ENFANTS À HAUT POTENTIEL INTELLECTUEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apprentissages scolaires

Étrangement, et bien que les HPI aient habituellement des capacités d’apprentissage supérieures à la moyenne, certains enfants HPI (dits « doublement exceptionnel ») souffrent de troubles spécifiques des apprentissages, par exemple de dyslexie (trouble de la lecture). Il semble qu’un QI supérieur n’immunise pas contre ces troubles, car la prévalence de la dyslexie est aussi élevée chez les HPI que dans le reste de la population.

Certains HPI sont en échec scolaire à un moment de leur scolarité. Néanmoins, on manque de données pour quantifier le phénomène. Il existe en revanche des données sur les HPI sous-performants, c’est-à-dire ceux dont les résultats scolaires sont très inférieurs à ce qu’on pourrait espérer compte tenu de leur QI. Les sous-performants représenteraient entre 20 et 40 p. 100 des HPI. Ils ne sont pas tous en échec scolaire (un élève ayant des résultats scolaires honorables avec un QI de 150 est considéré comme sous-performant).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de mathématiques, psychologue, maître de conférences

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas GAUVRIT, « ENFANTS À HAUT POTENTIEL INTELLECTUEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfants-a-haut-potentiel-intellectuel/