ENCRE, peinture

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Fresque et paysage au lavis sous les Tang »  : […] La dynastie Tang, époque puissante, luxueuse et raffinée, a dû connaître un remarquable épanouissement de la peinture, d'abondants témoignages littéraires en font foi. Mais les œuvres qui subsistent encore aujourd'hui sont rarissimes, douteuses et contradictoires, de sorte que l'étude de la peinture Tang représente dans une large mesure une discussion dans le vide. La plus robuste expression de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_21355

CORÉE - Arts

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Arnauld LE BRUSQ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 11 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La quête d'un art moderne asiatique »  : […] Parallèlement au mouvement qui essaie d'intégrer l'art coréen dans le courant international, une autre tendance recherche une expression renouvelée de la culture coréenne en s'appuyant sur la tradition. Kim Ki-ch'ang reprend des thèmes éternels dans des dessins à l'encre et à l'eau ; l'art et l'identité coréens survivent malgré les discontinuités historiques. L'attachement à la Corée traditionnell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-arts/#i_21355

DESSIN

  • Écrit par 
  • Robert FOHR, 
  • Geneviève MONNIER
  •  • 6 940 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les lavis et la tempera  »  : […] Le lavis est le procédé le plus répandu pour donner une teinte au dessin, en particulier au dessin à la plume ; il est composé d'encre de Chine (lavis gris ou brun) ou d'encres de couleurs (lavis de couleurs), diluées dans de l'eau et appliquées au pinceau. Le lavis brun, obtenu à partir d'une encre brune plus ou moins diluée et dont la teinte va ainsi du mordoré le plus léger au brun le plus somb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin/#i_21355

DONG QICHANG [TONG K'I-TCH'ANG] (1555-1636)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 875 mots

Dans le chapitre « Le calligraphe et le peintre »  : […] Avec Dong Qichang, la définition classique qui voyait dans la peinture « une excroissance de la calligraphie » prend sa pleine signification. Les sources de sa calligraphie sont composites et malaisées à définir (Dong a délibérément brouillé les pistes pour prévenir toute confrontation défavorable avec ses modèles) ; les exemples de Zhao Mengfu et de Mi Fu durent être déterminants pour ses années […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dong-qichang-tong-k-i-tch-ang/#i_21355

HUANG GONGWANG [HOUANG KONG-WANG] (1269-1354)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 044 mots

Dans le chapitre « Une esthétique de la transparence »  : […] À première vue, cette peinture paraît d'une déconcertante simplicité : rien de moins spectaculaire que ces modestes collines devant lesquelles le spectateur se trouve placé de plain-pied, privé soudain de ce point de vue surplombant qui faisait la majesté des perspectives traditionnelles. Les choses sont montrées comme elles se présentent, uniment décrites sous la lumière d'un jour égal – plus que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huang-gongwang-houang-kong-wang/#i_21355

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « La peinture de style japonais ou Nihonga »  : […] Traditionnellement, la peinture japonaise est réalisée au pinceau, sur de la soie ou du papier, avec de l' encre et/ou des pigments colorés. Les principes en sont l'imitation des maîtres, les conventions décoratives, l'habileté technique apprise suivant des règles rigoureuses. Un grand éclectisme règne pendant la période Edo (1603-1868), dû en particulier aux destinations diverses de ces peintures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_21355

MICHAUX HENRI (1899-1984)

  • Écrit par 
  • Robert BRECHON, 
  • Pierre ROBIN
  •  • 3 506 mots

Dans le chapitre « Le peintre »  : […] Il est particulièrement difficile de « donner à voir », à l'aide des mots, ce que Michaux , contre les mots, invente, de traduire sa vision au moyen d'un langage qu'il a voulu, justement, fuir dans l'image. Et il ne saurait être question de retracer, en quelques lignes, un itinéraire aussi sinueux que le sien, à travers tant de techniques diverses : huile, lavis, gouache, aquarelle, dessin, encre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-michaux/#i_21355

PEINTURE - Les techniques

  • Écrit par 
  • Marie MATHELIN, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Jean RUDEL, 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 13 202 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Encre »  : […] L'usage de l'encre ( sumi ), comme celui de l'écriture, dut être introduit au Japon au cours des iv e - v e  siècles, par des scribes d'origine coréenne ou chinoise. En 610, le moine Donchō, du royaume coréen de Kokuryŏ, en aurait enseigné la technique de fabrication à la co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-techniques/#i_21355

SŌTATSU NONOMURA (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 404 mots

Dans le chapitre « Sōtatsu-hōkyō »  : […] En 1630, Sōtatsu se consacra aux copies du Saigyō monogatari (histoire des errances du poète Saigyō, 1118-1190, à travers la campagne japonaise), d'après des rouleaux du xvi e  siècle. Ces copies avaient été commandées par un membre de l'aristocratie, Karasumaru Mitsuhiro, qui, écrivant le colophon, mentionne l'artiste Sōtat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sotatsu-nonomura/#i_21355

TESSAI TOMIOKA (1836-1924)

  • Écrit par 
  • Marie MATHELIN
  •  • 1 121 mots

Dans le chapitre « L'union de l'encre et de la couleur »  : […] La qualité des valeurs encrées de Tessai, tout en nuances subtiles et souvent combinées à des couleurs brillantes, s'explique non seulement par sa technique remarquable mais aussi par sa conception de l'art. Le papier japonais lui permet de rendre une large gamme de tons d'encre allant des effets voilés, dus à un pinceau très humecté, à ceux beaucoup plus rudes, dus à un pinceau presque sec, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tomioka-tessai/#i_21355

WANG MENG (1308 env.-1385)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 500 mots

Dans le chapitre « Évolution vers une composition fermée, à structure complexe »  : […] Au cours des années 1360-1370, Wang Meng, définitivement détaché des compositions Song et ayant interprété en un sens résolument individuel et expressionniste les techniques et les motifs anciens, crée des œuvres très personnelles, caractérisées par la projection en avant de la composition, le télescopage des plans et le traitement complexe des surfaces. Retraite forestière à Juqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-meng-1308-env-1385/#i_21355

WANG WEI (699 env.-env. 759)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Ching-lang HOU
  •  • 1 817 mots

Dans le chapitre « Toute peinture est poésie »  : […] Au viii e  siècle, au moment où la peinture chinoise de personnages et d'animaux atteint son apogée, le paysage commence à prendre son essor. Wang Wei, qui fut apprécié par ses contemporains pour sa poésie et ses talents de musicien, dut attendre plusieurs siècles pour être reconnu comme un des plus grands peintres chinois ; on lui décerna alors l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-wei-699-env-env-759/#i_21355

ZHANG DAQIAN (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SIMONET
  •  • 836 mots

Zhang Daqian (Tchang Ta-ts'ien), qui mourut à Taibei le 2 avril 1983, âgé de quatre-vingt-quatre ans et entouré de la vénération nationale, passe pour avoir été le plus célèbre des peintres chinois contemporains. Sa renommée s'étendant des élites culturelles et politiques jusqu'à l'homme de la rue fit de lui une véritable institution. Le côté pittoresque du personnage, sa jovialité, son mode de vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-daqian/#i_21355


Affichage 

La Fenêtre de l'atelier, C. D. Friedrich

photographie

Caspar David Friedrich, La Fenêtre de l'atelier 1805-1806 Sépia sur papier 31,4 cm x 23,5 cm Österreichische Galerie, Vienne 

Crédits : Österreichische Galerie Belvedere, Vienne

Afficher

La Fenêtre de l'atelier, C. D. Friedrich
Crédits : Österreichische Galerie Belvedere, Vienne

photographie