HAECKEL ERNST HEINRICH (1834-1919)

Zoologiste allemand, élève de J. Müller, qui, après avoir étudié la médecine et les sciences naturelles à Berlin, Würzburg et Vienne (thèse de doctorat en médecine en 1857), est attiré par l'anatomie et l'embryologie comparées. Nommé en 1861 professeur d'anatomie à Iéna, Haeckel voyage l'année suivante en Sicile et publie en 1862 une monographie sur les Radiolaria que suivront plus tard, après ses voyages en Égypte, en Afrique du Nord et à Ceylan, des travaux sur les Siphonophora (1869), les Monera (1870), les éponges calcaires (1872), etc. De ces travaux, il tire la théorie de la gastraea, étape intermédiaire entre les protozoaires (unicellulaires) et les métazoaires (multicellulaires) ; ce chaînon évolutif hypothétique aurait pu, selon lui, évoquer le stade gastrula du développement embryonnaire des cœlomates.

Ernst Haeckel

Ernst Haeckel

photographie

Le zoologiste allemand Ernst Heinrich Haeckel (1834-1919) et son ami Allers, lors de leur voyage en Italie, en 1862. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En 1865, l'université de Iéna crée pour lui une chaire de zoologie dans laquelle il enseignera les théories de Darwin (qu'il adopte après avoir rencontré leur auteur en 1866). Ses leçons sur l'évolution des espèces paraissent en 1868 sous le titre Histoire de la création des êtres organisés d'après les lois naturelles (Natürliche Schöpfungsgeschichte gemeinverständliche wissenschaftliche Vorträge) ; traduit en huit langues européennes, cet ouvrage répand la conception darwinienne du transformisme et reconnaît comme étant la « loi biogénétique fondamentale » l'hypothèse de Serres, développée par Müller, selon laquelle l'ontogenèse (histoire de la formation de l'individu) est une brève récapitulation de la phylogenèse (histoire de l'espèce à laquelle l'individu appartient).

En 1866, paraît sa Morphologie générale des organismes (Generalle Morphologie der Organismen) qui bouleverse les notions établies sur les êtres vivants et les lois de la descendance ; c'est dans cet ouvrage qu'il crée le terme « écologie » pour désigner les relations des animaux avec les milieux. En 1874, il publie Anthropogénie ou Histoire de l'évolution humaine

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAECKEL ERNST HEINRICH (1834-1919)  » est également traité dans :

GENERELLE MORPHOLOGIE DER ORGANISMEN (E. Haeckel)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Sept ans après l’Origine des espèces (1859) du naturaliste anglais Charles Darwin, la publication par l’Allemand Ernst Haeckel (1834-1919) de la Generelle Morphologie der Organismen. Allgemeine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generelle-morphologie-der-organismen/#i_6993

BLOSSFELDT KARL (1865-1932)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  • , Universalis
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Du modelage végétal au document photographique »  : […] moulant. Meurer estimait qu'on en trouvait la transposition dans l'architecture antique. Meurer était en effet un adepte des théories du naturaliste et médecin Ernst Haeckel (1834-1919) lui-même fortement influencé par les recherches de Darwin. Dans son ouvrage Kunstformen der Natur (Formes artistiques de la nature), 1904, que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-blossfeldt/#i_6993

DARWIN CHARLES ROBERT (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Universalis
  •  • 3 131 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « L'Origine des espèces » »  : […] la conséquence logique de L'Origine des espèces, mais ce fut E. Haeckel qui, le premier, avec son audace coutumière, l'affirma catégoriquement en 1868. En outre, cherchant toujours d'autres vérifications de sa théorie, Darwin effectua de nombreux travaux de botanique expérimentale, qui servirent de base à plusieurs ouvrages demeurés célèbres. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-robert-darwin/#i_6993

ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION, 
  • Bruno VILLALBA
  •  • 10 798 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Émergence de la pensée écologiste »  : […] de rappeler que le terme écologie est un néologisme forgé par le zoologiste allemand Ernst Haeckel, qui entendait en faire l'une des principales branches des sciences de la nature. Cet ancrage dans le discours scientifique, tout en comportant, comme pour le marxisme, des dangers évidents de dérive idéologique par sur-interprétation – c'est ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-ecologiste/#i_6993

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 229 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Les étapes de l'embryologie »  : […] largement à l'essor de l'embryologie, c'est la loi « biogénétique fondamentale » de Haeckel. Pour cet auteur, fortement influencé par les doctrines transformistes, le développement embryonnaire (ontogenèse) reproduit les étapes traversées au cours de l'évolution de l'espèce (phylogenèse). Avec l'amélioration des moyens techniques, les observations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie/#i_6993

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 100 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Impact et difficultés de la théorie darwinienne  »  : […] la théorie dite de la récapitulation, que l'on peut résumer par la célèbre formule de Haeckel, « l'ontogenèse récapitule la phylogenèse », c'est-à-dire que le développement embryonnaire d'un organisme traverse toute la succession des formes ancestrales de cet individu : un être humain, par exemple, passerait par une forme « ver », puis « poisson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_6993

MICROBE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 527 mots

Grâce à l'invention du microscope, vers la fin du xviie siècle, on découvrit l'existence d'êtres vivants de très petite taille, invisibles à l'œil nu. Sujets de curiosité pendant plus de cent cinquante ans, leur étude ne fut réellement abordée qu'au milieu du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbe/#i_6993

PALÉOANTHROPOLOGIE ou PALÉONTOLOGIE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 4 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Le chaînon manquant » du singe à l’homme »  : […] étaient éclatés par le feu. Dès 1878, Gabriel de Mortillet avait donné un nom à cet être mythique : l'Anthropopithèque ; de son côté, l'audacieux embryologiste allemand Ernst Haeckel, ardent prosélyte des théories darwiniennes, avait dix ans auparavant désigné cet être virtuel sous le nom de Pithecanthropus alalus, le « singe-homme muet ». […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoanthropologie-paleontologie-humaine/#i_6993

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 675 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Genèse historique de l'arbre traditionnel »  : […] gloire de l'embryologie évolutive. La contribution la plus marquante est due à l'Allemand Ernst Haeckel (1834-1919). Ce dernier, principal promoteur des idées de Charles Darwin en Allemagne, est tout particulièrement connu pour avoir promu avec une vigueur inégalée le principe de récapitulation (ou « loi biogénétique fondamentale ») selon lequel le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_6993

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 778 mots
  •  • 12 médias

champignons et la plupart des algues, par opposition au « règne animal ». Par exemple, Ernst Haeckel propose en 1866 un arbre de classification des espèces à trois branches : les Plantae (regroupant les plantes, la majorité des algues, les champignons et les lichens), les Animalia (animaux) et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plantes/#i_6993

RÉDUCTIONNISME & HOLISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 924 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] consiste dans la force ou dans ses effets, est une propriété intrinsèque de la matière. Haeckel, qui n'est nullement physicien, reformule très clairement le substantialisme transformiste. Il croit pouvoir énoncer un principe de substance, c'est-à-dire de permanence de la matière, qu'il appuie sur les lois de conservation de la masse (Lavoisier, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reductionnisme-et-holisme/#i_6993

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre « La « guerre entre science et théologie » »  : […] le darwinisme, trouva ses plus ardents défenseurs. En Allemagne, Ernst Heinrich Haeckel fonda sur l'évolution une nouvelle philosophie, le monisme, qui devait remplacer un christianisme haïssable et périmé et dont il se fit le propagandiste infatigable. En Italie ou en Espagne, Darwin, Spencer et Haeckel devinrent les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/#i_6993

VITALISME

  • Écrit par 
  • Marie-Christine MAUREL
  •  • 3 758 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Néo-mécanisme et néo-vitalisme »  : […] Le poids du modèle des sciences de la nature a généré, depuis les années 1850, une philosophie matérialiste qui deviendra à la fin du xixe siècle, avec Haeckel, le monisme. Dans sa huitième […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitalisme/#i_6993

ZOOLOGIE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 9 224 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fragmentation de la zoologie en nombreuses disciplines »  : […] qui serait simplement descriptive. Parmi ses travaux les plus importants figure l'analyse comparative du développement de la tête chez les requins. Ernst Haeckel (1834-1919) joue lui aussi un rôle essentiel pour l'intégration des idées de Darwin dans les recherches en anatomie et en morphologie comparatives. Il ne se limite pas à la seule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoologie-histoire-de-la/#i_6993

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « HAECKEL ERNST HEINRICH - (1834-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-heinrich-haeckel/