ÉNONCIATION, psychanalyse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « cure psychanalytique », ou plus exactement le travail analytique, tel que Freud en a conçu et formulé les règles, est un travail verbal. Prétendre intégrer dans le processus psychanalytique un redressement de comportements anormaux ou déviants fait partie d'une entreprise de dénaturation de la psychanalyse. L'analyste n'a d'autre matériau que ce qui se passe sur le divan, défini comme un lieu de parole où sont représentées dans un discours les positions fondamentales du patient. La présence d'un analyste, le maintien de son silence, la rétribution de ce silence (comme on « désintéresse » quelqu'un d'une affaire) sont autant d'éléments qui composent une situation de parole. À quoi il convient d'ajouter, aujourd'hui, la vulgarisation d'un certain nombre de thèses diffuses construites à partir de la découverte de Freud : existence de l'inconscient, prédominance de la sexualité, mythe de l'Œdipe ; ces thèses constituent des discours déjà écrits quelque part, publiés, voire à la mode, et que le patient se croit plus ou moins obligé de reprendre à son compte. En d'autres termes, des énoncés qui se trouvent repris et assemblés comme on compose un recueil de morceaux choisis, énoncés au second degré en quelque sorte, énoncés d'énoncés. Ainsi paradoxalement, la diffusion des thèses de Freud entraîne, au moins dans un premier temps, un effet contraire à celui qui était visé au départ, savoir l'acte même de parler, l'acte d'énoncer, l'énonciation.

Un même énoncé est susceptible de recevoir des significations très différentes, voire opposées, selon la situation de parole dans laquelle les personnes le prononcent et l'entendent, selon l'intonation, la mimique gestuelle, le décor. Cette remarque d'évidence — qui fait l'une des bases de la représentation théâtrale — implique comme conséquence immédiate que ce qui intéresse le sujet parlant dans sa parole ne réside pas dans le contenu (énoncé) mais dans le temps et lieux où cette parole est prononcée. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé des lettres classiques, maître de conférences en littérature française à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  ÉNONCIATION, psychanalyse  » est également traité dans :

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Dans le chapitre «  Le symptôme et la parole »  : […] Or, ce symptôme reste à comprendre. C'est ici que se situe la plus importante découverte freudienne, portée à son plus grand développement par Lacan et son école. Le symptôme est une manière de parole, et doit être intégré au « discours de l' inconscient ». Car l'inconscient n'est pas le moins du monde un réceptacle réel, un contenant qui aurait un contenu psychologique, une zone bien délimitée du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-enfant-et-psychanalyse/#i_41587

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « De la psychanalyse du jeune enfant à Lacan »  : […] La notion de couple de termes a été largement utilisée par les représentants de la psychanalyse du très jeune enfant – tout d'abord pour décrire la relation duelle d'un type particulier entre l'enfant et le partenaire nourricier. Elle concerne aussi le mécanisme spécifique du clivage, dans ses diverses variétés selon les auteurs. Par ailleurs, ceux-ci font un usage diversifié, selon leurs perspect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_41587

Pour citer l’article

Jean-Yves POUILLOUX, « ÉNONCIATION, psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/enonciation-psychanalyse/