ÉPHÉMÈRE, arts

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les œuvres à matérialité intermittente

On aura saisi que la partition proposée par Marinetti entre art ancien, tourné vers l'affirmation de valeurs éternelles, et art moderne préoccupé d'éphémère, n'est pas valide. Si l'on considère maintenant l'art moderne, force est de constater qu'y règnent quelques confusions dues sans doute aux nouveaux modes d'apparition des œuvres d'art. Faut-il, par exemple, considérer les œuvres in situ, réalisées précisément pour un site, comme des œuvres éphémères ? Non, dans la mesure où (en théorie du moins) rien n'empêche de les recréer dans le même site quelques mois ou quelques années après leur première apparition.

On ne saurait en effet confondre les œuvres dont la matérialité n'est pas permanente avec de véritables œuvres éphémères – mais ces dernières existent-elles vraiment ? Apparues pour la plupart dans les années 1950, les « œuvres à matérialité intermittente » (telles que les désigne Jean-Marc Poinsot) ont par exemple pour caractéristique de pouvoir être démontées et rangées hors du temps de leur exposition, d'être réalisées seulement pour leur exposition ou bien encore, pour certaines, de n'exister, hors le moment de l'exposition, que sous la forme de « modes d'emploi » qui très précisément en indiquent la matérialité et les moyens de la produire. Qualifier ces œuvres d'éphémères serait aussi étrange que de désigner une toile roulée dans la réserve d'un musée par l'expression « toile éphémère », ou de qualifier d'« éphémères » des expositions temporaires. Dans le cas de ces œuvres à matérialité intermittente, seule est temporaire leur présentation au public, et il est bien possible que leur fonctionnement soit en fait très proche de celui des créations musicales, qui n'existent que le temps de leur exécution.

On souligne aussi volontiers le caractère éphémère des œuvres du land art et de l'Arte povera : là encore, à quelques exceptions près, ce caractère est totalement absent de la plupart des travaux concernés, ou bien il constitue une conséquence des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉPHÉMÈRE, arts  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - L'œuvre

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 2 296 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'œuvre qui vient »  : […] L'art moderne et l'art contemporain ont transformé la notion d'œuvre. Si les prémices d'une crise sont repérables dès le xix e  siècle, c'est le siècle suivant qui développe le processus, avec un acmé dans les années 1960-1970, où les artistes refusent de qualifier d'« œuvre » leur production, préférant parler de « pièce », d'« objet spécifique » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-l-oeuvre/#i_57372

ARTE POVERA

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 648 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rome et Turin : de nouvelles pratiques artistiques  »  : […] C'est à Turin et à Rome que vont se concrétiser, pour l'essentiel, les conditions esthétiques de l'émergence de l'Arte povera. À Turin, ville la plus industrialisée de toute l'Italie, la galerie Sperone réunit en l966, sous le titre Arte abitabile , les artistes Giovanni Anselmo (né en 1934), Alighiero e Boetti (1940-1994) et Michelangelo Pistoletto ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arte-povera/#i_57372

LAND ART

  • Écrit par 
  • Gilles A. TIBERGHIEN
  •  • 3 685 mots

Dans le chapitre « Land art »  : […] Travailler dans un environnement naturel ne signifie pas ipso facto faire du land art, comme on a trop souvent tendance à le croire aujourd'hui. Le land art est un mouvement historique né à la fin des années 1960 qui hérite souvent d'une esthétique minimaliste et qui, lié à une certaine compréhension du site, est caractérisé par l'utilisation de matériaux naturels, la terre et ses dérivés. Parmi c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/land-art/#i_57372

Pour citer l’article

Véronique GOUDINOUX, « ÉPHÉMÈRE, arts », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ephemere-arts/