ÉPHÉMÈRE, arts

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question de la durée

Deux siècles plus tard, Georg Wilhelm Friedrich Hegel, cherchant à montrer l'idéalité de l'art, écrit : « À ce qui est éphémère dans la nature, l'art donne la solide consistance de la durée ; un sourire fugace, une bouche qui se plisse malicieusement, un regard, une lueur fugitive [...], tout cela, l'art l'arrache à l'existence momentanée et, sous ce rapport aussi, surmonte la nature » (Cours d'esthétique, 1842 ; trad. franç. 1995). Enfin, nommant Édouard Manet « parmi les maîtres, qui sont les hommes dont l'art et les prestiges confèrent aux êtres de leur temps, aux fleurs d'un certain jour, aux robes éphémères, à la chair, aux regards d'une fois, une sorte de durée plus longue que plusieurs siècles, et une valeur de contemplation et d'interprétation comparable à celle d'un texte sacré », Paul Valéry, dans le « Triomphe de Manet », partie de ses Pièces sur l'art, fait à nouveau, en 1932, jouer la tension entre éphémère et durée – une durée d'ordre ici moins temporelle que symbolique –, et retrouve un lien entre art, nature et sacré que l'on aurait pu croire dénoué au tout début du xxe siècle.

Baudelaire parlait-il de ce pouvoir qu'a l'art de conférer à l'éphémère une « sorte de durée plus longue que plusieurs siècles », lorsqu'il expliquait le mot qu'il venait d'inventer, « modernité » ? Rien n'est moins certain. « La modernité, écrit-il en 1863, c'est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l'art, dont l'autre moitié est l'éternel et l'immuable » ; le « Peintre de la vie moderne » est celui qui tente « de dégager de la mode ce qu'elle peut contenir de poétique dans l'historique, de tirer l'éternel du transitoire ». Auparavant, l'auteur aura proposé « d'établir une théorie rationnel [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉPHÉMÈRE, arts  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - L'œuvre

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 2 296 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'œuvre qui vient »  : […] L'art moderne et l'art contemporain ont transformé la notion d'œuvre. Si les prémices d'une crise sont repérables dès le xix e  siècle, c'est le siècle suivant qui développe le processus, avec un acmé dans les années 1960-1970, où les artistes refusent de qualifier d'« œuvre » leur production, préférant parler de « pièce », d'« objet spécifique » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-l-oeuvre/#i_57372

Pour citer l’article

Véronique GOUDINOUX, « ÉPHÉMÈRE, arts », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ephemere-arts/