ENQUÊTE SUR LA NATURE ET LES CAUSES DE LA RICHESSE DES NATIONS, Adam SmithFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'enrichissement capitaliste

Comment conduire la nation au plus haut niveau de richesse ? Puisque cette dernière est définie comme la production annuelle obtenue grâce au travail, l'enrichissement de la nation repose sur l'augmentation de la quantité de travail et l'amélioration de sa productivité.

Dans le livre I, l'analyse est consacrée aux conditions d'amélioration de la productivité du travail : celles-ci s'appuient sur l'expansion de l'échange marchand qui rend possible la division du travail, la spécialisation des tâches ; ainsi s'accroît le « pouvoir productif » du travail.

Smith est donc amené à s'intéresser aux « principes qui règlent la valeur d'échange des marchandises » : montrer d'abord comment les prix doivent se former pour assurer le bon fonctionnement de l'économie, et ensuite comment ces prix s'imposent aux échangistes sur le marché. Smith choisit d'abord une mesure de la valeur des marchandises : la quantité de travail contre laquelle elles s'échangent (la monnaie est pour lui une mauvaise mesure). Il explique ensuite que le prix « naturel » d'une marchandise doit être la somme des revenus payés aux travailleurs, propriétaires de la terre et du capital employés pour la produire : c'est le prix nécessaire pour assurer la reproduction des moyens de production et la permanence des classes sociales dont le rôle est, pour Smith, essentiel à l'accumulation. Il montre alors comment le marché concurrentiel conduit les individus à respecter ces prix « naturels ». Enfin, il analyse la formation et l'évolution des différents revenus : salaire, profit et rente.

Le livre II analyse le capital, nécessaire à la mise en œuvre d'une plus grande quantité de travail ; Smith introduit ici une distinction entre le travail productif créateur de valeur et le travail improductif (travail domestique, artistes) qui, selon lui, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : Maître de Conférences à l'Université de Paris I - Docteur d'Etat en Sciences Economiques

Classification


Autres références

«  ENQUÊTE SUR LA NATURE ET LES CAUSES DE LA RICHESSE DES NATIONS, Adam Smith  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

L'anthropologie économique en tant que branche spécialisée des recherches anthropologiques devint possible et nécessaire au début du xx e  siècle avec la découverte par Boas et Malinowski du potlatch des Indiens Kwakiutl et du kula   ring des Mélanésiens de l'île de Trobiand. Pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-economique/#i_30158

COMMERCE INTERNATIONAL - Avantages comparatifs

  • Écrit par 
  • Matthieu CROZET
  •  • 5 799 mots

Dans le chapitre «  Le principe  »  : […] En s'appuyant sur l'analyse de David Hume (1711-1776), qui décrit en 1752 ( Political Discourses ) un mécanisme d'ajustement automatique des balances des échanges internationaux, Adam Smith (1723-1790) investit le champ de l'économie internationale et développe dans La Richesse des nations (1776) une critique sévère des thèses protectionnistes soutenues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-international-avantages-comparatifs/#i_30158

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Les classiques »  : […] La parution en 1776 des Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations d'Adam Smith (le « père de l'économie politique ») marque le début de l'école classique qui allait dominer la pensée économique durant un siècle. Pour Smith, la nature de la richesse est réelle ; la monnaie n'est que le moyen de sa circulation : la richesse se compose des marchandises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_30158

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question des crises économiques »  : […] La piste esquissée par Marx et précisée par Sraffa, conduit à mettre l'accent sur la théorie ricardienne, Adam Smith apparaissant comme un précurseur moins profond de Ricardo. Entre les analyses de Smith et celles de Ricardo apparaissent néanmoins de sérieuses divergences, que l'approche keynésienne aura permis de préciser, concernant les crises économiques et le rôle de la loi de Say. Le point de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_30158

LIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Francis BALLE
  •  • 6 797 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le libéralisme économique »  : […] Moins qu'une doctrine au sens strict du mot, assurément plus que la justification a posteriori de certaines réalisations dans l'ordre économique, le libéralisme économique est aussi une logique d'action, fondée sur une éthique. Mais avant d'être l'objet d'une réflexion, le libéralisme économique s'est d'abord inscrit comme une réalité dans les événements de l'histoire. À l'origine, il fut une réa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberalisme/#i_30158

SMITH ADAM (1723-1790)

  • Écrit par 
  • Jacques WOLFF
  •  • 1 446 mots

Dans le chapitre « L'homme et l'œuvre »  : […] Smith n'a toute sa vie été qu'un universitaire. Né à Kirkaldy (Écosse), il entra à quatorze ans au collège de Glasgow, à dix-sept ans à Oxford où, pendant six années, il étudia la philosophie et la littérature. Il fut nommé professeur de littérature à Glasgow à vingt-huit ans et occupa à partir de 1753 la chaire de philosophie morale, professant entre autres l'économie politique et publiant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-smith/#i_30158

TRAVAIL DIVISION DU

  • Écrit par 
  • B. BREVAN
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Platon est un des premiers philosophes à avoir remarqué qu'« on fait plus et mieux et plus aisément, lorsque chacun ne fait qu'une chose, celle à laquelle il est propre » ( La République ). Sur ce point, philosophes, économistes, sociologues et anthropologues semblent s'accorder. Il n'est guère de sociétés, aussi restreintes soient-elles, qui ne connaissent une division des t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/division-du-travail/#i_30158

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise DUBOEUF, « ENQUÊTE SUR LA NATURE ET LES CAUSES DE LA RICHESSE DES NATIONS, Adam Smith - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/enquete-sur-la-nature-et-les-causes-de-la-richesse-des-nations/