HILBERT ESPACE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Espaces hilbertiens

Dans la théorie précédente, le théorème de projection orthogonale (théorème 4) a joué un rôle fondamental. Il ne s'étend malheureusement pas au cas d'un sous-espace vectoriel fermé quelconque F d'un espace hermitien. Ainsi, dans l'espace hermitien C[− 1, 1]), l'hyperplan fermé noyau de la forme linéaire continue :

n'admet pas de supplémentaire orthogonal. Néanmoins, si F est complet, le théorème 4 s'étend de la manière suivante :

Théorème 7. Soit E un espace hermitien et F un sous-espace vectoriel complet de E. Alors F admet un supplémentaire orthogonal, et (F) = F.

Ce théorème contient le théorème 4 comme cas particulier, et s'applique aussi au cas où E est hilbertien et F fermé.

La démonstration s'appuie sur le théorème suivant.

Théorème 8. Soit E un espace hermitien, F une partie convexe complète non vide de E, et x un élément de E. Il existe alors un élément z de F et un seul tel que :

où :

On montre pour cela que toute suite (zn) de points de F telle que ∥x − zn∥ converge vers d(x, F) est une suite de Cauchy. Comme F est complet, la suite (zn) admet une limite z dans F, et on vérifie que z convient.

On en déduit facilement le théorème 7, en prouvant que y = x − z est orthogonal à F.

Dégageons quelques conséquences du théorème 7.

Corollaire 1. Soit F un sous-espace vectoriel fermé d'un espace hilbertien E. Si F ≠ E, il existe un vecteur non nul de E orthogonal à F.

Corollaire 2. Pour qu'une famille (ei), ∈ I, de vecteurs d'un espace hilbertien E soit totale, il faut et il suffit que le vecteur nul soit le seul vecteur orthogonal à tous les vecteurs ei.

Corollaire 3. Soit a un vecteur d'un espace hilbertien E. L'application fa : ↦ (x|a) est une forme linéaire dont la norme est égale à celle de a. Autrement dit :

Réciproquement, pour toute forme linéaire continue f sur E, il existe un vecteur a de E et un seul tel que f soit égale à l'application ↦ (x|a). Ainsi, l'application ↦ fa est une application semi-linéaire bijective de E sur son dual topologique E*.

Corollaire 4. Toute famille orthonormale d'éléments d'un espace hilbertien E peut être comp [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, professeur au lycée Buffon, Paris
  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de mathématiques spéciales

Classification

Autres références

«  HILBERT ESPACE DE  » est également traité dans :

ALGÈBRE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 7 218 mots

Dans le chapitre « Espaces vectoriels normés et espaces vectoriels topologiques »  : […] Un espace vectoriel normé sur le corps K des nombres réels ou des nombres complexes est un espace vectoriel E sur lequel est définie une fonction x  → ∥ x ∥, à valeurs réelles positives, possédant les propriétés suivantes, qui généralisent celle de la longueur d'un vecteur dans les espaces de dimension finie : a ) ∥ x ∥ = 0 si et seulement si x  = 0 ; b ) ∥ x  +  y ∥≤∥ x ∥ + ∥ y ∥, pour x , y que […] Lire la suite

ANALYSE MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 744 mots

Dans le chapitre « Théorie spectrale et analyse fonctionnelle »  : […] On sait qu'un problème célèbre de mécanique consiste à déterminer les « petites oscillations » au voisinage d'une position d'équilibre d'un système formé d'un nombre fini de solides, donc « à un nombre fini de degrés de liberté » (ce qui signifie que l'état du système est entièrement connu par la donnée d'un nombre fini de paramètres réels q j (1 ≤  j  ≤  n ) qui varient en fonction du temps t ). […] Lire la suite

ERGODIQUE THÉORIE

  • Écrit par 
  • Antoine BRUNEL
  •  • 3 359 mots

Dans le chapitre « Les théorèmes de G. D. Birkhoff et de J. von Neumann »  : […] On va maintenant formaliser le problème ergodique. On se donne un espace compact Ω et une mesure de Radon positive m sur Ω (cf. intégration et mesure  ; on peut se placer dans des situations plus générales, mais on n'a pas jugé utile de le faire ici), qui est aussi une probabilité m (Ω) = 1 (cf.  calcul des probabilités ). On se donne aussi une transformation mesurable θ : Ω → Ω et on suppose que […] Lire la suite

GROUPES (mathématiques) - Représentation linéaire des groupes

  • Écrit par 
  • Everett DADE
  •  • 3 760 mots

Dans le chapitre « Les généralisations »  : […] La théorie classique, exposée ci-dessus, a été au fil des années généralisée de plusieurs façons. L'une d'elles consiste à remplacer le corps C des nombres complexes par un autre corps K. Si le corps K est de caractéristique zéro, ou p (l'entier p étant un nombre premier qui ne divise pas l'ordre fini |G| de G), la théorie des représentations linéaires de G sur les espaces vectoriels de dimension […] Lire la suite

HARMONIQUE ANALYSE

  • Écrit par 
  • René SPECTOR
  •  • 5 770 mots

Dans le chapitre « Transformation de Fourier-Plancherel dans L2 (R) »  : […] Les espaces L 1 ( R ) et L 2 ( R ) ne sont pas inclus l'un dans l'autre. Mais ils contiennent tous deux l'ensemble K( R ) des fonctions continues nulles hors d'un ensemble borné, et tout élément de L 1 ( R ) ou de L 2 ( R ) peut être approché, au sens de L 1 ou de L 2 selon le cas, par des éléments de K( R ). Si f appartient à K( R ), F f appartient à L 2 ( R ), et on a l'égalité : formellemen […] Lire la suite

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Analyse mathématique »  : […] À la fin du xix e  siècle, deux problèmes, d'origine physique, étaient au cœur des préoccupations des analystes : le problème de Dirichlet (cf. équations intégrales , chap. 1, et théorie du potentiel ) et l'étude des oscillations d'un corps élastique (cf. analyse mathématique , chap. 6), en liaison avec le développement de la fonction oscillatoire en série de fonctions des oscillations propres (c […] Lire la suite

NORMÉES ALGÈBRES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc SAUVAGEOT, 
  • René SPECTOR
  •  • 4 735 mots

Dans le chapitre « Les C*-algèbres »  : […] Parmi les algèbres normées, on distingue celles dont les propriétés particulières permettent une analyse spectrale plus poussée. On appelle C*-algèbre une algèbre de Banach A vérifiant les deux propriétés suivantes : (I) elle est munie d'une involution , c'est-à-dire d'une application a → a * de A dans A telle que l'on ait, quels que soient a et b dans A et λ complexe : λ étant le nombre complex […] Lire la suite

NORMÉS ESPACES VECTORIELS

  • Écrit par 
  • Robert ROLLAND, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 094 mots

Dans le chapitre « La complémentation »  : […] Soit E ⊕ F une décomposition en somme directe algébrique de l'espace de Banach X. E et F étant munis des topologies induites par celle de X, et E ⊕ F de la topologie produit, nous dirons que E ⊕ F est une décomposition en somme directe topologique si l'application est un homéomorphisme. En utilisant le théorème de l'application ouverte, on montre que pour qu'une décomposition en somme directe E ⊕  […] Lire la suite

ORTHOGONAUX POLYNÔMES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 2 380 mots

Dans le chapitre « Équation intégrale de Fredholm »  : […] Soit E un ensemble muni d'une mesure positive μ et k une fonction de carré intégrable sur E × E. Pour toute fonction f de carré intégrable sur E et pour presque tout élément x de E, la fonction y  ↦  k  ( x ,  y )  f  ( y ) est intégrable sur E et la fonction g , définie presque partout par la formule : est de carré intégrable sur E. L'application U k , dite associée au noyau k , qui à tout élémen […] Lire la suite

RIESZ FRÉDÉRIC (1880-1956)

  • Écrit par 
  • Béla SZŐKEFALVI-NAGY
  •  • 1 514 mots

Dans le chapitre « Espaces fonctionnels »  : […] David Hilbert (cf. espace de hilbert ) avait montré que l'espace l 2 des suites numériques c  = ( c 1 , c 2 , ...) de carré sommable, muni de la norme : et de la distance : est un espace vectoriel métrique complet (c'est-à-dire vérifiant la condition de Cauchy pour la convergence). Frédéric Riesz et Ernst Fischer ont démontré, en 1907, indépendamment l'un de l'autre, que l'espace L 2 ([ a ,  b ]) […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien CHAMBADAL, Jean-Louis OVAERT, « HILBERT ESPACE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-de-hilbert/