ENNÉADES, PlotinFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quelques traités

Certains traités ont connu une fortune particulière. Parmi beaucoup d'autres, on en donnera quelques exemples, qui soulignent la variété de l'œuvre. Sur le beau (I, 6), au témoignage de Porphyre le plus ancien des écrits de Plotin, montre à partir d'un exemple privilégié l'élévation de l'âme, du sensible vers l'intelligible. Sur l'éternité et le temps (III, 45) reprend également un thème platonicien : le temps comme « image mobile de l'éternité » (Timée), mais au travers de la distinction originale entre l'âme et l'intelligence. Le traité Sur l'origine des maux, déjà signalé (I, 8), est à compléter par le curieux exposé Sur les deux matières (II, 4). La quatrième Ennéade comprend un ensemble majeur : les trois traités Sur l'âme (IV, 3-4-5). La distinction entre l'âme, l'intelligence et l'Un est exposée dans Sur les trois hypostases principielles (V, 1). Les trois traités Sur les genres de l'être (VI, 1-2-3) livrent une discussion serrée des principales théories de la connaissance, pour donner l'avantage à Platon sur Aristote et les stoïciens. Porphyre a choisi de clore l'ensemble (VI, 9) par Du Bien ou De l'Un (selon l'ordre chronologique le neuvième des traités), sur l'extase : « Quiconque a vu sait ce que je dis ; il sait que l'âme a une autre vie quand elle s'approche de lui (le Bien ou l'Un), est près de lui et y participe... »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ENNÉADES, Plotin  » est également traité dans :

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 421 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La relation dialoguée des mystiques »  : […] C'est, paradoxalement, chez les mystiques que l'on trouve, fécondé, le meilleur, quant à son contenu, de l'inspiration platonicienne. Le néo-platonicien Plotin (Alexandrin du ii e  s.) avait déjà, dans les Ennéades , symbolisé la relation de l'âme individuelle avec l'Un (substance ultime et unifiante de la totalité du cosmos) par la relation « érotique » de deux âmes, assoiffées l'une de l'autre e […] Lire la suite

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « Plotin »  : […] Cette affirmation est évidemment le point d'arrivée et non pas le point de départ du plotinisme ; conclusion éthique et existentielle et non pas commencement philosophique. Le commencement, chez Plotin, est une réflexion sur l'être qui est avant toute chose, c'est-à-dire, à la lettre, sur le Premier (τ̀ο Πρ̃ωτ̀ον). On sait l'importance du néo-platonisme de Plotin dans la formation des grands cou […] Lire la suite

PORPHYRE (234 env.-310)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 2 155 mots

Dans le chapitre « Le spiritualisme »  : […] On tient habituellement Porphyre pour l'éditeur et le vulgarisateur de Plotin. Cette vue est exacte, mais incomplète. Il est vrai que Porphyre a publié les écrits de son maître sous le titre Ennéades , qu'il les a commentés, résumés et paraphrasés abondamment. Des recherches ont montré que la fameuse Théologie d'Aristote , conservée en traduction arabe (et en traduction latine, dans une autre vers […] Lire la suite

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « ENNÉADES, Plotin - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enneades/