SALONEN ESA-PEKKA (1958- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre modernité et tradition

Après avoir écrit au milieu des années 1970 quelques pièces néoclassiques et néoromantiques qu’il reniera plus tard, Esa-Pekka Salonen adopte un langage résolument moderniste, comme en témoignent le Concerto pour saxophone alto et orchestre (1981), Baalal pour bande (1982), ou encore Floof pour soprano et petit ensemble (1988). Outre la série Yta pour instruments seuls (flûte, clavecin, violoncelle ; 1982-1987), il compose de la musique de chambre ainsi que des pièces pour orchestre, notamment Giro (1981), Mimo II pour hautbois et orchestre (1992), LA Variations (1996) ou encore Gambit (1999). Au fil des ans et des pages, son langage intègre davantage les éléments traditionnels de la tonalité et de la mélodie.

La carrière de chef d’orchestre qu’il mène en parallèle, désormais passée au premier plan, lui laisse peu de temps pour composer. Il décide cependant de la mettre de côté durant une année, en 2000, pour reprendre l’écriture. Son répertoire s’enrichit à cette occasion d’œuvres comme le Concert étude pour cor, Dichotomie pour piano, Mania pour violoncelle et ensemble ainsi que d’une première œuvre chorale, Two Songs, sur des poèmes d’Ann Jäderlund. Esa-Pekka Salonen poursuit son exploration de ces différentes voies, avec notamment Lachen verlernt pour violon (2002), Memoria pour quintette à vent (2003), Invenzione and Chorale pour piano (2004), le Concerto pour piano (2007), Homunculus pour quatuor à cordes (2008), le Concerto pour violon (2009), Knock, Breathe, Shine, pour violoncelle (2010), Dona nobis pacem pour chœur d'enfants (2011), ou encore Karawane (2014), pour orchestre et chœur.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SALONEN ESA-PEKKA (1958- )  » est également traité dans :

LINDBERG MAGNUS (1958- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 529 mots

Dans le chapitre « Un refus des entraves esthétiques »  : […] Né à Helsinki le 27 juin 1958, Lindberg est diplômé de l'Académie Sibelius de la capitale finlandaise, où il étudie la composition avec Paavo Heininen et Einojuhani Rautavaara (1977-1981). Heininen stimule sa curiosité pour tous les courants de la musique occidentale. En 1977, Lindberg est – aux côtés de Kaija Saariaho et d'Esa-Pekka Salonen, notamment – l'un des membres fondateurs de l'associati […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles TRUMBULL, « SALONEN ESA-PEKKA (1958- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/esa-pekka-salonen/