BERLINGUER ENRICO (1922-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure exemplaire de la gauche mondiale ?

Berlinguer reste pourtant une figure exemplaire non seulement pour la classe politique italienne mais pour la gauche mondiale. Il le doit en partie à son charisme personnel et à la forte tension morale qui animait son action, mais aussi à l'importance de celle-ci dans trois domaines essentiels. Dans le domaine national, son combat sans réserve contre le terrorisme en a fait le plus sûr garant de la démocratie. Dans le domaine idéologique, il a considérablement élargi les bases théoriques et pratiques du communisme italien. Avec lui, le rapport démocratie/socialisme n'est plus un moyen d'accès au pouvoir mais une fin. Ce n'est plus seulement une voie nationale inéluctable dans un pays d'Europe occidentale, mais une « conception nouvelle du processus révolutionnaire ». D'où une prise de distance toujours plus marquée à l'égard de l'U.R.S.S., au nom de l'autonomie de chaque parti, mais surtout, ce qui est nouveau, au nom d'un jugement négatif sur le socialisme réel (phrase prononcée à la télévision, le 15 décembre 1981, à propos des événements de Pologne sur l'épuisement de la capacité propulsive de la révolution d'Octobre). Mais, pour Berlinguer, l'avenir d'un communisme laïcisé et modernisé ne se joue pas dans un seul pays. La scène internationale constitue le troisième domaine privilégié de son action. Une action construite sur trois grands axes : l'entente avec les social-démocraties dans le cadre d'une Europe intégrée, et avec les partis progressistes du Tiers Monde grâce à un dialogue Nord-Sud renforcé, enfin la relance de la détente Est-Ouest par la reprise des négociations et l'organisation d'un vaste mouvement pour la paix. Dès lors, on peut se demander en quoi consiste la « spécificité », si souvent revendiquée, du communisme de Berlinguer par rapport au socialisme d'un Willy Brandt, si ce n'est dans la différence de deux traditions, historique et culturelle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BERLINGUER ENRICO (1922-1984)  » est également traité dans :

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 399 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le déclin communiste »  : […] Lorsque Bettino Craxi arrive à la direction du P.S.I., 24,8 points séparent un Parti socialiste divisé et sans stratégie d'un Parti communiste en pleine expansion sous la conduite d'un leader charismatique, Enrico Berlinguer. Malgré les signes de fléchissement en 1979 et en 1980, le P.C.I. conserve encore en 1984 une avance de 22,1 points. Mais les consultations suivantes montrent que le triomph […] Lire la suite

PARTI COMMUNISTE ITALIEN (P.C.I.)

  • Écrit par 
  • Paul-Jean FRANCESCHINI
  •  • 1 305 mots
  •  • 1 média

Celui qui devint « le plus puissant parti communiste du monde non communiste » avait été fondé au congrès de Livourne en 1921. Le Parti communiste italien (P.C.I.) ne regroupe d'abord que la minorité ultragauche du Parti socialiste dirigé par Amadeo Bordiga et le groupe qui, autour d'Antonio Gramsci , avait publié à Turin la revue Ordine nuovo . Aux élections de mai 1921, il obtient seize sièges d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Geneviève BIBES, « BERLINGUER ENRICO - (1922-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enrico-berlinguer/