ENFANCE, Nathalie SarrauteFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mémoire à tâtons

Ce survol rend imparfaitement compte d'un texte qui n'est nullement le récit linéaire d'une enfance recomposée après coup, mais une succession de souvenirs souvent parcellaires et incertains, de moments qui peuvent être centrés aussi bien sur des événements ou des sensations que sur des mots. Sans doute suit-on plus ou moins le fil chronologique, à l'exception de quelques rares prolepses (anticipations), comme la mention de la vie commune avec la mère juste avant la déclaration de guerre, et analepses (retours en arrière), comme la brève allusion au départ de Russie lorsque la narratrice avait deux ans. Mais les ellipses et la pure juxtaposition des « scènes » interdisent la reconstitution d'un véritable continuum temporel. C'est qu'il s'agit ici de retrouver l'enfance non pas du point de vue rétrospectif de l'adulte qui (ré)écrit, mais, sous la forme d'instantanés, telle qu'elle a été vécue selon le regard et dans la conscience de l'enfant. D'où le temps présent. D'où l'écriture fortement teintée d'oralité. D'où les hésitations, les incertitudes, marquées par une syntaxe souvent sinueuse, heurtée, déconstruite, où domine la parataxe (juxtaposition), censée mimer les mouvements hasardeux de la mémoire. D'où également une hiérarchisation parfois déconcertante : des moments objectivement décisifs – les séjours en Russie, le retour à Paris sans la mère, la naissance de la petite sœur, la découverte de la lecture et de l'écriture, les brèves retrouvailles avec la mère... – se trouvent placés sur le même plan que de « petits faits » en apparence anodins comme la disparition d'un ours en peluche, des promenades en forêt ou au jardin du Luxembourg, Véra confectionnant une cigarette, ou la peur éprouvée au souvenir du film Fantômas.

À quatre-vingt-trois ans, Nathalie Sarraute poursuit ici une quête littéraire inaugurée avec son premier livre, Tropismes, dont l'enjeu était de décrire ces « mouvements indéfinissables qui glissent très rapidement aux limites de la conscience ; ils sont à l’origine de nos gestes, de nos paroles, des sentiments que nous manifestons, que nous croyons éprouver et qu’il est possible de définir » (L'Ère du soupçon). De fait, l'analyse psychologique laisse la place à la réactivation de sensations fugaces, de sentiments plus ou moins diffus, de paroles marquantes, entendues (« Non, tu ne feras pas ça », « Ce n'est pas ta maison ») ou prononcées (« Maman a la peau d'un singe »), dans le souci de se tenir – et de tenir le lecteur – au plus près de l'expérience vécue, à quoi contribue le dispositif énonciatif. Le texte, rappelons-le, se présente en effet sous la forme d'un dialogue, certes très déséquilibré, entre deux « voix » : l'une qui décide d'évoquer son enfance, l'autre qui, après avoir mis en garde dès le début contre les risques du genre, intervient de temps à autre, sous forme de commentaires ou d'interrogations, généralement pour vérifier l'authenticité du souvenir et de sa restitution (« Ne crois-tu pas que là […] tu n'as pas pu t'empêcher de placer un petit morceau de préfabriqué », « Non, là il faut que je t'arrête, tu te laisses entraîner »). Selon un paradoxe qui n'est qu'apparent, cette distance critique, en opérant une sorte de contrôle permanent sur la narratrice, en la dissuadant d'emprunter des formes littéraires éculées, en lui interdisant de céder au cliché ou au pathos, assure et renforce l'adhésion voire l'émotion du lecteur.

Il reste qu’Enfance n'est pas un pur exercice formel. Par la succession de « temps faibles » et de « temps forts », par l'entremêlement de notations banales et de réminiscences de moments intenses voire violents, le livre évoque une enfance matériellement à l'abri du besoin mais plutôt triste et douloureuse : l'écartèlement entre deux parents séparés, la relation ambivalente avec une mère aimée et admirée mais perçue comme lointaine et indifférente, l'appartenance, aussi déstabilisante qu'enrichissante, à deux cultures (russe et française) et deux univers opposés (celui, éthéré, brillant mais inaccessible, de la mère, et celui, plus concret et matériel, du père)... Autant de thèmes qui laissent affleurer une sourde angoisse, un sentiment d'insécurité voire de trahison et d'abandon qui, au-delà de l'expérience singulière de la petite Natalia, sont peut-être ceux de toute enfance. Silences et ellipses ne sont donc pas seulement ici des signes de pudeur e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ENFANCE, Nathalie Sarraute  » est également traité dans :

ROMAN D'ÉDUCATION ou ROMAN D'APPRENTISSAGE

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 1 498 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Apprendre à lire le monde »  : […] Si l'on en revient au Bildungsroman au sens large, on constate qu'au fur et à mesure de l'évolution du roman, les champs éducatifs s'intériorisent et s'intellectualisent. C'est une éducation du bonheur très concrète que raconte Marivaux dans ses romans. Sous la férule de Vautrin, Rastignac apprend à conquérir la réalité même du pouvoir (l'argent et les femmes n'étant que des moyens d'accès à la pu […] Lire la suite

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 684 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une « collection d'écrivains », une époque »  : […] Plutôt que de groupe ou d'école, Jean Ricardou préfère parler, à propos des nouveaux romanciers, d'une « collection d'écrivains », mus par une même ambition, mais de tempérament et de style fort dissemblables. Il a pourtant contribué au premier chef à l'« illusion de club » qu'il souhaitait dénoncer : son ouvrage Le Nouveau Roman (1973), qui met au jour les recettes plutôt que l'inspiration des n […] Lire la suite

SARRAUTE NATHALIE (1900-1999)

  • Écrit par 
  • Marianne ALPHANT
  •  • 2 477 mots
  •  • 1 média

Si l'on peut faire remonter au recueil de L'Ère du soupçon , paru en 1956, le rayonnement de l'œuvre de Nathalie Sarraute, l'une des plus neuves et des plus marquantes de notre époque, c'est parce que s'y trouve alors abordée pour la première fois l'idée d'une crise du roman, idée partagée par un certain nombre d'écrivains dont l'œuvre serait rangée sous l'étiquette du Nouveau Roman. Il ne s'agis […] Lire la suite

Les derniers événements

14 décembre 2021 Canada. Adoption d'un plan en faveur des enfants autochtones.

La moitié de la somme doit être consacrée à l’indemnisation des enfants retirés à leur famille depuis les années 1990 pour être confiés à un réseau de protection de l’enfance reconnu inadéquat et sous-financé, l’autre moitié à l’amélioration des services de protection de l’enfance dans les communautés autochtones. […] Lire la suite

7-12 juillet 2021 Santé. Franchissement du seuil des quatre millions de morts de la Covid-19.

Le 12, un rapport conjoint de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) indique que le nombre de personnes confrontées à la faim dans le monde s’est accru de 18 % en 2020 par rapport à l’année précédente du fait de la pandémie et que celle-ci aura des conséquences à long terme sur la sécurité alimentaire mondiale. […] Lire la suite

2-29 septembre 2020 France. Procès des attentats de janvier 2015 et nouvelle attaque terroriste.

Arrivé en France en août 2018, il avait été pris en charge par l’aide sociale à l’enfance en tant que mineur isolé, jusqu’à sa majorité supposée, en août. L’enquête révélera le véritable nom de cet homme, Zaheer Hassan Mahmoud, et son âge réel, vingt-cinq ans. Le 29, Zaheer Hassan Mahmoud est mis en examen pour « tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». […] Lire la suite

20-23 septembre 2019 Environnement. Sommet Action Climat à l'ONU.

Le 23, la jeune militante environnementaliste Greta Thunberg s’emporte à la tribune : « Comment osez-vous ? […] Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. » Le bilan de la réunion est maigre. Les plus grands producteurs de gaz à effet de serre (GES) sont absents ou ne font que réitérer leurs engagements antérieurs. Seul un groupe de soixante-six États, majoritairement des pays en développement, qui représentent 6,8 p. […] Lire la suite

11-30 août 2018 Belgique. Polémique sur le placement en centre fermé de familles en séjour illégal.

 » Le 22, des associations de défense des droits, de protection de l’enfance et d’aide aux migrants, ainsi que l’ordre des avocats déposent un recours contre l’arrêté royal devant le Conseil d’État. Le 30, les délégués wallon et flamand aux droits de l’enfant, qui se rendent au centre 127 bis, dénoncent la décision d’expulsion visant la famille serbe. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « ENFANCE, Nathalie Sarraute - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance/