FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les origines

Une tradition pseudo-historique, confondant expansion et colonisation et puisant à des sources douteuses, tendait à justifier la formation des empires coloniaux français en cherchant très loin dans le passé les origines de ce fait colonial. On annexait à cette histoire les initiatives des Normands en Sicile et dans l'Italie du Sud, la participation des nobles français à la Reconquista ibérique, les croisades, naturellement, voire l'extension de la mouvance carolingienne au temps de Charlemagne. Les initiatives coloniales françaises ne datent en réalité que de l'époque moderne et sont même postérieures à celles des Espagnols et des Portugais. Sans doute peut-on mentionner l'établissement de Jean de Béthencourt aux Canaries au début du xve siècle (1402-1408). Mais le sire de Béthencourt se reconnaît très tôt vassal d'Henri III de Castille. D'autre part, aucun historien n'accorde créance à ces récits qui attribuaient aux Dieppois et aux Rouennais la découverte de la Guinée au xive siècle. En revanche, certaines interventions apparaissent au xve siècle dans lesquelles les préoccupations commerciales l'emportent sur la volonté de colonisation. En France comme ailleurs, ce sont les marchands qui commencent une œuvre qui deviendra ultérieurement une entreprise de colonisation. Sous le règne de Charles VII, les affaires de Jacques Cœur rayonnent dans tout le bassin de la Méditerranée. Louis XI tente de créer une compagnie de commerce dans le Levant.

Toutefois, la France ne joue aucun rôle dans le mouvement des grandes découvertes. Les raisons en sont multiples : manque d'audace de la bourgeoisie marchande, attirance de l'Italie, insuffisance de la marine. François Ier proteste bien contre le partage des nouveaux mondes entre l'Espagne et le Portugal, mais par souci de prestige plus que par intérêt pour la colonisation. La quête des épices et des métaux précieux n'attire que des commerçants ou banquiers avides de gains. En fait, la piraterie est d'un revenu plus sûr. Mieux vaut s'emparer des galions espagnols chargés d'or que de se risquer à l'occupation des terres d'où viennent ces galions. La piraterie est en même temps une forme de lutte contre Charles Quint. Les rares tentatives de colonisation n'ont guère de résultats, et il faut se garder de prêter à des découvreurs français des projets trop précis. Entre 1535 et 1540, Jacques Cartier reconnaît et remonte l'estuaire du Saint-Laurent, fonde un établissement à Québec et obtient de François Ier qu'il prenne possession du Canada et d'Hochelaga (1540). C'est un échec. Le Malouin Cartier n'a pas découvert ce qu'il cherchait, à savoir la route qui pouvait conduire au fabuleux Cathay de Marco Polo. Il n'a trouvé ni or ni pierres précieuses. De ces premiers contacts comme de la tentative de colonisation de J. F. de Roberval qui échoue également, il ne reste guère qu'un trafic : le troc de la bimbeloterie contre des fourrures que pratiquent les pêcheurs français de Terre-Neuve et qui enrichit les ports de Normandie et de Bretagne. Des protestants sont à l'origine d'autres initiatives : J. Ribault et Goulaine en Floride (ils sont écrasés par les Espagnols en 1565), Durand de Villegagnon au Brésil (il doit céder la place aux Portugais en 1559). Sur la route des épices, des navires français apparaissent dans l'Inde devant Diu en 1522. Les frères Jean et Raoul Parmentier, qui naviguent pour le compte de l'armateur dieppois Jean Ango, atteignent Sumatra où ils trouvent la mort. Le traité des Capitulations (1536) accorde bien à François Ier des avantages commerciaux dans le Levant. Mais peut-on parler de colonisation ? Si, par ailleurs, l'amiral de Coligny évoque une « France antarctique », ne s'agit-il pas avant tout d'y trouver un refuge pour les huguenots ?

À toute expansion coloniale, il faut des raisons i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

Médias de l’article

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Les Voyages de Champlain

Les Voyages de Champlain
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Louis Joliet et Jacques Marquette

Louis Joliet et Jacques Marquette
Crédits : Universal History Archive/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Prise de Louisbourg

Prise de Louisbourg
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Afficher les 19 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL  » est également traité dans :

FRANCE : CONSTITUTION DU SECOND EMPIRE COLONIAL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 154 mots

1830 Prise d'Alger, début de la deuxième colonisation française.1847 Reddition d'Abd el-Kader.1863 Annexion de la Cochinchine. Protectorat sur le […] Lire la suite

ABD EL-KADER (1808-1883)

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 1 381 mots
  •  • 1 média

Abd el-Kader (en arabe : ‘Abd al-Ḳādir b. Muḥyī l-Dīn al-Ḥasanī), né en 1808 à la Guetna de l'oued al-Ḥammām, à l'ouest de Mascara (ou Mouaskar, Algérie), appartenait à une famille d'origine chérifienne qui dirigeait une zāwīya (sorte de couvent) de la confrérie des Ḳādiriyya. L'éducation religieuse qu'il reçut fit de lui un musulman mystique et un théologien. Mais les circonstances le transform […] Lire la suite

ABOLITION DE L'ESCLAVAGE DANS LES COLONIES FRANÇAISES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 195 mots
  •  • 1 média

La lutte pour l'abolition de l'esclavage commence au xviii e  siècle, menée par les Britanniques Granville Sharp et William Wilberforce, les Américains Anthony Benezet et John Wesley ou le Français Guillaume Raynal. En France, en dépit de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, la Constitution de 1791 refuse l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, au motif que […] Lire la suite

ABOLITION DE L'ESCLAVAGE DANS LES EMPIRES COLONIAUX EUROPÉENS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 190 mots

1789 Déclaration des droits de l'homme et du citoyen . 1791 Révolte de Saint-Domingue menée par Toussaint Louverture . 1793 Abolition de l'esclavage à Saint-Domingue. 1794 Abolition de l'esclavage dans toutes les colonies françaises. 1802 Rétablissement de l'esclavage dans les colonies françaises. 1808 Interdiction de la traite, par le Congrès des États-Unis d'Amérique. 1813 Abolition de l' […] Lire la suite

ACADIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 893 mots
  •  • 1 média

Le territoire connu pendant plus de deux siècles sous le nom d'Acadie comprenait la côte atlantique du Canada et correspondait approximativement aux trois provinces actuelles de Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard. Ces côtes furent très tôt fréquentées par des Basques, chasseurs de baleines, et par des pêcheurs de morue bretons, normands et portugais. Le premier établisseme […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'abolition de la traite ; transformations internes de l'Afrique »  : […] Les guerres de Napoléon amènent l'Angleterre à s'emparer de Maurice et du Cap qui lui seront cédés en 1815. Le traité de Vienne pose le principe de l'abolition de la traite des Noirs. Combattue par des Anglais à cause de leurs convictions religieuses (Granville, Sharp, Clarkson, Wilberforce) et par les philosophes français (l' Encyclopédie , Raynal, les « Amis des Noirs »), abolie par la Conventio […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite

AFRIQUE (conflits contemporains)

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  •  • 4 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La colonisation face au fait ethnique »  : […] La référence à l'héritage de l'anthropologie marxiste renvoie au statut que le fait ethnique a longtemps occupé dans la pensée politique et académique française. Il y a, en la matière, un contraste radical avec le monde anglo-saxon, attentif à la problématique de l'ethnicité dès le début du xx e  siècle. Il faudra, au contraire, attendre le début des années 1970 pour que son homologue français con […] Lire la suite

AFRIQUE-ÉQUATORIALE FRANÇAISE (A.-É.F.)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 496 mots

Jusqu'en 1883, les possessions françaises d'Afrique équatoriale ont été administrées par un officier de marine portant le titre de commandant supérieur des Établissements français du golfe de Guinée. Le 16 décembre 1883, l'administration du Gabon est détachée de celle de la Guinée. Par un arrêté du 11 décembre 1888, le Gabon est réuni au Moyen-Congo. Deux lieutenants-gouverneurs administrent, l'un […] Lire la suite

AFRIQUE : LE PARTAGE DU CONTINENT AU XIXe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 191 mots

1830 Prise d'Alger par les Français. 1854 Début de la conquête du Sénégal par la France. 1874-1877 Explorations du Britannique Stanley de l'Afrique orientale à l'embouchure du Congo. 1877-1879 Explorations du Portugais Serpa Pinto entre le Zambèze et le Congo. 1879-1882 Explorations du Français Savorgnan de Brazza au Congo. 1881 Protectorat de la France sur la Tunisie. Massacre, par les Toua […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BRUHAT, « FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/