GOFFMAN ERVING (1922-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ordre de l'interaction

Le chapitre ii de sa thèse, intitulé « Social Order and Social Interaction », constitue une bonne entrée dans le monde goffmanien de l'interaction. The Interaction Order, sa dernière conférence en tant que président de l'American Sociological Association, représente l'ultime état de sa théorisation. Goffman part de ce qu'il nomme « l'ordre social » en supposant que cet ordre « macro-social » s'applique au niveau micro-sociologique, par exemple à celui de « la conversation entre deux personnes réelles ». Cet ordre global signifie : intégration des acteurs, attentes réciproques, règles sociales normatives, sanctions des déviances, corrections infligées aux déviants, etc. Or, constate-t-il, dans la plupart des interactions qu'il a observées, domine non pas ce modèle coercitif mais « un comportement d'accommodement » grâce auquel les partenaires peuvent « maintenir l'interaction », alors même que des normes ont été transgressées. Il appelle working acceptance ce type de compromis, ce « travail de la tolérance » qui montre, selon lui, que l'interaction de face-à-face constitue un ordre particulier du social, irréductible à une simple transposition de l'ordre global.

Cet ordre de l'interaction est gouverné par des « présuppositions cognitives et normatives partagées » et par des « conventions, normes et contraintes » liées à des circonstances et à des comportements particuliers : « La ligne de notre attention visuelle, l'intensité de notre engagement et la forme de nos actions initiales permettent aux autres de deviner notre intention immédiate et notre propos [...]. Corrélativement, nous sommes en mesure de faciliter cette révélation ou de la bloquer, ou même d'induire en erreur ceux qui nous regardent. » Il existe ainsi toute une gamme de « stratégies de gain », depuis la coopération jusqu'à la guerre froide.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'Université, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, fondateur du Laboratoire Printemps (professions, institutions, temporalité), U.M.R. 8085 du C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  GOFFMAN ERVING (1922-1982)  » est également traité dans :

CARRIÈRE, sociologie

  • Écrit par 
  • Mathilde SEMPÉ
  •  • 1 129 mots

Dans le chapitre « Carrière « morale » »  : […] Le sociologue américain Erving Goffman (1922-1982) défait le sens initial de « carrière », attaché selon lui à décrire les modalités de réussite ou d’échec relatifs à « l’entreprise de celui qui entend profiter des possibilités de promotion qu’offre toute profession respectable ». Détournée, la notion de carrière permet d’identifier « les cycles des modifications » qui structurent les représentat […] Lire la suite

COMMERCES URBAINS ET MIGRATIONS

  • Écrit par 
  • Lucine ENDELSTEIN
  •  • 1 096 mots

Avec la confection et l’artisanat, le commerce de détail est une activité associée de longue date aux migrations, au point que Georg Simmel déclarait dès 1908 que « l’étranger fait partout son apparition comme commerçant, et le commerçant comme étranger » (Simmel, 1990). Les réseaux de solidarité entre compatriotes, les obstacles liés au manque de maîtrise de la langue du pays d’accueil et la pos […] Lire la suite

COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 4 805 mots

Dans le chapitre « La poignée de main »  : […] À combien de personnes serrons-nous la main chaque jour sans vraiment y réfléchir ? Le geste semble si banal qu'il donne l'impression d'avoir perdu tout sens dans notre société. Or il suffit qu'une personne ne nous serre pas la main, ou, pire, qu'elle nous serre deux fois la main à bref intervalle, pour que nous attribuions à nouveau beaucoup d'importance au geste : la personne est en train de nou […] Lire la suite

ETHNOMÉTHODOLOGIE

  • Écrit par 
  • Louis QUÉRÉ
  •  • 2 353 mots

Dans le chapitre « L'analyse de conversation »  : […] L'analyse de conversation étudie comment les interlocuteurs organisent séquentiellement leur conversation. Parmi les aspects étudiés, on peut relever : les ouvertures, les clôtures, l'initiation d'un premier thème de conversation, le passage d'un thème à un autre, ainsi que la gestion des tours de parole. Des études ont aussi été consacrées à la manière dont se font les enchaînements dans les cas […] Lire la suite

FRUSTRATION RELATIVE

  • Écrit par 
  • Olivier FILLIEULE
  •  • 2 177 mots

Dans le chapitre « Perceptions de l’injustice et construction du mécontentement  »  : […] La sociologie des mouvements sociaux a opéré un tournant constructiviste dans les années 1980. Certes, dès 1962, Smelser soulignait que toute « tension structurelle » ne pouvait produire d’effet véritable que dans la mesure où une telle signification lui était donnée par les acteurs eux-mêmes. Avec la mobilisation des ressources, en revanche, l’attention aux individus et à leur perception ne fera […] Lire la suite

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une production collective »  : […] Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses transformations sociales se sont conjuguées pour perturber la transmission héréditaire d'une place définie dans la société et rendre de plus en plus incertaines les identifications sociales. Comment penser désormais l'ordre social et l'action sociale ? Comment les individus construisent-ils leur personnalité et lui confèrent-ils une unité et u […] Lire la suite

LIEN SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 247 mots

Ce vocable peut a priori désigner une simple tautologie, à savoir que les hommes se lient entre eux pour constituer une société. D'un point de vue phénoménologique, il n'est pas déplacé d'indiquer que le « nous » est présent dans tout « moi », dans la mesure où le « moi » de l'individu est précisément façonné par l'action des autres dans le processus pluriel de socialisation. C'est la base de […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 718 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'interactionnisme symbolique »  : […] Qualifiant ceux qu'on appelle parfois les sociologues de la « seconde école de Chicago » (Everett C. Hughes, Anselm Strauss, Howard Becker, Erving Goffman) et leur nombreuse postérité, le terme interactionnisme symbolique a été inventé par Herbert Blumer (1900-1987), qui est radicalement opposé au fonctionnalisme et qui propose une thèse alternative au culturalisme (très présent dans la première […] Lire la suite

TYPOLOGIE, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude COMBESSIE
  •  • 1 639 mots

Le mot « typologie » apparaît au xix e  siècle pour désigner les types ou les classifications des sciences de la nature, et différencier leur mode d'élaboration « scientifique » des classifications communes ou des types des philosophes et des exégètes bibliques. Il implique, comme en philosophie, une explicitation raisonnée des principes « essentiels » des êtres et des choses mais aussi des métho […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude DUBAR, « GOFFMAN ERVING - (1922-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/erving-goffman/