ESPACE RURAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La gestion des espaces ruraux, entre conflits d’usage et aménagement

Les grands types et exemples d’espaces ruraux se distinguent à partir de leurs fonctions dominantes. Toutefois, ces espaces sont devenus multifonctionnels pour la plupart d’entre eux, s’ils ne l’étaient pas déjà de longue date. Dans ce contexte, les combinaisons et cohabitations locales ou régionales de fonctions différentes génèrent souvent des synergies économiques positives. Si les politiques d’aménagement sont là pour définir des cadres globaux, des conflits d’usage peuvent toutefois apparaître aux niveaux locaux à propos de la gestion de ressources (le foncier, l’eau…) et de l’environnement, de plus en plus considérés comme biens communs au sein de la population.

Les conflits d’usage dans l’espace rural

Alors que, jusqu’au xxe siècle, l’espace rural était traditionnellement un territoire peu artificialisé et essentiellement agricole, et perçu comme tel, il est désormais multifonctionnel. La cohabitation locale de différentes fonctions, parfois peu compatibles entre elles, n’est pas sans engendrer des conflits d’usage, d’inégale ampleur.

Cohabitation dans l’espace rural

Photographie : Cohabitation dans l’espace rural

Lotissement de maisons individuelles en bordure d'un champ de colza dans la région d'Essen en Allemagne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie). L'étroite cohabitation entre des populations de néoruraux et des cultures gourmandes en traitements phytosanitaires n'est pas toujours aisée. 

Crédits : Jochen Tack/ ImageBroker/ Age Fotostock

Afficher

Le principal enjeu de concurrence sur l’espace rural concerne l’accès au foncier agricole. Les compétitions se déroulent soit à l’échelle de la planète, soit au niveau local, entre activités agricoles différentes, entre certaines pratiques agricoles et des associations de défense de l’environnement ou entre populations rurales et investisseurs extérieurs.

Concernant les premières – à l’échelle mondiale –, le phénomène le plus marquant est l’accaparement de terres agricoles paysannes par de puissantes entreprises transnationales – ou land grabbing. Depuis les années 2000 surtout, certains États cherchent à assurer leur sécurité et leur souveraineté alimentaires en prenant le contrôle (le plus souvent par location sur la longue durée) de terres agricoles dans des pays étrangers, le plus souvent en développement. Les espaces ruraux les plus touchés sont ceux des pays d’Amérique latine (Brésil, Argentine, Paraguay), du continent africain, en particulier ceux d’Afrique orientale (Soudan, Éthiopie, Mozambique, Zambie) mais aussi de pays asiatiques comme l’Indonésie. Ces prises de contrôle de terres agricoles s’opèrent souvent au détriment de paysanneries locales pratiquant des cultures vivrières. Elles se font au travers de fonds souverains ou d’entreprises publiques et proviennent de Chine, de pays pétroliers du golfe Persique (en particulier le Qatar et l’Arabie Saoudite), des États-Unis, du Royaume-Uni.

Aux échelles locales, dans des régions où les ressources sont rares, des conflits pour l’usage de la terre, aggravés par des tensions ethniques, peuvent opposer éleveurs nomades et agriculteurs, comme c’est le cas en Afrique de l’Ouest et particulièrement au Sahel. Ce sont parfois des groupes d’agriculteurs qui s’affrontent : au Brésil, les grands propriétaires terriens accaparent pour leurs cultures d’exportation les terres sur lesquelles les communautés indiennes pratiquent des cultures vivrières.

Plus généralement, les conflits liés à la multifonctionnalité des espaces ruraux sont dus aux étalements urbains (urban sprawls, en anglais), dans les aires périurbaines et métropolitaines qui se sont développées dans le contexte de la mondialisation. Ces étalements absorbent chaque année dans le monde plusieurs millions d’hectares, le plus souvent de terres agricoles. Les progressions de cette ville « diffuse » se traduisent par l’installation de zones d’activités artisanales ou industrielles, de centres commerciaux et de leurs immenses parkings, de zones pavillonnaires plus ou moins étendues et denses, d’infrastructures de transport et d’aménagements divers (centres de gestion des déchets, stations d’épuration…).

Les principaux griefs des agriculteurs à l’égard des citadins portent sur le rétrécissement du foncier agricole, la hausse des prix de l’immobilier et l’accès à l’eau d’irrigation. Dans les pays méditerranéens et en particulier dans ceux situés au sud et à l’est du Bassin, les concurrences sont devenues de plus en plus sensibles entre citadins et agriculteurs pour l’accès à des ressources en eau particulièrement limitées. On retrouve ce type de conflit dans de nombreux pays, en Chine et aux États-Unis (Californie), par exemple. En France, l’irrigation des terres agricoles représente la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

La population rurale dans le monde

La population rurale dans le monde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

La population agricole dans le monde

La population agricole dans le monde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Paysage de cash grain farming, Canada

Paysage de cash grain farming, Canada
Crédits : All Canada Photos/ Alamy/ Hemis

photographie

Paysage d’agriculture vivrière au Rwanda

Paysage d’agriculture vivrière au Rwanda
Crédits : Edwin Remsberg/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, membre de l'Académie d'agriculture de France

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 avril 1993 France. Présentation du programme de gouvernement d'Édouard Balladur

Ses principales propositions concernent l'indépendance de la justice et la réforme du Code de procédure pénale, le contrôle de l'immigration et la réforme du Code de la nationalité, l'autonomie de la Banque de France, le soutien du marché de l'immobilier et de la construction, l'allègement des charges des entreprises, la maîtrise des déficits publics, les privatisations, l'engagement d'une politique de concertation sociale, le rééquilibrage des régimes sociaux, la promotion de l'apprentissage, la sauvegarde de l'agriculture et de l'espace rural, la redistribution des ressources entre collectivités locales riches et pauvres, le renforcement de la construction européenne, la modernisation de la capacité nucléaire, et la réunion d'une conférence internationale dans un cadre européen en vue de « stabiliser la situation en Europe ». […] Lire la suite

9-28 octobre 1991 France. Le gouvernement confronté à l'agitation paysanne

Le 28, Édith Cresson s'engage à réunir avant juin 1992 des « assises nationales de l'espace rural ». Le calme revenu, de nouvelles mesures seront annoncées, le 28 novembre, qui seront bien accueillies par les syndicats agricoles.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul CHARVET, « ESPACE RURAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-rural/