ÉMILE, OU DE L'ÉDUCATION, Jean-Jacques RousseauFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « rêveries d'un visionnaire de l'éducation »

L'Émile se distingue par son économie complexe qui répond en fait à un projet pédagogique dont l'ordre suit, en cinq livres, la distinction classique des facultés et des premiers âges de la vie jusqu'au mariage.

Du nourrisson au jeune enfant, les livres I et II se consacrent à « l'âge de nature ». Selon Rousseau, l'éducation repose sur un triple socle de connaissances (de la nature, des choses et des hommes) et a pour finalité l'accomplissement de la liberté que l'enfant atteint au terme d'une éducation qui laisse exprimer sa propre nature. De la description de la mère et du père comme nourrice et précepteur au portrait imaginaire de l'élève Émile, Rousseau campe dès le premier livre les acteurs de cette ontogenèse. Chacun a son rôle à jouer dans ce passage de l'état d'innocence à l'état de culture. À partir de la description des sensations, des besoins et des pleurs du nouveau-né, Rousseau formule ainsi les quatre impératifs qui doivent régir les rapports du précepteur à l'enfant : lui laisser le libre usage de ses forces, l'aider dans ses manques, restreindre le secours à l'utile et examiner la source de ses désirs. Dans cette conception, le précepteur aide l'enfant à atteindre sa conscience morale après avoir franchi les étapes des sensations, de la « raison sensitive » et de la « raison intellectuelle ».

Le passage à l'état moral que signe chez le jeune enfant l'apparition du langage et de la mémoire ne saurait faire de lui un être de raison. Essentiellement guidée par les passions, le moment présent et la dépendance à l'égard des choses, sa conduite appelle sa protection contre les vices extérieurs et sa réglementation par l'exemple et la contrainte autoritaire.

Le livre III porte sur « l'âge de la force », caractérisé par un excès de forces qui exige leur emploi dans des activités et des savoirs pratiques. À l'utilité tirée de l'apprentissage, de l'exercice d'un métier manuel et de la connaissance intellectuelle des choses, s'ajouteront les bienfaits moraux d'une formation développant le sens de la prévoyance, de l'indépendance, de l'égalité et de la modestie.

Avec « l'âge de raison et des passions », objet du livre IV, vient le temps, pour l'adolescent, de « l'étude de son être moral par ses rapports avec les autres ». Son éveil sexuel engendre une sensibilité nouvelle qui impulse l'ouverture à l'humanité à travers l'expérience de l'amitié, la piété et la gratitude. Cette seconde naissance est exempte d'esprit d'inégalité et d'orgueil tandis que son inclination spontanée à la paix et au bonheur de tous prépare le lit de la justice et du droit. Mais seule la foi, inscrite au cœur de la nature humaine, parvient à concilier l'antagonisme de la raison et de la pitié, et à élever l'homme à la société selon les termes de sa bonté originelle. Après l'exposé apologétique des vertus de la religion naturelle que constitue « La Profession de foi du vicaire savoyard », incluse dans le livre IV, celui-ci conclut sur l'éducation du goût et des manières qu'implique le contrôle des désirs engendrés par la fréquentation de la société et de ses plaisirs illusoires.

Le dernier livre traite des questions de l'amour, de l'institution matrimoniale et de la conjugalité. Un premier exposé souligne l'impératif d'une adaptation des contenus éducatifs à la nature féminine et à ses obligations à l'égard de l'homme. Suivent un portrait de la femme idéale et les différentes péripéties de la mise en couple, de l'aveu des sentiments jusqu'à l'installation dans la vie maritale dont les devoirs renvoient Émile à son état de citoyen et à sa responsabilité d'établir sa propriété et sa famille sous un gouvernement juste.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en sociologie, D.E.A. de philosophie, maître de conférences à l'université de Paris V-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ÉMILE, OU DE L'ÉDUCATION, Jean-Jacques Rousseau  » est également traité dans :

DEVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « « Une voix intérieure » »  : […] Les stoïciens ont porté à sa perfection la conception antique du devoir, que l’on trouve exprimée en un adage : « Le sage est heureux même dans le taureau de Phalaris. » Phalaris, tyran d’Agrigente, avait demandé qu’on fabrique un taureau en airain creux dans lequel les suppliciés étaient enfermés avant qu’on allume un brasier sous la statue de métal. Premiers philosophes à avoir mis l’accent sur […] Lire la suite

ÉMOTION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 347 mots

Dans le chapitre « Seule l’émotion peut nous mettre en mouvement »  : […] Mais avant que se manifeste cette « neutralisation » ouvrant la voie à des études objectives, un renversement va se produire à la fin du xvii e  siècle et au début du xix e  siècle au sein des courants préromantique et romantique. Un philosophe va jouer sur ce plan un rôle majeur : il s’agit de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778). Dès son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité par […] Lire la suite

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre «  La pitié, un élan vers autrui »  : […] Moins métaphysiques seront les approches généalogiques de nos relations avec les autres. Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) reprend l’hypothèse bâtie par Thomas Hobbes (1588-1679) dans le Léviathan (1651) , celle d’un « état de nature » ayant précédé l’état de société. Bien que très critique à l'égard de Hobbes, il doit concéder que, si les hommes avaient un jour vécu isolés, ils auraient été im […] Lire la suite

NATURE / CULTURE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 450 mots

« L’homme du monde est tout entier dans son masque. N’étant presque jamais en lui-même, il y est toujours étranger, et mal à son aise quand il est forcé d’y entrer. Ce qu’il est n’est rien, ce qu’il paraît est tout pour lui. » Cette affirmation, que l’on peut lire au livre IV d’ Émile ou De l’éducation (1762) de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), s’applique au courtisan. Mais ne conserve-t-elle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27-29 mars 2000 France. Remaniement du gouvernement

) ; Claude Allègre, ministre de l'Éducation nationale, auquel succède Jack Lang (P.S.) ; Catherine Trautmann, ministre de la Culture et de la Communication, qui cède la place à Catherine Tasca (P.S.) ; et Émile Zuccarelli, ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l'État, qui est remplacé par Michel Sapin (P.S.). En outre, Roger-Gérard Schwartzenberg (P. […] Lire la suite

2-8 avril 1992 France. Nomination de Pierre Bérégovoy au poste de Premier ministre

Numéro deux du gouvernement, Jack Lang est chargé d'un « superministère » regroupant la Culture et l'Éducation. Le courant de Laurent Fabius, auquel appartient Pierre Bérégovoy, dispose de neuf ministères. Les écologistes ne sont plus représentés. Jean-Marie Rausch reste le seul ministre issu du centre. Les radicaux de gauche conservent deux portefeuilles. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric LETONTURIER, « ÉMILE, OU DE L'ÉDUCATION, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-ou-de-l-education/