ENNÉADES, PlotinFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connaissance du réel et destinée de l'âme

Déjà, pour les stoïciens, le degré de réalité d'un être correspond au degré d'union de ses parties. Mais pour Plotin cette union provient nécessairement de la contemplation d'un être supérieur, aussi faut-il supposer au principe l'Un, absolument indéterminé, et donc « au-dessus de l'essence », selon les termes de Platon (Parménide). L'être ne vient qu'en second, par émanation ou « procession » : la surabondance de l'Un produisant comme malgré soi une réalité semblable à lui, mais qui en diffère assez pour le contempler. L'originalité de Plotin, s'inspirant ici d'Aristote, est de ne pas confondre l'intelligible avec l'Un, mais avec ce qui est ; et de l'identifier à l'intelligence, au lieu que dans le platonisme l'intelligible la précède nécessairement. De même que l'intelligence est vision de l'Un, l'âme à son tour est vision de l'idée, qui informe la matière – ultime reflet de l'être avant l'évanouissement dans le non-être. En ce sens, la matière est à l'origine du mal (c'est la thèse du huitième traité de la première Ennéade), des maux compris comme perte de réalité : la maladie, la laideur, la pauvreté. Car l'âme peut se laisser attirer vers la matière, détourner du modèle par l'attrait du reflet.

Inversement, en partant cette fois du monde sensible, le néo-platonisme conçoit un mouvement ascensionnel, qui conduit à l'Un. La description plotinienne de cette ascension a eu une considérable influence dans ce qu'il est convenu d'appeler la théologie mystique : elle constitue une pièce majeure dans la part d'« hellénisme » que recèle la pensée chrétienne. Au plus bas de l'échelle l'âme subit, elle est passive ; avec la vie sociale elle accède au premier degré de l'action. Vient ensuite pour l'âme, avec le jugement et la conscience rationnel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ENNÉADES, Plotin  » est également traité dans :

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La relation dialoguée des mystiques »  : […] C'est, paradoxalement, chez les mystiques que l'on trouve, fécondé, le meilleur, quant à son contenu, de l'inspiration platonicienne. Le néo-platonicien Plotin (Alexandrin du ii e  s.) avait déjà, dans les Ennéades , symbolisé la relation de l'âme individuelle avec l'Un (substance ultime et unifiante de la totalité du cosmos) par la relation « érotique » de deux âmes, assoiffées l'une de l'autre e […] Lire la suite

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « Plotin »  : […] Cette affirmation est évidemment le point d'arrivée et non pas le point de départ du plotinisme ; conclusion éthique et existentielle et non pas commencement philosophique. Le commencement, chez Plotin, est une réflexion sur l'être qui est avant toute chose, c'est-à-dire, à la lettre, sur le Premier (τ̀ο Πρ̃ωτ̀ον). On sait l'importance du néo-platonisme de Plotin dans la formation des grands cou […] Lire la suite

PORPHYRE (234 env.-310)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 2 155 mots

Dans le chapitre « Le spiritualisme »  : […] On tient habituellement Porphyre pour l'éditeur et le vulgarisateur de Plotin. Cette vue est exacte, mais incomplète. Il est vrai que Porphyre a publié les écrits de son maître sous le titre Ennéades , qu'il les a commentés, résumés et paraphrasés abondamment. Des recherches ont montré que la fameuse Théologie d'Aristote , conservée en traduction arabe (et en traduction latine, dans une autre vers […] Lire la suite

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « ENNÉADES, Plotin - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/enneades/