KANT EMMANUEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vie d'enseignant

La longue vie d'Emmanuel Kant fut tout entière celle d'un professeur allemand d'université, consacrée à l'enseignement et à la recherche, sans autres événements marquants que la parution d'œuvres savantes, dont quelques-unes parvinrent, au terme d'une méditation poursuivie avec autant de ténacité que de rigueur, à ouvrir des voies toutes nouvelles à la spéculation philosophique.

Les origines

Kant ne s'éloigna jamais de Königsberg, sa ville natale. Il était le quatrième d'une famille de onze enfants, extrêmement modeste. Son père par son exemplaire probité d'artisan sellier, sa mère surtout par la sincérité de sentiments piétistes qui donnaient à sa foi un tour proprement moral éveillèrent en lui une conscience exigeante et scrupuleuse, et plus spécialement une horreur du mensonge et de la mauvaise foi : il manifesta tant d'originalité et d'obstination dans sa façon de les déloger du cœur même de la pensée spéculative qu'on peut finir par y reconnaître une des plus éminentes caractéristiques de son génie philosophique.

Les études

Avant de mourir prématurément en 1737, cette mère remarquable avait dû à l'amitié du pasteur Albert Schultz, professeur à l'université, de pouvoir faire entrer son fils, en 1732, au Collegium Fredericianum, dont il était le directeur. Si Kant rendit plus tard hommage à la solide culture latine qu'il y reçut, il dit aussi quel souvenir « de terreur et d'angoisse » lui laissa cet « esclavage de jeunesse », qui lui inspira une répulsion définitive à l'endroit de toutes les manifestations extérieures de la religion. Aussi, lorsqu'en 1740 il devint étudiant à l'université, il ne semble pas qu'il montra beaucoup de zèle à suivre les cours de théologie dogmatique professés par Schultz. Il lui préféra Martin Knutzen, qui était pourtant le disciple de ce dernier et ne se montrait pas moins soucieux que lui de concilier le piétisme en matière morale et religieuse avec le rationalisme philosophique de Wolf, inspiré de celui de Leibniz et mis, pour les besoins de l'enseignement, sous une forme systématique selon le modèle mathématique ; du moins inclinait-il davantage à la philosophie qu'à la théologie et possédait-il une réelle compétence scientifique. Apparemment, ce que Kant retint avant tout de ses leçons, c'est une bonne initiation à la science de Newton, qui ne cessa jamais de nourrir sa réflexion. Pourtant, lors même qu'il se fut complètement détaché du dogmatisme de « l'illustre Wolf », il ne manqua jamais de louer sa « méthode sévère », son souci exigeant de définir, démontrer, ordonner, où il voyait le modèle de toute spéculation philosophique en ce qu'elle a de nécessairement scientifique et scolastique. Quant au piétisme, s'il rejette l'arrogance dont ses adeptes faisaient montre en oubliant qu'ils étaient « simples fils de la terre », c'est qu'il sut mieux qu'eux se garder strictement de cette exaltation mystique (Schwärmerei) qu'ils avaient prétendu proscrire ; mais il ne se montra pas moins sensible qu'eux à l'aspect de contrainte qui s'attache irréductiblement à la loi, et, surtout, il rejoignit finalement leur conviction que l'authentique réalité du mal obligeait l'homme à se faire autre plutôt que de se flatter de devenir meilleur.

Le professeur

En 1746, la mort de son père le privant de toute ressource, il dut, pendant près de dix ans, devenir précepteur dans diverses familles qui résidaient aux environs de Königsberg, en particulier chez la comtesse de Keyserling, où il acquit un goût durable pour les raffinements de la vie mondaine et la conversation spirituelle, qui en fit plus tard un invité fort recherché, des dames en particulier, dans la bonne société de Königsberg.

Devenu privatdozent en 1755 grâce à une Dissertation sur les premiers principes de la connaissance métaphysique, il commença une longue carrière d'enseignement à laquelle il ne devait mettre un terme que plus de quarante ans plus tard, en 1797 ; enseignement aussi copieux (jusqu'à cinq heures par jour) que divers (sciences, logique, métaphysique, théologie et droits naturels, anthropologie, pédagogie, géographie physique), et qu'il associa toujours étroitement à sa recherche personnelle. C'est à l'épreuve de ses leçons qu'il mit à jour les insuffisances de la métaphysique wolfienne, et c'est en partie au moins pour avoir eu d'abord à l'enseigner qu'il en vint à souhaiter donner à la métaphysique le caractère d'une connaissance scientifique.

Au bout de quinze ans vécus dans la gêne matérielle, il devint enfin professeur titulaire à l'âge de quarante-six ans lorsqu'il eut présenté en 1770 une dissertation en latin sur la forme et les principes du monde sensible et du monde intelligible. Si la carrière universitaire devait finalement lui valoir les plus grands honneurs qui peuvent s'y attacher, elle ne fut pas moins tardive que l'accession à la pleine originalité de sa pensée philosophique.

En effet, plus de dix ans s'écoulèrent encore avant qu'il pût parvenir à récolter le fruit des efforts opiniâtres de sa recherche philosophique, et il approchait de la soixantaine lorsqu'il publia la première grande œuvre qui allait le rendre illustre et lui assurer une gloire durable : la Critique de la raison pure (Kritik der reinen Vernunft, 1781). Aussi, lorsqu'il publie en 1790 la troisième Critique, celle de la faculté de juger (Kritik der Urteilskraft), la Critique de la raison pratique (Kritik der praktischen Vernunft) étant parue en 1788, le voit-on se déclarer pressé de gagner sur son âge le temps qui pouvait encore être favorable à son travail.

De constitution chétive, sa santé et sa longévité furent vraiment son œuvre comme il se plut à le dire. L'emploi de son temps était minutieusement et rigoureusement réglé : seules la lecture d'une nouvelle œuvre de Rousseau ou l'annonce des grands événements de la Révolution française, dont les débuts firent naître en lui une grande espérance, purent changer l'heure et le cours immuables de sa promenade quotidienne. Il laissait place à d'immenses lectures, non seulement les mémoires scientifiques reçus par l'Académie de Berlin mais, de façon générale, tout ce qui se publiait d'important en Europe, et aussi à des dîners réunissant ses nombreux amis, choisis dans les milieux les plus divers, où il montrait un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KANT EMMANUEL (1724-1804)  » est également traité dans :

KANT EMMANUEL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 263 mots

22 avril 1724 Naissance de Kant à Königsberg (Prusse orientale).1755 Son mémoire d'habilitation, Nouvelles Explications des premiers principes métaphysiques, lui permet de devenir privat-dozent à l'université de Königsberg.1762 Lecture de Rousseau.1764 Observations […] Lire la suite

KANT EMMANUEL, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Véritable « révolution dans l'art de penser », la critique kantienne se veut en rupture avec tout ce qui l'a précédée. Si Kant loue Hume de l'avoir « réveillé de son sommeil dogmatique » c'est pour reposer à nouveaux frais les questions fondamentales de la philosophie : « Que puis-je savoir ? Que dois-je faire ? Que m'est-il permis d'espérer ? Qu'est-ce que l'homme ? » Les réponses données par les […] Lire la suite

CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER, Emmanuel Kant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 042 mots

La Critique de la faculté de juger (Kritik der Urteilskraft, 1790) est la troisième et dernière des Critiques d'Emmanuel Kant (1724-1804). Elle vient après la Critique de la raison pure (1781) et la Critique de la raison pratique (1786). Il ne s'agit pas […] Lire la suite

CRITIQUE DE LA RAISON PURE, Emmanuel Kant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 962 mots
  •  • 1 média

Dans la Préface à la première édition de la Critique de la raison pure (1781), Emmanuel Kant (1724-1804) établit un parallèle célèbre entre les progrès des sciences exactes et la confusion qui règne dans la « métaphysique », pourtant la plus ancienne et longtemps la plus prestigieuse des sciences. Alors que les premières ont su se doter d […] Lire la suite

FONDEMENTS DE LA MÉTAPHYSIQUE DES MŒURS, Emmanuel Kant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 862 mots

En 1781, la Critique de la raison pure d'Emmanuel Kant (1724-1804) marquait nettement la différence de statut entre les sciences exactes et les sciences humaines. Elle soulignait aussi que toute science se décompose en connaissance a prior […] Lire la suite

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes et le sens »  : […] Lorsque Kant oppose la « beauté adhérente », déterminée par la perfection de ce que doit être l'objet dans lequel elle se manifeste, à la « beauté libre », sans concept, il prend pour exemple de cette dernière non seulement les fleurs, le colibri, l'oiseau de paradis, les crustacés marins, les rinceaux ou les papiers peints, mais encore la « musique sans texte ». L'art abstrait tout entier ne ris […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

On pourrait penser, dans un premier temps, que les rapports entre « éduquer » et « instruire » sont simples à établir. Si l'on se réfère à la définition qu' Emmanuel Kant donne de l'éducation, à la fin du xviii e  siècle, l'instruction apparaît, à côté « des soins, de la discipline et de la formation [ Bildung ] », comme l'un des moyens dont l'espèce humaine dispose pour développer le potentiel d' […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affect et de la passion : Kant »  : […] La profonde nouveauté de Kant dans l'histoire de la philosophie, le « renversement » ou la « révolution copernicienne », consiste en sa conception architectonique de la pensée, c'est-à-dire en ce que les termes (concepts) et les choses ( Sachen ) de la pensée dépendent, dans leur pouvoir de signifier, de l'orientation préliminaire de la pensée au sein du champ symbolique des concepts et de la lang […] Lire la suite

ANALYTIQUE PROPOSITION

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 456 mots

Le mot « analytique » a au moins trois sens. 1. Au sens large, une proposition est dite analytique si elle est vraie en vertu de la signification des termes qu'elle contient. La simple considération des significations suffit à donner l'assurance de sa vérité. À ce sens se rattachent le nominalisme de Hobbes, pour qui la vérité nécessaire est telle qu'une proposition analytique est vraie en vertu d […] Lire la suite

ANTINOMIE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 372 mots

N'est pas antinomie n'importe quelle contradiction, mais seulement celle qui joue entre des lois — soit des lois juridiques ou théologiques, soit des lois de la raison (Kant), soit des thèses déduites de lois logiques (théorie des ensembles) —, ni n'importe quel paradoxe, mais seulement ce qui heurte l'attente d'une cohérence entière dans un système rationnel ou logique. D'autre part, une antinomi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis GUILLERMIT, « KANT EMMANUEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/