SWEDENBORG EMANUEL (1688-1772)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'amour-propre à l'amour de Dieu

Il importe au premier chef de ne pas faire de Swedenborg un mystique abscons et monomane. Comme sa compatriote sainte Brigitte de Vadstena, il n'a jamais pris la paille des mots pour le grain des choses. Natures scandinaves que l'on calomnie gravement en les disant déséquilibrées, utopiques ou échevelées ; natures au contraire étroitement accordées au rythme des saisons et aux beautés des choses, en tout cas, peu portées à l'hyperbole ou au galimatias : si elles sont tentées de s'évader de l'orbe trop bien inscrit de ce monde, c'est à leur corps défendant et sans jamais le perdre de vue tout à fait. Car ce qu'on peut déduire de la fréquentation des écrits de Swedenborg, c'est que ce fut un esprit supérieur passionné de sciences mathématiques, doublé d'un bon vivant, de commerce agréable, qui connut en effet une crise capitale – que décrit le Livre des rêves – et au terme de laquelle il applique à la religion chrétienne une réflexion de type scientifique qu'avaient formée des décennies d'observations expérimentales et d'intenses méditations.

Bien qu'il s'agisse de haute mystique et de visions obscures pour celui-là même qui en est hanté, l'homme de science n'abdique jamais et sa première réaction est d'essayer d'organiser, de systématiser, d'interpréter rationnellement. On est là aux antipodes de la mystagogie et de l'oniromancie à bon compte : il y aurait même quelque chose d'émouvant dans cette extraordinaire application à apprivoiser le surnaturel. Voici un homme qui se refuse d'emblée au mystère sans examen, qui n'admet l'irruption du supra-humain que contraint et forcé, qui ne désespère pas d'élucider un jour le plus obscur. Sans doute a-t-on renoncé aujourd'hui à ce cartésianisme impénitent. Il n'en demeure pas moins que cette volonté est admirable, la saurait-on vaine, et qu'elle fait de Swedenborg un parfait enfant de son temps. D'autant qu'il y a comme une saine réaction thomiste au terme de son entreprise : il sait fort bien que, si l'entendement se doit d'aller le plus loin possible dans l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  SWEDENBORG EMANUEL (1688-1772)  » est également traité dans :

ALMQVIST CARL JONAS LOVE (1793-1866)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 112 mots

Le romantisme suédois présente, d'emblée, une physionomie originale. Il évite les excès du mysticisme allemand, ne donne qu'avec prudence dans le nationalisme scandinave et reste fidèle à la tendance suédoise profonde au réalisme. En même temps, son style demeure soumis aux exigences de clarté et de mesure inculquées par un siècle d'imprégnation classique française, et sa pensée se tourne volontie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-jonas-love-almqvist/#i_33932

BALZAC HONORÉ DE

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 15 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Balzac penseur ? »  : […] Depuis le Balzac d'E.-R. Curtius (1923), toute une famille de la critique balzacienne accorde la première place, dans l'interprétation de l'œuvre, à la réflexion théorique, aux idées, voire au système de pensée de l'auteur. Pour M. Bardèche, cet aspect est essentiel et fondateur. Pour P. Nykrog, A. Allemand, H. Gauthier et Max Andréoli, la philosophie de Balzac fournit le me […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honore-de-balzac/#i_33932

ILLUMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 4 957 mots

Dans le chapitre « Les précurseurs de l'illuminisme en Europe »  : […] Les illuministes du xviii e siècle ont eu leurs devanciers. Toutefois, c'est moins à un système déterminé qu'il convient de se référer qu'à une attitude d'esprit, à une Weltanschauung dont les éléments décisifs remontent au xvi e siècle. Paracelse (1493-1541) découvre à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illuminisme/#i_33932

LOUIS LAMBERT, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 329 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tentation de l'infini »  : […] Cette métamorphose tragique d'un homme encore jeune en vieillard précoce est une des illustrations du principe fondamental qui régit l'ensemble des contes philosophiques de Balzac : la durée d'une existence dépend de la puissance des désirs ou de la dissipation des idées ; dans ce dernier cas, la pensée tue le penseur. À cet égard, Louis Lambert appartient bien à la famille de ceux que la recherch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-lambert/#i_33932

OBERLIN JEAN FRÉDÉRIC (1740-1826)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 419 mots

Pasteur du Ban de la Roche (Steinthal, près de Schirmeck), Oberlin exerce à partir de 1767, un peu comme son correspondant Lavater, une profonde influence en divers milieux au cours d'un apostolat de nature souvent fort théosophique. Son rayonnement ne se limite pas à sa paroisse : on voit M me  de Krüdener faire chez lui un séjour dont elle sortira transformée, plus conva […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-frederic-oberlin/#i_33932

ŒTINGER FRIEDRICH CHRISTOPH (1702-1782)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 752 mots

À son époque, Œtinger apparaît comme le père de la théosophie chrétienne en Souabe. Tempérament impressionnable (il a des contacts personnels dans le royaume des esprits), de très bonne heure pieux et mystique, il se nourrit d'abord de Malebranche, puis il découvre la Cabala denudata (1677) de Knorr de Rosenroth. À Tübingen, un artisan lui révèle les œuvres de Boehme ; aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-christoph-oetinger/#i_33932

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 810 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle »  : […] Une période de confusion politique appelée l'ère de la liberté ( frihetstiden ), puis, après le coup d'État de Gustave III (1772), francophile résolu et despote éclairé à la Voltaire, un temps de classicisme qui voit également un enrichissement très marqué de la nation et une promotion sensible de la bourgeoisie vont favoriser l'éclosion de talents de premier ordre cette fois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_33932

Pour citer l’article

Régis BOYER, « SWEDENBORG EMANUEL - (1688-1772) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emanuel-swedenborg/