KUMMER ERNST EDUARD (1810-1893)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éléments biographiques et premiers travaux

Ernst Eduard Kummer est le second fils d'un médecin de Sorau, dans l'ancienne Prusse, actuellement en Pologne. Il avait trois ans lorsqu'il perdit son père. La veuve, malgré sa pauvreté, fit faire des études à ses deux enfants, et, à dix-huit ans, Ernst Eduard fut inscrit en théologie à l'université de Halle. Le professeur de mathématiques, F. Scherk, lui donna le goût de l'algèbre et de la théorie des nombres et il abandonna bientôt la théologie pour les sciences exactes. En 1831, il était docteur en mathématiques. Professeur au gymnase de Liegnitz, il y eut pour élève Leopold Kronecker. Nommé, en 1842, à l'université de Breslau, il y enseigna jusqu'en 1855, date à laquelle il succéda à P. G. Lejeune-Dirichlet (1805-1859) à l'université de Berlin. Il devint, la même année, membre effectif de l'Académie de Berlin, dont il était membre correspondant depuis 1839. En plus de sa chaire à l'Université, il professait à l'École militaire. En 1884, il prit sa retraite, et vécut ensuite très retiré. Il mourut de l'influenza, à Berlin.

Les premiers travaux qui lui assurèrent un nom dans l'histoire de la science se rapportent aux séries, aux intégrales définies et à l'intégration des équations différentielles. Son mémoire sur la fonction hypergéométrique (1836) constitue un important complément aux travaux de C. F. Gauss sur ce sujet. Habile algébriste, il décompose le discriminant de l'équation qui détermine les axes d'une quadrique en une somme de sept carrés. Ses études sur les congruences dans l'anneau des polynômes à coefficients réels suggèrent à A.-L. Cauchy sa théorie « algébrique » des nombres complexes fondée sur les résidus modulo (x2 + 1) (cf. nombres complexes, chap. 1).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification


Autres références

«  KUMMER ERNST EDUARD (1810-1893)  » est également traité dans :

ALGÈBRE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 7 218 mots

Dans le chapitre « La théorie des idéaux »  : […] À l'origine de la théorie des anneaux, on trouve essentiellement des recherches de théorie des nombres. En 1831, Gauss avait été amené, à propos de ses célèbres recherches sur les résidus biquadratiques, à étudier des propriétés de divisibilité dans l'anneau Z [ i ] des « entiers de Gauss » de la forme a  +  bi , a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algebre/#i_24430

DEDEKIND RICHARD (1831-1916)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 097 mots

Dans le chapitre « Les « nombres idéaux » »  : […] Euler (1707-1783) le premier s'était enhardi à faire des raisonnements de divisibilité portant sur des nombres qui n'étaient plus des entiers usuels, mais, par exemple, des nombres complexes de la forme m  +  n   – 3 , ( m et n entiers rationnels) ; ces nombres forment un anneau, et Euler admettait sans justifi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-dedekind/#i_24430

DIOPHANTIENNES ÉQUATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COLLIOT-THÉLÈNE, 
  • Marcel DAVID, 
  • Universalis
  •  • 6 374 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le grand théorème de Fermat »  : […] Pierre de Fermat (1601-1665) fut un mathématicien d'une érudition extraordinaire (géométrie analytique, fondements du calcul infinitésimal, lois de l'optique, fondements du calcul des probabilités et surtout théorie des nombres). Malheureusement, presque tous ses théorèmes étaient donnés sans démonstration, car il était alors d'usage de proposer ses découvertes à la sagacité de ses interlocuteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equations-diophantiennes/#i_24430

FERMAT PIERRE DE (1601-1665)

  • Écrit par 
  • Catherine GOLDSTEIN, 
  • Jean ITARD
  • , Universalis
  •  • 4 157 mots

Dans le chapitre « Les premiers résultats généraux »  : […] Un changement important pour les mathématiques prit place dans le courant du xix e  siècle : dans les universités ou, en France, dans l'aire d'influence de l'École polytechnique apparurent des mathématiciens professionnels, chercheurs et enseignants, de plus en plus spécialisés. Les effets furent rapides : vers 1850, Ernst Eduard Kummer, professe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-fermat/#i_24430

KRONECKER LEOPOLD (1823-1891)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 144 mots
  •  • 1 média

Le mathématicien allemand Kronecker nous apparaît, avec Kummer, comme l'un des plus grands arithméticiens du xix e  siècle et l'un des fondateurs de la « grande » théorie des nombres algébriques. Ses travaux sur le corps de classes dans un cas particulier ont préparé ceux de Hilbert et sont à la base de la théorie générale du corps de classes re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-kronecker/#i_24430

NOMBRES (THÉORIE DES) - Nombres algébriques

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 14 064 mots

Dans le chapitre « Unités »  : […] Dans une série de courtes notes, Dirichlet (1841-1846) a étudié les unités dans des anneaux de nombres algébriques de la forme Z [θ], où θ vérifie une équation irréductible x n  +  a 1 x n-1  + ... +  a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-theorie-des-nombres-algebriques/#i_24430

Pour citer l’article

Jean ITARD, « KUMMER ERNST EDUARD - (1810-1893) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-eduard-kummer/