ÉMILIE DU CH TELET ET MARIE-ANNE LAVOISIER. SCIENCE ET GENRE AU XVIIIe SIÈCLE (K. Kawashima)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il existe de nombreuses études sur Madame du Châtelet, dont plusieurs livres d’Elisabeth Badinter depuis 1983. Si l’on excepte Bruno Belhoste en 2011, l’attention des chercheurs a moins été attirée par la vie de Madame Lavoisier, cachée qu’elle semble être derrière celle de son mari. Aucun ouvrage en français n’avait jusqu’ici abordé d’un même regard la vie de ces deux femmes remarquables ni évoqué leur rôle dans la science expérimentale, dans le cadre d’une étude des liens entre science et genre au xviiie siècle. C’est du Japon que vient une des premières sinon la première analyse approfondie de cette question, réalisée par Keiko Kawashima, professeur d’histoire des sciences à Nagoya (trad. A. Lécaille-Okamura, Champion, Paris, 2013). Ce livre reprend sous la forme d’un important essai, les articles sur ce sujet que l’auteur a publié dans des revues d’histoire des sciences depuis 1990.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « ÉMILIE DU CH TELET ET MARIE-ANNE LAVOISIER. SCIENCE ET GENRE AU XVIIIe SIÈCLE (K. Kawashima) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie-du-chatelet-et-marie-anne-lavoisier-science-et-genre-au-xviiie-siecle/