EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Qu’est-ce que la psychothérapie EMDR ?

Lorsque le plan de traitement a été clairement défini et que le patient est prêt à entamer le travail de désensibilisation et de retraitement, le praticien applique alors la procédure EMDR standard en onze points à chacune des cibles identifiées. Cette procédure s’intègre dans un processus psychothérapeutique global qui a conduit à déterminer que l’EMDR pourra être utile dans le traitement de tel ou tel aspect de la problématique du patient. Rares sont les situations (mais il y en a) où la thérapie EMDR est utilisée sans travail d’anamnèse précis.

Les onze points de la procédure sont les suivants :

1. L’image. Le patient est invité à décrire l’image (ou la représentation sensorielle, à défaut d’informations visuelles) qui correspond le mieux à la cible ou qui représente le pire aspect de l’expérience ciblée.

2. La cognition négative. Le praticien demande au patient quels sont les mots qui s’accordent le mieux avec cette image (ou avec la représentation sensorielle s’il n’y a pas d’image) et qui expriment sa croyance négative, présente, sur lui-même. Cette cognition doit être négative, irrationnelle, autoréférencée et généralisable ; l’affect verbalisé exprime ce que la cible évoque ou confirme comme appréciation sur soi, « résonnant comme vrai maintenant ».

3. La cognition positive. Le praticien demande au patient ce qu’il aimerait croire de lui-même, maintenant, respectivement à cette image. Cette cognition doit être autoréférencée, refléter le sens du changement désiré, être au moins un petit peu crédible en tant que but espéré, généralisable, et concerner la même thématique que la cognition négative. La formulation doit être positive (par exemple, « je suis fort » ou « je suis quelqu’un de bien ») plutôt qu’une négation de la cognition négative (par exemple, « je ne suis pas faible » ou « je ne suis pas nul »).

4. La validité de la croyance (VOC : validity of cognition). Le praticien demande au patient d’évaluer, dans son ressenti (dans ses « trip [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités, responsable du master de psychologie et du master 2 Psychologie de la santé et psychologie clinique, du laboratoire Apemac et de l'Epsam , université de Lorraine, fondateur et directeur du centre Pierre-Janet, université de Lorraine

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Cyril TARQUINIO, « EMDR (eye movement desensitization and reprocessing) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emdr/