ÉPHÉMÈRE, arts

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'éphémère comme qualité

Sans doute est-ce véritablement du côté du mouvement Fluxus qu'il faut chercher une conception nouvelle de l'éphémère. En 1961, l'artiste américain Allan Kaprow, inventeur du happening, écrit : « Le dernier point que j'aimerais développer à propos de la comparaison entre happening et pièce de théâtre est implicite dans toute la discussion – c'est leur caractère éphémère. Composé de sorte qu'une primauté soit accordée à l'imprévu, un happening ne peut pas être reproduit. Les quelques représentations données de chaque œuvre diffèrent considérablement de l'une à l'autre ; et l'œuvre est finie avant que les habitudes ne commencent à s'établir. [...] De cette façon, un happening a quelque chose de frais, tant qu'il dure, pour le meilleur ou pour le pire. [...] Il permet qu'on soit exposé à la merveilleuse expérience d'être surpris. » Selon ses termes, le happening met en jeu une conception de l'éphémère se situant entre « le changeant, le naturel, et même l'acceptation du ratage », très loin de la tension entre éternel et éphémère évoquée plus haut. En fait, chez Kaprow, éphémère vaut imprévu, indéterminé, ou hasardeux, au sens où compte moins ici un rapport particulier au temps (celui de la durée propre de l'œuvre, ou de sa permanence) que le fait qu'une pièce puisse engendrer des variations infinies. C'est également ce dont parle l'Américain Robert Rauschenberg, lorsqu'il évoque, durant un entretien avec Irmeline Lebeer en 1973, ses toutes premières toiles, des monochromes blancs : « Je me suis toujours imaginé qu'avec un peu d'attention, on pouvait facilement lire l'heure sur les tableaux blancs. Ils étaient comme des récepteurs d'énergie, des capteurs d'images : ils reflétaient tout ce qui se trouvait autour d'eux. »

À sa façon, l'artiste Daniel Buren rassemblait de manière incisive, au cours d'un entretien avec Suzanne Pag [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉPHÉMÈRE, arts  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - L'œuvre

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 2 296 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'œuvre qui vient »  : […] L'art moderne et l'art contemporain ont transformé la notion d'œuvre. Si les prémices d'une crise sont repérables dès le xix e  siècle, c'est le siècle suivant qui développe le processus, avec un acmé dans les années 1960-1970, où les artistes refusent de qualifier d'« œuvre » leur production, préférant parler de « pièce », d'« objet spécifique », de « travail », de « proposition » ou d'« action  […] Lire la suite

ARTE POVERA

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 648 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rome et Turin : de nouvelles pratiques artistiques  »  : […] C'est à Turin et à Rome que vont se concrétiser, pour l'essentiel, les conditions esthétiques de l'émergence de l'Arte povera. À Turin, ville la plus industrialisée de toute l'Italie, la galerie Sperone réunit en l966, sous le titre Arte abitabile , les artistes Giovanni Anselmo (né en 1934), Alighiero e Boetti (1940-1994) et Michelangelo Pistoletto (né en 1933). À Rome, la galerie L'Attico pro […] Lire la suite

LAND ART

  • Écrit par 
  • Gilles A. TIBERGHIEN
  •  • 3 685 mots

Dans le chapitre « Land art »  : […] Travailler dans un environnement naturel ne signifie pas ipso facto faire du land art, comme on a trop souvent tendance à le croire aujourd'hui. Le land art est un mouvement historique né à la fin des années 1960 qui hérite souvent d'une esthétique minimaliste et qui, lié à une certaine compréhension du site, est caractérisé par l'utilisation de matériaux naturels, la terre et ses dérivés. Parmi c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique GOUDINOUX, « ÉPHÉMÈRE, arts », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ephemere-arts/