BOREL ÉMILE (1871-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le philosophe

Borel a consacré une cinquantaine d'articles à la philosophie et à l'histoire des sciences, à la psychologie, à la pédagogie et à l'économie politique. Fervent défenseur de la conception intuitionniste des mathématiques, il a toujours insisté sur la nécessité de ne jamais perdre de vue le « réel » : pour lui, « les mathématiques ne sont pas un jeu purement abstrait de l'esprit, mais sont, au contraire, en étroite connexion avec la réalité concrète ». Il tenait à rappeler, dans les raisonnements les plus abstraits de l'analyse, comment ces raisonnements expriment des réalités, et par suite nous aident à comprendre la réalité physique. C'est pourquoi Borel a toujours préféré aux définitions descriptives les définitions constructives ; ces dernières sont indispensables pour passer de la théorie aux applications et permettent auparavant de s'assurer de l'existence et éventuellement de l'unicité de l'élément dont on parle. Borel s'est toute sa vie préoccupé des problèmes relatifs à l'existence des êtres mathématiques soumis au raisonnement ; c'est ainsi qu'il a beaucoup insisté sur les notions d'éléments « calculables » et d'éléments « effectivement définis », i.e. définis au moyen d'un nombre fini de mots. Cette attitude l'amena d'ailleurs à ne pas reconnaître la validité des préoccupations de certains mathématiciens. Le texte suivant, par son excès même, montrera combien fut parfois grande la méfiance de Borel vis-à-vis de notions qui nous sont pourtant bien familières : « Il existe certainement (si ce n'est point un abus d'employer ici le verbe exister) dans le continu géométrique des éléments qui ne peuvent être définis : tel est le sens réel de l'importante et célèbre proposition de Cantor : « Le continu n'est pas dénombrable . » Le jour où ces éléments indéfinissables seraient réellement mis à part et où l'on ne prétendrait point les faire intervenir plus ou moins implicitement, il en résulterait certainement une grande simplification dans les méthodes de l'analyse. » Ainsi, pour Borel, « la notion du continu considéré comme ayant une puissance supér [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire à la faculté des sciences de Paris.

Classification


Autres références

«  BOREL ÉMILE (1871-1956)  » est également traité dans :

ERGODIQUE THÉORIE

  • Écrit par 
  • Antoine BRUNEL
  •  • 3 359 mots

Dans le chapitre « Les théorèmes de G. D. Birkhoff et de J. von Neumann »  : […] On va maintenant formaliser le problème ergodique. On se donne un espace compact Ω et une mesure de Radon positive m sur Ω (cf. intégration et mesure  ; on peut se placer dans des situations plus générales, mais on n'a pas jugé utile de le faire ici), qui est aussi une probabilité m (Ω) = 1 (cf.  calcul des probabilités ). On se donne aussi une transformation mesurable θ : Ω → Ω et on suppose que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-ergodique/#i_33321

FONCTIONS REPRÉSENTATION & APPROXIMATION DES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 19 537 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Séries entières »  : […] La somme d'une série entière de rayon de convergence R est une fonction indéfiniment différentiable dans son disque de convergence, et les dérivées successives à l'origine sont données par la formule de Taylor. Inversement, dans de nombreux problèmes, il est utile de représenter une fonction f de classe C∞ par sa série de Taylor. Mais ici la situation est très différente selon qu'on se place sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/representation-et-approximation-des-fonctions/#i_33321

GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 13 071 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Groupes algébriques »  : […] On appelle groupe algébrique une variété algébrique G munie d'un morphisme m  : G × G → G tel que pour toute variété algébrique T, l'application ( u ,  v ) ↦  m  ∘ ( u ,  v ) soit une loi de groupe sur l'ensemble G(T) des morphismes de T dans G ; si T est une variété affine, d'algèbre A, on écrit souvent G(A) au lieu de G(T) ; par exemple si T est la variété réduite à un point avec l'algèbre k , G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geometrie-algebrique/#i_33321

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie des jeux »  : […] Jusqu'ici, le hasard est apparu comme étroitement lié aux aléas extérieurs, qu'on peut ranger, schématiquement, en deux classes : l'incertitude relative aux événements naturels ou non intentionnels et l'incertitude qui résulte de l'impossibilité de prévoir la conduite d'autrui . Les jeux fournissent une illustration très simple de ces deux cas : dans une loterie, le résultat dépend du mouvement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard/#i_33321

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Développements asymptotiques »  : […] Dès la fin du xvii e siècle se pose le problème de l'évaluation des restes des séries convergentes et des sommes partielles des séries divergentes. Le premier cas se présente lors du calcul des sommes de séries convergeant lentement, telles que les séries de termes généraux 1/ n 2 et 1/ n 3 . Le second cas apparaît à propos de l'étude de la série harmonique de terme général 1/ n et du calcul de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_33321

PROBABILITÉS CALCUL DES

  • Écrit par 
  • Daniel DUGUÉ
  •  • 12 208 mots
  •  • 6 médias

Le calcul des probabilités est certainement l'une des branches les plus récentes des mathématiques, bien qu'il ait en fait trois siècles et demi d'existence. Après s'être cantonné dans l'étude des jeux de hasard, il s'est introduit dans presque toutes les branches de l'activité scientifique, aussi bien dans l'analyse (théorie du potentiel), l'économie, la génétique (lois de Mendel), la physique c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-des-probabilites/#i_33321

STRATÉGIE ET TACTIQUE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 3 632 mots

Dans le chapitre « Le vocabulaire mathématique »  : […] L 'histoire de l'analyse des jeux de société montre que, de Nicolas Bernoulli et Pierre Rémond de Montmort (début du xviii e  s.) à Émile Borel (1921-1924), les mathématiciens qui ont réfléchi sur les jeux où intervient l'habileté des joueurs ont été persuadés que les mathématiques laissaient échapper un élément déterminant, la finesse du joueur, dont dépendait l'issue de la partie. En 1713, Mont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/strategie-et-tactique/#i_33321

Pour citer l’article

Maurice FRÉCHET, « BOREL ÉMILE - (1871-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-borel/