ÉRYTHRÉE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielÉtat d'Érythrée (ER)
Chef de l'État et du gouvernementIssayas Afeworki (depuis le 24 mai 1993)
CapitaleAsmara
Langue officielleaucune 2
Note : Les langues de travail du gouvernement sont l'anglais, l'arabe et le tigrinya
Unité monétairenakfa (ERN)
Population6 147 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)121 100

L'Érythrée indépendante

Les dirigeants du F.P.L.E. n'ont pas déclaré l'indépendance immédiatement après leur victoire militaire. Ils ont accepté de passer sous les fourches caudines de la loi internationale, puisque c'est la Charte intérimaire éthiopienne adoptée en juillet 1991 qui leur octroie le droit à l'autodétermination et qu'ils ont tenu à ce que le référendum d'avril 1993 soit observé par l'O.N.U. et l'O.U.A. Si le résultat est sans surprise, il faut regretter qu'avant la consultation aucune opposition n'ait pu s'exprimer et que des centaines d'opposants potentiels aient été mis à pied, voire emprisonnés. Malgré le remplacement du F.P.L.E. en février 1994 par le Front populaire pour la démocratie et la justice (F.P.D.J.) et l'apparente volonté de disjoindre le F.P.D.J. de l'appareil d'État, de nombreuses interrogations pèsent rapidement sur l'instauration d'une démocratie pluraliste sans cesse promise et reportée. L'adoption, en mai 1997, d'une Constitution prévoyant le multipartisme « sous conditions » ne lève aucune hypothèque puisqu'elle n'est pas mise en œuvre et n'est plus d'actualité quelques mois plus tard, lorsque la guerre contre l'Éthiopie débute. La non-satisfaction de cette revendication prend toute sa signification en considérant les enjeux internes et régionaux qu'induit l'indépendance de l'Érythrée.

Trois sociétés érythréennes

Au niveau interne, cette société peut être conçue comme la superposition de trois strates, qui ont les plus grandes difficultés à communiquer et à se fondre l'une dans l'autre. Il y a la société du F.P.L.E., qui a vécu avec lui, a la même culture politique faite de respect de l'autorité, de patriotisme, d'adulation de son chef et président du pays, Issayas Afeworki, mais aussi de refus de la prévarication, de sacrifice de l'individu au profit de la collectivité, etc. Ensuite, vient la société qui a vécu sous le contrôle éthiopien depuis les années 1960. Ce groupe ne conçoit l'État que comme répression, taxation (15 p. 100 de la population est urbaine), intimidation : il s'agit donc d'échapper à son emprise en contournant la loi, stratégie classique d'une paysannerie aux abois. Vient enfin la jeunesse (41 p. 100 de la population a moins de 16 ans), dont les modèles culturels appartiennent à un autre monde : celui où l'argent est roi, la musique rock, Michael Jackson, le culte de l'individualité omniprésents. Le F.P.L.E.-F.P.D.J., pour réaliser cette unité, se trouve devant une alternative. La démocratie peut fournir une solution, mais la militarisation de la société en est une autre. C'est cette dernière que choisit la direction du pays, incapable de pacifier sa conception du gouvernement.

Les islamistes érythréens n'ont pas abandonné leur projet de prise de pouvoir et bénéficient de deux avantages : l'aide de leurs homologues soudanais au pouvoir à Khartoum et une importante communauté érythréenne au Soudan qui est soumise à leur prosélytisme. Cette hostilité à l'égard d'un gouvernement laïciste est d'autant plus vive que le jeune État érythréen entretient les meilleures relations avec Israël, qui entend éviter que la mer Rouge ne devienne un lac arabe. De nombreuses réformes posent plus ou moins directement la question des rapports entre chrétiens et musulmans et peuvent engendrer un mécontentement que pourraient utiliser les islamistes : le statut de la langue arabe par rapport à la langue maternelle qui est préférée par le F.P.L.E., la réforme foncière qui aboutira à une migration de population (chrétienne) du plateau vers les basses terres (musulmanes), enfin la démobilisation de l'armée du F.P.L.E. qui est prioritaire pour les emplois par rapport aux réfugiés, majoritairement musulmans, qui envisagent de revenir chez eux.

L'économie joue donc un rôle essentiel dans la reconstruction du champ politique. Malgré sa forte légitimité, le gouvernement érythréen commet de nombreuses erreurs qui vont peu à peu lui aliéner une partie de ses soutiens intérieurs et régionaux. Incapable de concevoir que la fin de la guerre a transformé les attentes de la population, le nouvel État entend garder un contrôle tatillon sur l'économie et sur la diaspora. Si l'autosuffisance avait un sens pendant la guerre de libération, l'accession au pouvoir d'État exige une plus grande flexibilité par rapport au monde extérieur, d'a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Érythrée : carte administrative

Érythrée : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Érythrée : drapeau

Érythrée : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Conflit frontalier entre l'Erythrée et l'Ethiopie

Conflit frontalier entre l'Erythrée et l'Ethiopie
Crédits : Amr Nabil/ AFP

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut français de géopolitique de l'université de Paris-VIII, membre du Centre d'études africaines, C.N.R.S., École des hautes études en sciences sociales, chargé de cours à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : chargé de recherche CNRS

Classification

Autres références

«  ÉRYTHRÉE  » est également traité dans :

ADOUA (BATAILLE D')

  • Écrit par 
  • Marie-Laure DERAT
  •  • 211 mots
  •  • 1 média

Depuis l'ouverture du canal de Suez en 1869, la région de la mer Rouge attire toutes les convoitises. La Grande-Bretagne, implantée en Égypte, ambitionne de contrôler tout le bassin du Nil. Hostile à une présence française, elle s'appuie sur l'Italie qui s'installe à Massaoua dès 1885. De ce port sur la mer Rouge, les Italiens pénètrent en Éthiopie et poussent jusqu'à la rivière Mareb. En 1889, le […] Lire la suite

AFAR

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 322 mots

Installés au nord de la ligne de chemin de fer Djibouti - Addis-Abeba, les Danakil ou Afar constituent à peu près 35 p. 100 de la population de la république de Djibouti. Mais la majorité d'entre eux sont installés en Éthiopie et en Érythrée. Ils sont, au total, quelques centaines de milliers. D'origine couchitique, ils sont très proches des Galla et des Somali. Divisés en deux groupes, Asahyammar […] Lire la suite

AFAR DÉPRESSION DE L'

  • Écrit par 
  • Georges MOTTAY
  •  • 497 mots
  •  • 1 média

Vaste dépression située au sud de la mer Rouge en Érythrée et en Éthiopie et qui se poursuit au Kenya, en Tanzanie et au Mozambique. Ce nom est celui des nomades qui habitent cette région, les Afars, appelés Danakil par les Arabes et les Abyssins. « Danakil » est également employé pour décrire la partie nord de la dépression. Du point de vue géologique, l'Afar est d'une importance considérable dep […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le sort des colonies italiennes et la naissance de la Libye »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les anciennes colonies italiennes, Érythrée, Somalie, restaient sous administration provisoire britannique. La question de leur avenir fut une des premières questions abordées par l'O.N.U. La solution de la tutelle internationale était logique mais se heurtait à toutes sortes de difficultés. En Érythrée et en Somalie italienne, le problème était, à l'ori […] Lire la suite

ASMARA

  • Écrit par 
  • Alain GASCON
  •  • 320 mots
  •  • 1 média

En 1897, les Italiens fixèrent la capitale de leur Colonia Eritrea à 2 350 mètres d'altitude, à 4 kilomètres du rebord des hautes terres. Ils la relièrent par un chemin de fer à voie étroite et une route panoramique au port de Massawa. Elle connut une rapide croissance lors de la conquête de l'Éthiopie (98 000 hab. en 1938). La ville européenne, au plan en damier, présente un ensemble remarquabl […] Lire la suite

DJIBOUTI

  • Écrit par 
  • Colette DUBOIS, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 7 717 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La voie d'accès à la sous-région »  : […] La R.D.D. a également tiré profit de la guerre opposant l'Érythrée à l'Éthiopie (1998-2000). Elle est redevenue le principal corridor d'une Éthiopie enclavée, une grande partie des échanges éthiopiens, y compris l'aide alimentaire, transitant par le port djiboutien. Ce dernier a enregistré une hausse spectaculaire de son trafic, passant de près de 1,7 million de tonnes en 1997 à 5,5 millions de […] Lire la suite

ÉTHIOPIE

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON, 
  • Jean DORESSE, 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean LECLANT, 
  • Hervé LEGRAND, 
  • Jacqueline PIRENNE, 
  • R. SCHNEIDER
  • , Universalis
  •  • 24 467 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Réformes économiques et sociales »  : […] Sous l'œil attentif des organisations et des pays donateurs, le nouveau régime poursuit les réformes de libéralisation de l'économie qui avaient déjà été engagées dans les dernières années du Derg. Suivant les consignes du programme d'ajustement structurel du F.M.I., un grand nombre d'entreprises sont privatisées. D'importantes parts dans les secteurs des mines, de l'agroalimentaire, de l'industr […] Lire la suite

HAILÉ ou HAÏLÉ SÉLASSIÉ Ier (1892-1975) empereur d'Éthiopie (1930-1936 et 1941-1974)

  • Écrit par 
  • Jean DORESSE
  •  • 1 357 mots
  •  • 4 médias

Descendant, selon les légendes, de la reine de Saba et du roi Salomon, dont il était le deux cent vingt-cinquième successeur, l'empereur d'Éthiopie (1930-1936 puis 1941-1974) , le négus Hailé Sélassié I er (ou Haïla Sellassié) fut à la tête de la plus ancienne dynastie du monde. Son titre complet est negusa negast (« roi des rois »), lion de Juda, défenseur de la foi chrétienne, force de la Tri […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 454 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « L'Afrique orientale »  : […] C'est sur la côte de la mer Rouge que vont se fixer les premiers établissements italiens. Elle retenait depuis longtemps l'attention des milieux géographiques et maritimes. Dès novembre 1869, dans la perspective de l'ouverture du canal de Suez, la compagnie Rubattino y avait acquis la baie d'Assab. Le territoire lui sera racheté en mars 1882 par le gouvernement et, le 5 juillet 1882, deviendra of […] Lire la suite

RAPATRIÉS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 8 353 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Italie »  : […] Les communautés italiennes furent en effet les premières touchées (tabl. 1 et 2) . Une partie avait été rapatriée avant les défaites (notamment tous les enfants et adolescents de Libye), la plupart des autres étant internées localement ou dans les colonies des Alliés jusqu'à l'armistice. Des quelque 500 000  Italiens installés en 1940 outre-mer, les quatre cinquièmes étaient rentrés au lendemain d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

31 janvier 2020 États-Unis. Nouvelles restrictions d'accès sur le territoire.

Le président Donald Trump décrète de nouvelles restrictions de visas d’immigration à l’encontre des ressortissants du Nigeria – d’où provient la plus grande communauté d’immigrés africains des États-Unis –, de la Birmanie, de l’Érythrée, du Kirghizstan, du Soudan et de la Tanzanie. Selon Washington, ces pays ne satisfont pas certaines conditions en matière de partage de renseignements et de sécurité publique. […] Lire la suite

11 octobre 2019 Prix Nobel. Attribution du prix Nobel de la paix à Abiy Ahmed.

Le comité Nobel norvégien décerne le prix Nobel de la paix au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed pour ses efforts en vue d’instaurer la paix entre son pays et l’Érythrée. Les deux pays, qu’un conflit frontalier meurtrier a opposés entre 1998 et 2000, ont signé une « déclaration de paix et de coopération » en juillet 2018.  […] Lire la suite

14 novembre 2018 O.N.U. – Érythrée. Levée des sanctions internationales contre l'Érythrée.

Cette décision résulte du réchauffement des relations entre l’Érythrée et l’Éthiopie, qui s’est concrétisé par la signature d’un accord de paix en septembre, ainsi que de l’adoption d’une déclaration conjointe de coopération globale entre l’Éthiopie, la Somalie et l’Érythrée, à la même date. […] Lire la suite

8-16 juillet 2018 Éthiopie – Érythrée. Signature d'une déclaration de paix et de coopération.

Le 8, Abiy Ahmed, arrivé au pouvoir en avril, effectue la première visite d’un chef de gouvernement éthiopien à Asmara depuis la fin de la guerre qui a opposé son pays à l’Érythrée entre 1998 et 2000. Il déclare qu’« il n’y a plus de frontière entre l’Éthiopie et l’Érythrée ». En juin, Addis-Abeba avait offert de respecter l’accord de paix signé en 2000, ainsi que le tracé frontalier proposé par une commission internationale en 2002. […] Lire la suite

15 juillet 2018 Italie. Débarquement en Sicile de migrants accueillis par cinq pays européens.

Le gouvernement autorise le débarquement dans le port de Pozzallo, en Sicile, de quatre cent cinquante migrants, originaires principalement d’Érythrée et de Somalie, secourus la veille par deux navires militaires italien et britannique, après avoir obtenu l’engagement de la France, de l’Espagne, du Portugal, de Malte et de l’Allemagne d’accueillir chacun cinquante migrants. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain GASCON, Roland MARCHAL, « ÉRYTHRÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/erythree/