ÉMERAUDE

Médias de l’article

Structure de l'émeraude

Structure de l'émeraude
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Type brésilien : formation des émeraudes

Type brésilien : formation des émeraudes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Type colombien : formation des émeraudes

Type colombien : formation des émeraudes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


La structure cristalline de l'émeraude

L'émeraude est un cyclosilicate d'aluminium et de béryllium de formule Al2Be3(Si6O18). Elle cristallise dans le système hexagonal, sa dureté varie de 7,5 à 8 et son poids spécifique de 2,67 à 2,78. De transparente à opaque, elle présente un éclat vitreux et une cassure légèrement conchoïdale, inégale.

Comme chez les autres béryls, le motif élémentaire de l'émeraude est un anneau de six tétraèdres de silice (SiO44—), dont chacun possède deux sommets libres, ce qui correspond à la formule (Si6O18)12—. Les anneaux constitutifs s'empilent selon l'axe c de symétrie 6 du cristal ; les ions aluminium (Al3+) et béryllium (Be2+) s'intercalent entre les anneaux de silice et assurent la cohésion de l'ensemble. L'aluminium est en partie remplacé par du chrome (Cr3+) et du vanadium (V3+), éléments qui donnent la couleur verte à l'émeraude, ainsi que, plus rarement, par du magnésium (Mg2+) et du fer ferrique (Fe3+). Parfois du lithium (Li+) remplace le béryllium tandis que de l'aluminium peut se substituer au silicium (Si) des anneaux (fig. 1).

Structure de l'émeraude

Structure de l'émeraude

dessin

Structure de l'émeraude. Le motif élémentaire de l'émeraude est un anneau de six tétraèdres de silice [SiO4]4-. Ces anneaux à symétrie hexagonale sont soudés entre eux par des ions d'aluminium (Al3+) et de béryllium (Be2+). Dans les vides situés entre... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cette structure ménage des « canaux » au cœur ou entre les anneaux de silice, laissant la place à des ions alcalins – sodium (Na+), potassium (K+), lithium (Li+), césium (Cs+) – ou à des éléments volatils (eau, dioxyde de carbone, gaz rares). D'autres inclusions peuvent cristalliser dans la charpente silicatée au cours de la paragenèse : micas, trémolites, actinotes, etc. On appelle « givres » ces inclusions ; ainsi, le « givre de guérison » est une fissure in situ cicatrisée par des substances externes provenant du milieu ambiant ou des solutions hydrothermales. Plusieurs givres forment le « jardin » d'une émeraude.

On comprend ain[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2014, membre du comité scientifique de La Science au présent de 2015 à 2016

Classification


Autres références

«  ÉMERAUDE  » est également traité dans :

BÉRYL

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 710 mots
  •  • 1 média

qui doit sa couleur bleue à la substitution d'une partie de l'aluminium par du fer, et l'émeraude (cf. émeraude), dont la couleur est due à la présence de chrome et de vanadium. D'autres béryls transparents sont utilisés en joaillerie : l'héliodore, de couleur jaune due à un oxyde d'uranium, le béryl rouge, dont la couleur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beryl/#i_847

BÉRYLLIUM

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Robert GADEAU, 
  • Jean PERROTEY
  •  • 5 434 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les béryls gemmes »  : […] L'émeraude, également connue depuis l'Antiquité, atteint, suivant sa coloration et sa pureté, des prix très variables : les plus beaux échantillons ne le cèdent sur ce point qu'au diamant ou au rubis. On en connaît trois sources principales : la Colombie, d'où proviennent la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beryllium/#i_847

CHRYSOBÉRYL

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 062 mots
  •  • 1 média

pseudohexagonales atteignant huit centimètres de diamètre, associés à la phénacite et à l'émeraude. De fait, l'alexandrite est un minéral indicateur de la présence d'émeraude : à l'état primaire, ces deux minéraux se rencontrent dans les zones de contact d'intrusions granitiques (pegmatites) dans des schistes et contiennent du chrome, élément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chrysoberyl/#i_847

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 540 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples »  : […] 18), est rarement incolore. Des ions Cr3+, se substituant aux atomes d'aluminium, lui donnent une couleur d'un beau vert : c'est l'émeraude. Avec des ions Fe3+ en ces mêmes sites, on a l'aigue-marine, qui est bleue. Le remplacement d'atomes de béryllium par du fer donne au cristal une couleur jaune-or, c'est l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleur-des-mineraux/#i_847

CRISTAUX - Synthèse des cristaux

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 6 271 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'émeraude et les autres béryls »  : […] d'aluminium et de béryllium Al2Be3(Si6O18), comporte de nombreuses variétés dont les principales gemmes sont l'émeraude (verte et limpide), l'aigue-marine (bleu-vert et transparente), la morganite (rose) et l'héliodore (jaune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux-synthese-des-cristaux/#i_847

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 265 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Émeraude »  : […] L'émeraude est une variété de béryl vert foncé (silicate d'aluminium et de bérylium ; H = 7,5 ; cassure conchoïdale). Les belles pierres sont celles qui possèdent une grande transparence et une intense couleur verte. Les pierres limpides d'une certaine grosseur sont rares et atteignent des prix très élevés. L'émeraude cristallise lors de venues ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/#i_847

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « ÉMERAUDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emeraude/