ENCYCLOPÉDIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mémoire et l'ordre : avant la Renaissance

Avec l'écriture apparaissent les moyens d'une mémoire collective : chiffres et lettres ou caractères ; déploiement du discours et inventaire des désignations. Les listes de noms apparaissent à Sumer avec les comptes : la mémoire des mots accompagne celle des quantités. Celle des textes, qui transmettent la connaissance et l'erreur, le mythe, ou encore le discours du pouvoir, induit celle des mots, reflets des choses et des objets de pensée. Les noms propres, qui renvoient à une réalité unique, ont en commun avec d'autres mots présents dans une langue de renvoyer aux choses et aux êtres. Mais les mots, noms communs, adjectifs, verbes, correspondent à des classes de substances, de qualités, d'actions, et diffèrent selon l'idiome.

L'encyclopédisme primitif met en œuvre une forme stabilisée des signes d'une langue pour établir une mnémotechnie : à partir des formes visibles de ces signes, il s'agit d'obtenir des séries ordonnées d'informations, de manière à pouvoir les retrouver. Ces données sont censées fournir une image du réel. Quand cette image tend vers une totalité, cercle ou cycle, et qu'elle vise à une transmission du savoir ordonné, la métaphore fournie par l'expression grecque qui signifie « dans le cercle (de) ce qu'on peut enseigner » semble pertinente.

Cette démarche, à s'en tenir à l'étymologie, requiert une fermeture et un centre, c'est-à-dire une fixation dans un ordre, mais aussi un dynamisme, celui de la transmission du savoir. Ce paradoxe est aussi celui du langage et de l'écriture : fixer pour transmettre, c'est-à-dire pour faire bouger. Le « livre » (support – tablette, rouleau, volumen) est dans la même situation, et par suite la bibliothèque, objet culturel repéré depuis Assurbanipal (668-627 av. J.-C.). Ce sont les matérialisations du projet encyclopédique, aujourd'hui virtualisé par l'électronique mondialisée d'Internet, mais dans la confusi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Médias de l’article

Francis Bacon

Francis Bacon
Crédits : Hulton Getty

photographie

Gottfried Wilhelm Leibniz

Gottfried Wilhelm Leibniz
Crédits : AKG

photographie

D'Alembert

D'Alembert
Crédits : Hulton Getty

photographie

Figure de fantaisie, J. H. Fragonard

Figure de fantaisie, J. H. Fragonard
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 6 médias de l'article





Écrit par :

  • : conseiller éditorial, dictionnaire Le Robert

Classification


Autres références

«  ENCYCLOPÉDIE  » est également traité dans :

CARDAN JÉRÔME (1501-1576)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 1 962 mots

Dans le chapitre « De l'algèbre à l'astrologie »  : […] « Médecin milanais », comme il aime à se désigner lui-même sur la page de titre de ses œuvres imprimées, Cardan s'est pourtant assuré la réputation la plus durable dans le domaine des mathématiques, et notamment de l'algèbre. En 1539, il publie à Milan un ouvrage d'arithmétique, la Practica arithmeticè et mensurandi singularis (réimprimé à Nuremberg). Mais c'est surtout en 1545, avec son Ars mag […] Lire la suite

CHAMBERS EPHRAÏM (1680 env.-1740)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 322 mots

Publiciste et encyclopédiste anglais, né à Kendal, dans le Westmorland et mort à Islington, dans le Middlesex. D'origine modeste, Ephraïm Chambers fit ses études dans sa ville natale, puis entra comme apprenti chez un cartographe qui le poussa à se cultiver. En 1728, il lança, par souscription, l'ouvrage qui le rendit célèbre, son encyclopédie, à laquelle il devait consacrer sa vie entière : Cycl […] Lire la suite

CHINOISES GRANDES ÉDITIONS

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 980 mots

L'un des traits remarquables de l'édition chinoise, pratiquement depuis ses débuts et jusqu'à ce jour, est la publication de vastes collections dont la visée n'est pas commerciale, mais idéologique ou politique : manifestation de piété (religieuse ou culturelle selon les cas), recherche du prestige, volonté de conserver un patrimoine ou de fixer une orthodoxie. Les grandes éditions de textes relig […] Lire la suite

CORONELLI VINCENZO MARIA (1650-1718)

  • Écrit par 
  • André LOUCHET
  •  • 711 mots
  •  • 1 média

Né à Venise en 1650, Vincenzo Maria Coronelli fait ses études à Ravenne et entre chez les franciscains de Venise dès 1665. Docteur en théologie en 1673, il mènera sa vie durant une carrière de savant, de géographe et d’encyclopédiste. À la fin des années 1670, Coronelli travaille comme géographe pour le duc de Parme, Ranuce Farnèse, qui le considère comme « le plus grand fabricant de globes de to […] Lire la suite

DICTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Bernard QUEMADA
  •  • 7 981 mots

Dans le chapitre « Dictionnaires de langue et dictionnaires encyclopédiques »  : […] Selon qu'elles portent sur le signe (mot) ou sur le référent (chose, réalité ou concept auquel le signe renvoie), les informations sont de nature différente. Pour fondamentale qu'elle soit, cette distinction induit des caractères dominants plutôt qu'exclusifs. Le dictionnaire de langue, dénommé aussi « dictionnaire de mots » de D'Alembert à Pierre Larousse, amplifie la catégorie ouverte par les pr […] Lire la suite

ENCYCLOPÉDIE (D. Diderot et J. Le Rond d'Alembert) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 1 140 mots
  •  • 1 média

L' Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Denis Diderot (1713-1784) et de Jean Le Rond d'Alembert (1717-1783) a pris très tôt valeur de symbole. En elle se trouvent concentrés l'appétit de savoir qui habite le xviii e  siècle, son goût des bilans et des sommes, l'intérêt porté aux sciences et techniques, l'extraordinaire développement que connaît alors l'i […] Lire la suite

ENCYCLOPÉDIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Sophie L. POIROT-DELPECH
  •  • 1 268 mots

Formule originale de présentation du savoir, l' Encyclopédie française est née dans le Paris des années 1930. C'est en juillet 1932 que le ministre de l'Éducation nationale, Anatole de Monzie, stimulé par les réalisations étrangères (notamment les encyclopédies italiennes et soviétique), décide la création d'une nouvelle encyclopédie. Rien dans les projets initiaux ne semble distinguer celle-ci d […] Lire la suite

ENCYCLOPÉDIE PHILOSOPHIQUE UNIVERSELLE (ouvrage collectif) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 024 mots

La publication du dernier volume, Discours philosophique , de l' Encyclopédie philosophique universelle (PUF, 1991-1998) permet de prendre la juste mesure d'une entreprise éditoriale considérable et résolument novatrice dans sa conception. Une quinzaine d'années de travail auront été nécessaires pour aboutir à ces douze mille pages très denses, réparties en quatre volumes, qui résument les acquis […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par définition »  : […] On pourrait convenir de distinguer l'œuvre fragmentaire par définition, où le fragment participe de l'ordre du discours, de celle où le fragment fait sens comme écriture et doit être lu et interprété dans ses connotations philosophiques ou esthétiques. L'œuvre fragmentaire type est le dictionnaire, image du discours fractionné. Un dictionnaire de langue courant est composé de 50 ou 60 000 entrées […] Lire la suite

GRÉGORY CLAUDE (1921-2010)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 1 001 mots

Né le 8 janvier 1921 à Joinville-le-Pont sous le nom de Zalta, le futur fondateur de l' Encylopædia Universalis choisit de s'appeler Grégory lorsqu'il entre dans la Résistance. Il terminait alors des études de mathématiques, de philosophie et de lettres. Arrêté et condamné à mort par Vichy, il parvint à s'évader et à continuer la lutte, se cachant en particulier grâce à son ami et futur beau-frèr […] Lire la suite

HERRADE DE LANDSBERG (1125-1195)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 449 mots

Abbesse de Hohenburg, au sommet du mont Sainte-Odile, de 1167 à sa mort, Herrade de Landsberg y applique la règle des chanoinesses de saint Augustin. Fille spirituelle de Relinde, l'abbesse à laquelle elle succéda, et placée là par Frédéric Barberousse, elle a quarante-six chanoinesses et douze converses à gouverner sous la direction des Prémontrés. Située ainsi au carrefour de la réforme de l'Égl […] Lire la suite

HONORIUS AUGUSTODUNENSIS (1080-env. 1150)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 618 mots

Souvent appelé à tort Honorius d'Autun, cet écrivain réputé mystérieux pour le peu de détails qu'on sait de sa vie (on doute même parfois de son existence, en supposant que ses écrits ne sont qu'une compilation) et pour son goût de l'arcane a dû naître en Angleterre, où il fut l'élève d'Anselme de Canterbury. Il vécut sous l'habit des bénédictins « celtiques », presque en ermite, dans les environs […] Lire la suite

ISIDORE DE SÉVILLE (560 env.-636)

  • Écrit par 
  • Jacques FONTAINE
  •  • 1 355 mots

Dans le chapitre « L'œuvre littéraire et ses sources »  : […] Isidore est né, il a vécu et écrit dans la plus romanisée des provinces de l'Espagne romaine : la Bétique (l'actuelle Andalousie) ; la plus ouverte aussi, depuis des millénaires, aux influences de l'Orient et de l'Afrique. À l'entrée de la bibliothèque sévillane, on pouvait lire : « Il est ici bien des œuvres sacrées, bien des œuvres profanes » ; ce vers trace à lui seul un programme. L'Afrique ch […] Lire la suite

LAROUSSE PIERRE (1817-1875)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 330 mots

D'abord instituteur, puis directeur de l'école primaire supérieure de Toucy (Yonne) où il est né, Pierre Larousse vient en 1840 à Paris dans le but d'approfondir ses connaissances en pédagogie et en lexicologie. En 1852, il crée avec Augustin Boyer (1821-1896) une maison d'édition, la Librairie Larousse et Boyer, qui publie une collection de manuels pédagogiques conçus en grande partie par Larouss […] Lire la suite

TUSHU JICHENG [T'OU-CHOU TSI-TCH'ENG]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 469 mots

« Compendium illustré des Temps anciens et modernes », le Tushu jicheng (le titre complet est Gujin tushu jicheng ) est la plus grande et la plus utile des encyclopédies de la Chine. Réalisé de 1713 à 1723, publié en 1728, il comprend 10 000 chapitres (plus 40 chapitres pour l'index et 44 chapitres d'errata). L'édition originale comptait 5 020 fascicules. D'un format plus petit, la réédition de 1 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain REY, « ENCYCLOPÉDIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie/