ÉMILE OU DE L'ÉDUCATION, Jean-Jacques RousseauFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « rêveries d'un visionnaire de l'éducation »

L'Émile se distingue par son économie complexe qui répond en fait à un projet pédagogique dont l'ordre suit, en cinq livres, la distinction classique des facultés et des premiers âges de la vie jusqu'au mariage.

Du nourrisson au jeune enfant, les livres I et II se consacrent à « l'âge de nature ». Selon Rousseau, l'éducation repose sur un triple socle de connaissances (de la nature, des choses et des hommes) et a pour finalité l'accomplissement de la liberté que l'enfant atteint au terme d'une éducation qui laisse exprimer sa propre nature. De la description de la mère et du père comme nourrice et précepteur au portrait imaginaire de l'élève Émile, Rousseau campe dès le premier livre les acteurs de cette ontogenèse. Chacun a son rôle à jouer dans ce passage de l'état d'innocence à l'état de culture. À partir de la description des sensations, des besoins et des pleurs du nouveau-né, Rousseau formule ainsi les quatre impératifs qui doivent régir les rapports du précepteur à l'enfant : lui laisser le libre usage de ses forces, l'aider dans ses manques, restreindre le secours à l'utile et examiner la source de ses désirs. Dans cette conception, le précepteur aide l'enfant à atteindre sa conscience morale après avoir franchi les étapes des sensations, de la « raison sensitive » et de la « raison intellectuelle ».

Le passage à l'état moral que signe chez le jeune enfant l'apparition du langage et de la mémoire ne saurait faire de lui un être de raison. Essentiellement guidée par les passions, le moment présent et la dépendance à l'égard des choses, sa conduite appelle sa protection contre les vices extérieurs et sa réglementation par l'exemple et la contrainte autoritaire.

Le livre III porte sur « l'âge de la force », caractérisé par un excès de forces qui exige leur emploi dans des activités et des savoirs pratiques. À l'utilité tirée de l'apprentissage, de l'exercice d'un métier manuel et de la connaissance intellectuelle des choses, s'ajouteront [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : docteur en sociologie, D.E.A. de philosophie, maître de conférences à l'université de Paris V-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ÉMILE OU DE L'ÉDUCATION, Jean-Jacques Rousseau  » est également traité dans :

DEVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « « Une voix intérieure » »  : […] Les stoïciens ont porté à sa perfection la conception antique du devoir, que l’on trouve exprimée en un adage : « Le sage est heureux même dans le taureau de Phalaris. » Phalaris, tyran d’Agrigente, avait demandé qu’on fabrique un taureau en airain creux dans lequel les suppliciés étaient enfermés avant qu’on allume un brasier sous la statue de métal. Premiers philosophes à avoir mis l’accent sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devoir-notions-de-base/#i_36438

NATURE / CULTURE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 450 mots

« L’homme du monde est tout entier dans son masque. N’étant presque jamais en lui-même, il y est toujours étranger, et mal à son aise quand il est forcé d’y entrer. Ce qu’il est n’est rien, ce qu’il paraît est tout pour lui. » Cette affirmation, que l’on peut lire au livre IV d’ Émile ou De l’éducation (1762) de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), s’ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-culture-notions-de-base/#i_36438

Voir aussi

Pour citer l’article

Éric LETONTURIER, « ÉMILE OU DE L'ÉDUCATION, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-ou-de-l-education/