KIRCHNER ERNST LUDWIG (1880-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Baigneuses, E. L. Kirchner

Baigneuses, E. L. Kirchner
Crédits : AKG

photographie

Mouvement artistique die Brücke

Mouvement artistique die Brücke
Crédits : AKG

photographie

Scène de rue à Berlin, E. L. Kirchner

Scène de rue à Berlin, E. L. Kirchner
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Potsdamer Platz, E. L. Kirchner

Potsdamer Platz, E. L. Kirchner
Crédits : J. P. Anders, Bildarchiv preussischer kulturbesitz, Berlin / © Wolfgang & Ingeborg Henze-Ketterer, Wichtrach, Berne

photographie

Tous les médias


De l'architecture aux arts décoratifs

La famille d'Ernst Ludwig Kirchner est originaire de la bourgeoisie intellectuelle du Brandebourg, où l'un de ses grands-pères était un pasteur féru d'archéologie. Mais c'est en Bavière, à Aschaffenburg, qu'il naît le 6 mai 1880. Dans cette ville réputée pour ses papeteries travaille son père, ingénieur-chimiste spécialisé dans la fabrication du papier. Une compétence recherchée, qui lui vaut d'obtenir, en 1890, un poste de professeur à l'Institut d'enseignement technique de Chemnitz.

En 1901, le jeune Kirchner s'inscrit à l'École technique supérieure de Dresde, la ville universitaire la plus proche, en vue de mener à bien une formation d'architecte. L'orientation ne répond pas à son choix personnel, qui était de se consacrer à la peinture, mais il obéit aux souhaits de ses parents. Se pliant aux exigences scolaires, il obtient son diplôme d'ingénieur-architecte à la fin du semestre d'été de 1905.

Entre-temps, il ne renonce pas à ce qu'il estime être sa vocation. Soutenu par l'amitié d'un étudiant de sa promotion, Fritz Bleyl, qui partage ses aspirations, il dessine et peint en autodidacte. Lors du semestre d'hiver 1903-1904, il s'inscrit néanmoins en architecture à l'université de Munich. Mais au lieu de suivre les cours, il fréquente un atelier d'arts appliqués où enseigne notamment Hermann Obrist, prestigieux représentant de l'Art nouveau, le « Jugendstil » en Allemagne.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KIRCHNER ERNST LUDWIG (1880-1938)  » est également traité dans :

BRÜCKE DIE

  • Écrit par 
  • Étiennette GASSER
  •  • 3 335 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Activités du groupe »  : […] Appel aux artistes, le manifeste de la Brücke était aussi un appel au public ; il s'agissait de créer un art vivant et dont on puisse vivre. On devenait membre de l'association pour douze marks par an, bientôt pour vingt-cinq marks. Les membres recevaient tous les ans un portefeuille avec des lithographies ou des xylographies originales, et une sorte de rapport illustré. Aujourd'hui très rares et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/die-brucke/#i_7026

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 593 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « À Dresde, le groupe Die Brücke »  : […] Rétrospectivement, on voit que l'année charnière pour les premières manifestations de groupe contre le conformisme ambiant est 1905. Le 9 février meurt Adolph von Menzel. Réputé pour ses études sur l'impressionnisme français, Julius Meier-Graefe a évoqué, dans l'ouvrage qu'il a consacré au Développement historique de l'art moderne , le sens de son œuvre pour les Allemands de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expressionnisme/#i_7026

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « KIRCHNER ERNST LUDWIG - (1880-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-ludwig-kirchner/