EMBOUCHURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dynamique des embouchures

Les eaux fluviales, douces, turbulentes et turbides débouchent en masse homogène dans les eaux marines salées et propres, animées de mouvements inconstants. Le mélange n'est pas instantané, et il faudra maints heurts pour que les sédiments fluviatiles soient pris en charge par la mer.

Les apports des fleuves

Les fleuves transportent vers la mer le produit de l'érosion de leur bassin versant. Indépendamment des transports en solution (qui ont peu d'effet sur la morphogenèse des embouchures), il s'agit soit de particules fines, transportées en suspension, soit de particules assez grossières, transportées au ras du fond. Ces dernières, sables, graviers et galets, sont déplacées, en saltation ou roulage, par le frottement que les eaux courantes exercent sur elles ; les plus petites, pour lesquelles le frottement est grand par rapport à leur inertie, sont déplacées plus aisément, et la limite de la compétence d'un fleuve est mesurée par la taille maximale des particules qu'il peut ainsi charrier. Cette limite est étroitement liée à la vitesse des eaux, et le ralentissement du courant entraîne le dépôt des particules grossières. La vitesse est fonction du débit, de la pente et de la section mouillée (laquelle peut être limitée par des contraintes structurales). Toutes choses égales d'ailleurs, il y a donc dépôt lorsque la pente diminue, et en particulier lorsqu'elle s'annule par l'arrivée dans la mer. Les particules fines, transportées en suspension, n'y restent que parce que la turbulence des eaux courantes est suffisante pour compenser leur vitesse de chute. Elles se déposeront donc sur le fond lorsque la turbulence cessera. C'est ce qui se produit quand un fleuve se jette dans une étendue d'eau calme. Le dépôt des particules fines par diminution de turbulence et celui des particules grossières par diminution de compétence ne sont donc pas liés. Dans une embouchure, ils peuvent se produire l'un sans l'autre, ou tous deux ensemble, ou ni l'un ni l'autre : cela dépend de l'efficacité avec laquelle la turbulence des eaux marines (due à la houle ou aux courants) et leur compétence (due aux courants) relaient la turbulence et la compétence du fleuve.

L'action des eaux marines

La prise en charge des sédiments fluviatiles par la mer dépend donc essentiellement, surtout à l'extérieur de l'embouchure proprement dite, des houles et des courants qui animent les eaux marines. Toutefois, dans l'intérieur de l'embouchure, la densité relative des masses d'eau en présence et leurs caractères chimiques concourent avec les courants de marée pour déterminer la répartition des sédiments.

À l'intérieur de l'embouchure

Il est rare que les eaux des fleuves aient une densité voisine de celle de l'eau de mer ; généralement, la différence est suffisante pour que les deux masses d'eau ne se mêlent que très progressivement. Lorsque les courants sont faibles, l'eau salée, plus dense, se glisse sous l'eau douce, formant un « coin salé » qui tapisse le fond de l'embouchure et l'isole des eaux fluviales. C'est un cas fréquent dans les deltas et dans les rias des mers sans marée. Lorsque les courants sont plus forts, chaque masse d'eau se déplace en fonction de la loi de Coriolis, c'est-à-dire en tenant sa droite dans l'hémisphère Nord, et sa gauche dans l'hémisphère Sud. L'une des rives de l'estuaire sera donc longée par l'eau salée, et l'autre par l'eau douce. En fait, il y a mélange progressif, et les deux masses d'eau sont de moins en moins nettement différenciées vers l'aval.

Le maintien en suspension des éléments fins dans les eaux fluviales est dû, en partie, au fait que les particules sont chargées électriquement et se repoussent les unes des autres. Or, il semble qu'au contact de l'eau de mer ces charges électriques soient affaiblies, et qu'il se produise une floculation des particules, c'est-à-dire qu'elles se groupent en paquets parfois volumineux, qui tombent plus vite sur le fond. On a attribué à ce phénomène l'importance relative des dépôts vaseux dans des embouchures pourtant assez turbulentes.

Dans les mers à marée, le débit dans les embouchures est très supérieur au seul débit fluvial : en effet, l'eau de mer entre et sort périodiquement en fonction de la surface couverte par l'embouchure. La surface ainsi desservie par l'eau étant de plus en plus grande vers l'aval, la section mouillée augmente corrélativement, généralement par élargissement du chenal. Le rôle essentiel semble joué par le courant de jusant, qui dure pl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EMBOUCHURES  » est également traité dans :

BARRE, océanographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 1 385 mots

Dans le chapitre « Barres d'estuaires »  : […] Ce sont des accumulations marines qui se constituent, un peu en avant de l'embouchure d'un fleuve, par le refoulement vers le large des sédiments qui cheminent le long de la côte. Le phénomène est dû, soit aux eaux fluviales proprement dites, soit, plus souvent, au reflux des eaux marines entrées dans l'estuaire à la faveur de la marée. Le fait se produit d'ailleurs avec une particulière netteté […] Lire la suite

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 736 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le delta du Yangzi »  : […] À partir de Jiujiang, où le Yangzi reçoit l'eau du lac Poyang et jusqu'à proximité de Nankin, la plaine se réduit à la vallée entre les montagnes de Wannan au sud et les monts Huaiyang ou les basses collines, à moins de 200 mètres, qui les prolongent. Cette vallée est tantôt épanouie et partiellement lacustre, surtout sur la rive gauche, tantôt resserrée en défilés. Un certain nombre de ports fluv […] Lire la suite

CÔTES, géomorphologie et géographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 6 699 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Ennoiement de paysages à modelé zonal »  : […] Le grand contraste entre l'action climatique ancienne et l'action marine actuelle rend particulièrement évident le phénomène d'ennoiement. Ce sont là les côtes « initiales » les plus typiques. La mer peut envahir des paysages glaciaires et périglaciaires. C'est ainsi que les côtes à fjords sont considérées comme les plus évidemment « initiales » ou « primaires », celles qui ont le mieux conservé […] Lire la suite

DELTAS

  • Écrit par 
  • Gilbert BELLAICHE
  •  • 3 785 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les deltas continentaux »  : […] Les deltas continentaux peuvent être définis d'une manière très générale comme des constructions sédimentaires élaborées au débouché des cours d'eau dans des étendues d'eau permanentes. L'origine du mot delta remonte au v e  siècle avant J.-C. : il a été utilisé pour la première fois par Hérodote pour désigner la plaine alluviale du Nil, dont la forme évoque la lettre grecque Δ (delta majuscule ). […] Lire la suite

ESTUAIRES

  • Écrit par 
  • Michèle LE GOAZIGO
  •  • 828 mots

Reliant à la mer rivières et fleuves, les estuaires représentent la forme la plus classique de transition entre le domaine continental et le domaine marin. L'origine latine de ce terme est très significative : aestus (la marée) est le substantif du verbe aesto (je bouillonne), ce qui suggère bien l'effet bouillonnant de la marée montante à l'embouchure du fleuve au moment du mélange des eaux. Le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « EMBOUCHURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/embouchures/