassanide en Iran. Les Sui réunifient la Chine.Les bouleversements du siècle précédent se poursuivent au VIe siècle.En Occident, les Francs étendent leur domination sur pratiquement toute l'ancienne Gaule, tandis que les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le royaume de Tolède

L'unification du pays sous la domination gothique ne sera complètement réalisée qu'au début du viie siècle, après la destruction du royaume suève qui subsistait au nord-ouest de la péninsule et l'expulsion des Byzantins qui, à l'époque de Justinien, avaient restauré l'autorité « romaine » dans l'Andalousie et le Levant.

Bien que les Goths ne représentassent qu'une faible minorité par rapport aux Hispano-Romains, deux obstacles s'opposaient à la fusion des deux peuples : l'un tenait au système de la « personnalité des lois », selon lequel les Wisigoths étaient régis par leur droit coutumier, tandis que le droit romain restait appliqué aux populations hispaniques, les mariages mixtes étant interdits ; l'autre résidait dans l'opposition religieuse entre les deux groupes : les Wisigoths avaient embrassé l'arianisme, tandis que l'Espagne était attachée au Credo de Nicée. La conversion du roi Récarède, entraînant celle de son peuple, abolit le second obstacle (589) ; le premier disparut lorsque le roi Receswinthe (642-672) promulgua un Liber judiciorum, code applicable à tous ses sujets.

Une des originalités du royaume hispano-gothique fut le rôle joué, après 589, par les « conciles de Tolède », assemblées ecclésiastiques réunies sans périodicité régulière, qui constituèrent une sorte d'assemblée consultative dont l'autorité morale sanctionnait les décisions du souverain.

La décadence wisigothique et l'invasion arabe

Comme dans tous les États barbares, l'autorité royale se heurte à la résistance de l'aristocratie, et l'absence de règle successorale entraîne de féroces rivalités entre les nobles qui se disputent la couronne. Après la mort de Wamba (680), une lutte acharnée oppose ses descendants à ceux de Receswinthe. Contre Rodrigue (de la famille de Receswinthe), ses adversaires font appel à Mūsā, gouverneur du Maghreb tombé depuis trente ans au pouvoir des musulmans. En 711, son lieutenant Tārīq franchit le détroit ; une seule bataille suffit à décider du sort du royaume hispano-gothique et à changer les destinées de l'Espagne.

Malgré ses faiblesses, la monarchie gothique laissait un important héritage : dans l'ordre politique et social, elle avait créé la « nation espagnole » ; dans l'ordre intellectuel, l'évêque de Séville, saint Isidore († 636), avait rassemblé dans les Etymologiae – la première des sommes médiévales – les dépouilles de l'Antiquité classique pour les transmettre aux générations futures ; il s'était fait d'autre part, dans son Historia Gothorum, l'interprète d'un nationalisme hispano-gothique qui allait fournir un aliment à la future reconquête.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Espagne : drapeau

Espagne : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

500 à 600. Reconquêtes

500 à 600. Reconquêtes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Espagne musulmane

Espagne musulmane
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

900 à 1000. Morcellement

900 à 1000. Morcellement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Afficher les 7 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ESPAGNE  » est également traité dans :

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

À l'extrémité sud-ouest de l'Europe, l'Espagne (46,9 millions d'habitants en 2010) n'est séparée de l'Afrique que par un bras de mer étroit. Cette particularité a joué un rôle majeur dans son histoire. Disposant, comme la France, à la fois d'une façade méditerranéenne et d'une façade atlantique, l'Espagne a participé à l'histoire de la Méditer […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Il est deux façons de suivre le déroulement de l'histoire de l'Espagne depuis le xvie siècle : de l'extérieur ou de l'intérieur. Si l'on se place à l'extérieur, ce pays apparaît mêlé étroitement à la grande politique européenne jusqu'au début du xixe siècle, puis réduit à l'état de petite puissance et se […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - L'ère franquiste

  • Écrit par 
  • Guy HERMET
  •  • 7 215 mots
  •  • 3 médias

L'Espagne apparaît comme le prototype des nations européennes longtemps vouées à une sorte de fatalité autoritaire, et le régime franquiste comme le symbole de l'autoritarisme moderne en Europe. Pourtant, si la guerre d'Espagne a suscité des études nombreuses et approfondies, et si elle a pris une sorte de valeur universelle, la dictature issue de ce confl […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Depuis les années 1970, l'Espagne a enregistré presque simultanément les trois « révolutions » – industrielle, socioculturelle puis démocratique – que la plupart des pays voisins ont affrontées de façon successive et sur près d'un siècle. De surcroît, il lui a fallu se réinventer un destin national et un État accepté de tous ses habitants. C'est dire que les dé […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Nacima BARON, 
  • Sabine LE BAYON
  •  • 8 410 mots
  •  • 9 médias

Alors que l'elle apparaissait encore en 1975 très en retard par rapport aux autres pays européens, marquée par les séquelles de la guerre civile (1936-1939) et les années d'autarcie qui ont suivi, l'Espagne depuis lors a connu une évolution impressionnante : elle s'est démocratisée, elle est devenue un membre qui compte au sein de l'Europe communautaire et plus tard de la zone […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La langue

  • Écrit par 
  • Bernard POTTIER
  •  • 5 481 mots
  •  • 1 média

L'année 1492 est fondamentale pour la destinée de la langue espagnole. Avant cette date, la Péninsule connaissait une période de fort dialectalisme, et la littérature, très estimable, était cependant relativement peu abondante. À la fin du xve et au début du xvie siècle, le castillan (espagnol) arrive à m […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 806 mots
  •  • 4 médias

Le caractère essentiel de la littérature espagnole, comme de toute la culture et de tout le génie de l'Espagne, comme du tempérament des Espagnols, est la singularité. De cette singularité les Espagnols ont conscience et ils lui donnent, d'emblée, une raison géographique : ils se sentent situés au bout de l'Europe. Un de leurs aphorismes favoris est que l'Europe commence aux Pyrénées.À cette raiso […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 038 mots
  •  • 11 médias

L'histoire de l'art espagnol ignore la continuité. Son développement par ruptures doit être mis en relation avec le déterminisme géographique qui oppose la massivité continentale de la Meseta à la diversité des zones périphériques. Les Castilles paraissent faites pour unifier et pour commander. Les régions du pourtour ont toujours été attirées par les dissidences. Selon le rythme de l'histoire, l' […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 663 mots
  •  • 4 médias

Selon que l'on considère la traduction musicale des caractères communs à l'ensemble des peuples ibériques ou l'évolution d'une tradition savante, on pourra parler de musique espagnole ou de musique d'Espagne.La première, présente dans les folklores de la Péninsule depuis les origines de la nationalité, a souvent info […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcelin DEFOURNEAUX, « ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Des Wisigoths aux Rois catholiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-des-wisigoths-aux-rois-catholiques/