ENFANCE (Les connaissances)Développement psychomoteur

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'adolescence

L'adolescence est la période de la vie durant laquelle la croissance staturale et pondérale subit une nouvelle poussée et qui est caractérisée par les profondes modifications qui vont transformer l'enfant en un adulte. Elle dure de deux à trois ans et peut se diviser en trois stades : la prépuberté, caractérisée par une croissance staturale rapide et par l'apparition des caractères sexuels secondaires ; la puberté, moment où apparaissent chez la fille les premières règles, chez le garçon la première éjaculation ; la postpuberté : période dont on peut difficilement préciser la fin, et que caractérise un arrêt progressif de la croissance staturale, tandis que la croissance pondérale et la maturation morphologique et physiologique des divers organes se poursuivent encore. La pleine maturité sexuelle et l'aptitude à la procréation en sont l'aboutissement. Le bouleversement qui occupe cette période met en question la conception que chacun a de son propre corps. Très perturbatrice est l'absence de parallélisme qui, bien souvent, dissocie cette maturation somatique, intellectuelle, libidinale et sociale.

L'adolescent se sent mal à l'aise dans « la gêne et l'ennui de ses membres trop longs » qui lui donnent un aspect d'échassier. Sa mue, son acné, sa pilosité parcellaire lui apparaissent inesthétiques et ridicules. Même s'ils savent que cette discordance n'est que transitoire, l'adolescent et souvent son entourage peuvent la ressentir comme définitive, ce qui est pour celui-là source d'inquiétude grave.

L'image que chacun a de lui-même ne dépend pas uniquement de l'image spéculaire : l'homme se regarde non seulement dans le miroir mais dans et par les yeux d'autrui. Les moqueries auxquelles l'adolescent est souvent en butte, tant de la part de ses proches que de ses camarades, peuvent entraîner des réactions névrotiques et agressives : c'est le moment privilégié des régimes alimentaires outranciers, pouvant aboutir chez la jeune fille à l'anorexie mentale.

On a vu que l'intérêt sexuel ne débutait pas à la puberté : après la période de latence, que marquent la mise en sommeil des pulsions instinctuelles et la consolidation du moi et du surmoi, l'adolescent opère un réveil brutal de ces pulsions et remet en cause l'équilibre antérieur. Cela ne va pas sans perturbations ; de nouvelles défenses apparaissent, par exemple : une protestation ascétique par laquelle l'adolescent bannit toutes les pulsions instinctuelles, tant sexuelles que purement organiques ; une intellectualisation se traduisant par le goût des interminables discussions abstraites, politiques, religieuses, morales ; une activité créatrice se manifestant dans la poésie, la peinture, la rédaction d'un journal intime.

Le problème de la masturbation est au centre des préoccupations de cette période ; c'est un fait d'expérience que la masturbation est quasi constante chez les adolescents. Selon Kinsey, près de 92 p. 100 de la population totale masculine en a fait l'expérience jusqu'à l'orgasme. Ce chiffre serait de 82 p. 100 chez les garçons de quinze ans ; à partir de dix-huit ans, il décroît constamment avec l'âge. Cette fréquence est moindre chez la fille (62 p. 100, dit Kinsey) ; elle peut être individuelle ou collective (en miroir ou réciproque), emprunter la forme de jeux homosexuels, s'accompagner d'un véritable prosélytisme, jouer dans certains groupes un rôle initiatique. Les fantasmes qui l'accompagnent sont significatifs et relèvent le plus souvent d'un phénomène de régression. Ces pratiques sont généralement culpabilisantes, mais ce sentiment est variable d'un individu à un autre, dans la mesure où la lutte anxieuse contre ces habitudes mobilise l'énergie de l'adolescent. Le comportement sexuel adulte, surtout chez le garçon, dépend étroitement de la façon dont le problème est résolu. C'est dire l'importance que jouent l'information et l'éducation sexuelles ; les interdits brutaux, les menaces de folie, de damnation, de castration pouvant avoir des conséquences néfastes.

Quant au comportement social étroitement imbriqué avec la sexualité, il est classique d'y distinguer trois phases :

– une phase d'opposition (de douze à quinze ans chez le garçon, de onze à treize ans chez la fille) coïncidant avec la phase prépubertaire au cours de laquelle le jeune adolescent refuse systématiquement tout ce [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de la Pitié-Salpêtrière, médecin des Hôpitaux, chef de clinique de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'hôpital de la Salpêtrière

Classification

Autres références

«  ENFANCE  » est également traité dans :

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 692 mots
  •  • 2 médias

« La psychanalyse des individus, écrivait S. Freud dans Moïse et le monothéisme (1938), nous apprend que les impressions les plus précoces, recueillies à une époque où l'enfant ne fait encore que balbutier, provoquent un jour, sans même resurgir dans le conscient, des effets obsédants. » Dans la continuité de cette intuition géniale, […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

L'enfant grandit au sein de relations interpersonnelles au cours desquelles il élabore des attitudes de sociabilité, à la fois d'attachement et de rejet, à l'égard des sujets qui l'entourent. Activité complexe, où les émotions, les imitations, les agressions, les identifications, plus tard les comparaisons entre personnes, jouent des rôles multiples. Mai […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Ce serait une erreur de considérer la psychanalyse comme un corpus scientifique constitué une fois pour toutes, comme un système clos du savoir. Non seulement elle est un système ouvert, mais elle est constitutivement ce qui, dans l'ordre de la connaissance, doit être perpétuellement repensé, relu, réinterpré […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Approche historique de l'enfance

  • Écrit par 
  • Marie-France MOREL
  •  • 5 886 mots

C'est à partir de 1960, avec la publication du livre pionnier de Philippe Ariès, L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, que l'enfance devient véritablement objet d'histoire. Depuis lors, ses progrès ont été stimulés par les recherches contemporaines consacrées à l'enfant et à la f […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - Évolution de la relation adultes-enfants

  • Écrit par 
  • Alain RENAUT
  •  • 5 424 mots

Les sociétés contemporaines font l'expérience multiforme d'une fragilisation de l'autorité. Cette fragilisation concerne toutes les formes de pouvoir s'exerçant sur les individus, mais elle se révèle particulièrement insistante partout où il y va d'une relation entre adultes et enfants. Les éducateurs et les parents ressentent aujourd'hui des difficultés in […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - Le droit de l'enfant

  • Écrit par 
  • Alain BRUEL
  •  • 9 294 mots

Branche spéciale du droit, le droit des mineurs embrasse l'ensemble des dispositions juridiques ayant trait à la protection et au statut de l'enfant. Ce droit ne s'est constitué qu'à une époque relativement récente dans l'histoire juridique française.Jusqu'au milieu du xixe siècle, les rapports familiaux étaient considérés comme relevant du droit natu […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - L'enfant dans la société de consommation

  • Écrit par 
  • Benoît HEILBRUNN
  •  • 4 982 mots
  •  • 1 média

On assiste à une évolution du rôle des enfants dans les pratiques de consommation familiale en raison de la modification de la structure et de la fonction de la famille, mais aussi de l'évolution des pratiques marketing des entreprises qui tendent à considérer l'enfant comme un consommateur à part entière. L'enfant acquiert despouvoirs dont il ne disposait pas auparavant et qui peuvent s'envisager […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - La maltraitance des enfants

  • Écrit par 
  • Danièle RAPOPORT
  •  • 3 329 mots

S'il est un domaine qui témoigne des nouveaux regards portés sur l'enfance par notre société, c'est bien celui de la maltraitance. Considéré en français comme un néologisme jusque dans les années 1990-1995, ce terme commence en réalité à être utilisé dans le langage courant dès le début des années 1980. Les médias s'emparent du mot, à la suite des profession […] Lire la suite

FAMILLE - Le statut de l'enfant dans la famille contemporaine

  • Écrit par 
  • François de SINGLY
  •  • 4 281 mots
  •  • 1 média

L'enfant a-t-il pris dans la famille, comme dans le reste de la société, une place qui ne serait pas la sienne ? À en croire le titre d'un ouvrage récent – L'Enfant chef de famille (2003) – de Daniel Marcelli, pédopsychiatre reconnu, on pourrait le craindre puisqu'il serait devenu « roi ». Il est vrai que le père, en France, a perdu une p […] Lire la suite

PETITE ENFANCE ET DÉBUTS DE LA PENSÉE

  • Écrit par 
  • Roger LÉCUYER
  •  • 1 345 mots

En 1911, le médecin pédiatre René Cruchet affirmait qu’à la naissance l'enfant n'est qu'un réflexe. Il affirmait même qu'« il n'y a aucune différence de comportement entre un nouveau-né qui a un cerveau et un qui n'en a pas »… […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier-Jacques DUCHÉ, « ENFANCE (Les connaissances) - Développement psychomoteur », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-developpement-psychomoteur/