EMPIRISME LOGIQUE

AJDUKIEWICZ KAZIMIERZ (1890-1963)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 724 mots

Philosophe et logicien polonais, né en Galicie, mort à Varsovie. Ajdukiewicz étudie à l'université de Lwów avec Twardowski et Łukasiewicz. Ses thèses de doctorat ont pour titres L'Apriorité de l'espace chez Kant et Méthodologie des sciences déductives . Il étudie aussi les mathématiques et la physique. De 1925 à 1928, il enseigne à l'université de Varso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kazimierz-ajdukiewicz/#i_37164

CARNAP RUDOLF (1891-1970)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « La construction logique du monde et les travaux issus du Cercle »  : […] Après ses études de mathématique, de physique et de philosophie à Fribourg et à Iéna – il fut l'un des très rares auditeurs de Frege –, Carnap obtint le titre de docteur avec une thèse intitulée L'Espace : une contribution à la théorie de la science (1921). Sur l'initiative de H. Hahn et M. Schlick, il devint, en 1926, Privatdozent à l'université de Vienne et participa aux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-carnap/#i_37164

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème central : induction et hypothèse »  : […] L'empirisme professé au xix e  siècle a certaines caractéristiques qui lui sont propres : l'importance accordée aux méthodes inductives de Stuart Mill et à la psychologie génétique. La notion d'empirisme est alors associée, d'une part, avec la thèse sensualiste qui se propose d'expliquer l'origine des idées à partir de la sensation, d'autre part, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_37164

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie et expérience »  : […] Le programme empiriste logique d'une réduction du langage de la science à des données observables rencontre des limites analogues. Alors que le positivisme classique (celui de Comte et de Mill) entendait réduire la science à l'énoncé de « lois des phénomènes », le positivisme viennois reformule le problème dans un cadre linguistique. Selon le célèbre « critère de signification » des Viennois, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_37164

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La conception « analytique » »  : […] La conception « analytique » de la philosophie du langage est particulièrement riche en œuvres ; l' empirisme logique et la philosophie du langage ordinaire ont continué de se partager l'influence, du moins dans l'aire anglo-saxonne, tandis que de nouvelles tendances se font jour. L'un et l'autre mouvements assignent à la tâche de clarification une fonct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_37164

NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 3 400 mots
  •  • 1 média

Le néo-positivisme, ou positivisme logique, ne constitue pas à proprement parler une école, ayant à sa tête un maître et attachée à un dogme, mais plutôt une attitude philosophique définie à l'origine par un groupe (le Cercle de Vienne) et aujourd'hui largement diffusée et diversifiée, en particulier aux États-Unis, en Grande-Bretagne et dans les pays scandinaves. C'est en réaction contre l'idéa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-positivisme-positivisme-logique/#i_37164

NEURATH OTTO (1882-1945)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 351 mots

Philosophe et sociologue autrichien, un des fondateurs de l'empirisme logique. Socialiste marxiste indépendant, Otto Neurath s'est intéressé à l'économie, à la politique et à l'histoire. Éditeur de l' Encyclopaedia of Unified Science , il fut le membre le plus « extrémiste » du cercle de Vienne, grand pourfendeur de la métaphysique. Pour lui, les propositions ne peuvent être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-neurath/#i_37164

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Logique mathématique et philosophie des sciences »  : […] On a souvent remarqué que le mouvement analytique d'avant la Seconde Guerre mondiale a joué de malheur en France, avec la disparition prématurée, et tragique, de plusieurs jeunes philosophes qui s'y étaient intéressés directement (quoique à des titres assez divers ; parmi eux : J. Nicod, J. Herbrand, J. Cavaillès). Mais il faut admettre aussi qu'il y a toujours eu une forte résistance, de la part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_37164

PREUVE, épistémologie

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 3 341 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dispositifs de la preuve »  : […] La proposition et le fait empirique semblent être sans mesure commune. Aussi le bien-fondé principiel des descriptions doit-il être cherché dans un troisième terme, par exemple les formes a priori de la sensibilité et l'armature catégoriale selon la Critique de la raison pure . Il en va de même de la certification proprement dite, l'observation et l'expérimentation jouant ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-epistemologie/#i_37164

PUTNAM HILARY (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Christiane CHAUVIRÉ
  •  • 944 mots

Né le 31 juillet 1926 à Chicago, professeur à Princeton, puis au M.I.T. de 1961 à 1965, et enfin à Harvard jusqu'à sa retraite, Hilary Putnam fut, entre les années 1970 et 1990, un protagoniste majeur des débats qui eurent lieu en philosophie des sciences, du langage, de la logique et de l'esprit. Sa principale contribution en philosophie de l'esprit est l'invention du fonctionnalisme ; il a renou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hilary-putnam/#i_37164

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « Le rationalisme de l'« empirisme logique » »  : […] L'empirisme logique, ou néo-positivisme, qui est né dans le premier tiers de ce siècle et dont l'influence persiste, sous des formes diverses, représente au contraire une variante « dure » de l'attitude rationaliste. De ce point de vue, ses traits essentiels paraissent être les suivants : – Tout peut être connu scientifiquement, dans la mesure où l'on renonce à parvenir à la détermination – illuso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_37164

REICHENBACH HANS (1891-1953)

  • Écrit par 
  • Alexis BIENVENU
  •  • 1 490 mots

Hans Reichenbach fut à Berlin, dans l'entre-deux-guerres, puis lors de son exil à Istanbul et Los Angeles, le principal représentant de l'empirisme logique, mouvement philosophique apparenté au positivisme logique du cercle de Vienne. Fondateur de la Société de philosophie empirique, il défend comme les Viennois une « conception scientifique du monde » visant à libérer la pensée des « non-sens de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-reichenbach/#i_37164

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cercle de Vienne »  : […] Le cercle de Vienne a transformé l'empirisme classique en un empirisme logique, en intégrant l'apport de la logique mathématique nouvellement créée par Frege. Il s'est formé, au début des années 1920, autour du physicien Moritz Schlick, titulaire de la chaire de « philosophie des sciences inductives » à l'université de Vienne. Prenant appui sur les thèses développées par Wittgenstein dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_37164

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « Sens et vérité »  : […] En caractérisant la vérité comme une propriété, à côté du faux, de l'énoncé doué de sens, est-ce bien, comme Heidegger le soutient, d'une logique de l'énoncé, « lieu primaire » de la validité en ce qu'il prédique un sujet, qu'il s'agit déjà ? Rien n'est moins sûr. Platon semblerait plutôt prêter à l'Étranger du Sophiste (cf.  supra ) une doctrine qui or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_37164