EMBOUTISSAGE

ALUMINIUM

  • Écrit par 
  • Robert GADEAU, 
  • Robert GUILLOT
  •  • 9 640 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Mise en œuvre de l'aluminium et de ses alliages »  : […] Seules les techniques de mise en œuvre propres à l'aluminium seront étudiées ici. En fonderie de pièces, les creusets doivent être en plombagine ou mieux en carborundum, à l'exclusion des creusets en fonte, qui souilleraient le métal. Le moulage en sable se fait toujours en sable humide (sable vert) poreux contenant 12 à 15 p. 100 d'argile. Le moulage en coquille exige une bonne protection des no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aluminium/#i_3113

AUTOMOBILE - Fabrication

  • Écrit par 
  • Freddy BALLÉ
  •  • 4 936 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'atelier d'emboutissage  »  : […] L' emboutissage commence par la découpe des rouleaux de tôle livrés par les aciéristes qui doivent respecter les spécifications de chaque type d'emboutis. Ces spécifications sont soigneusement vérifiées car leur non-respect pourrait empêcher d'obtenir une bonne qualité des pièces et accroître les temps de changement d'outils des presses. Les rouleaux sont déployés, aplanis et découpés en éléments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automobile-fabrication/#i_3113

CUIVRE

  • Écrit par 
  • C.I.C.L.A., 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 8 199 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mise en œuvre »  : […] Le cuivre et ses alliages se prêtent pratiquement à toutes les formes connues de mise en œuvre : usinage, estampage, matriçage, emboutissage, filage par choc, soudage et brasage. Le laiton est par excellence l'alliage de décolletage ; on lui ajoute du plomb à raison de 1 à 3 p. 100, ce qui a pour effet de faciliter la rupture du copeau. Le cuivre pur s'usine assez difficilement ; l'addition de te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuivre/#i_3113

MARTELAGE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 266 mots

Grâce à la malléabilité des métaux précieux, conséquence de leur ductilité, la mise en forme des ouvrages d'orfèvrerie peut s'effectuer à froid, par simple martelage. Pour ce faire, les seuls outils nécessaires sont le marteau et sa contrepartie, une enclume appelée tas ou bigorne . C'est à partir d'un lingot que l'orfèvre obtient tout d'abord une feuil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martelage/#i_3113