SWEDENBORG EMANUEL (1688-1772)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le voyageur et le savant

Né à Stockholm le 29 janvier 1688, second fils de Jesper Svedberg, qui sera un jour évêque de Skara, Swedenborg perd sa mère en 1696. Après de brillantes études à Uppsala, il est en 1709, docteur en « philosophie », mais c'est surtout aux sciences naturelles qu'il s'est intéressé, ainsi qu'à la musique. Peut-être a-t-il rencontré l'amour, en 1709, mais il y a pas lieu d'exagérer l'importance de ce qui ne fut sans doute qu'une petite idylle. Il était fait pour les livres, la recherche et la méditation.

En 1710, il s'embarque pour l'Angleterre, où, durant quatre ans, il améliore ses connaissances en mathématiques, musique, sciences naturelles et surtout astronomie. Il voyage en Hollande, en Allemagne et en France et s'essaie aux belles-lettres par un recueil de fables en vers latins imités d'Ovide : La Muse du Nord.

En 1714, cet esprit ordonné et systématique se révèle tel qu'en lui-même, par un catalogue qu'il dresse à l'intention de son oncle Benzelius, futur archevêque d'Uppsala ; ce sont les inventions qu'il a élaborées : une machine à vapeur, une machine volante, dotée d'ailes fixes et propulsée par une hélice, un appareil sous-marin, un fusil à air comprimé, un modèle d'écluse d'un type nouveau et une pendule à eau destinée à représenter le mouvement des planètes. Son père note qu'à cette époque il connaît une dizaine de langues dont quelques langues orientales, auxquelles il ajoutera plus tard l'hébreu et l'araméen.

C'est par les sciences qu'il se fait connaître en fondant, en 1716, la première revue scientifique suédoise qui ait existé, le Dædalus hyperboreus (1716-1718). Il obtient de Charles XII un poste d'assesseur extraordinaire au Collège royal des mines. Il illustre son esprit d'invention en 1718 en imaginant un moyen de faire passer plus de soixante kilomètres de terre ferme à deux galères, une corvette et cinq chaloupes, lors du siège de Fredrikshald.

Il publie. Il démontre, dans le mémoire La Hauteur de l'eau et la force du flux et du reflux dans le monde d'autrefois, preuves tirées de S [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  SWEDENBORG EMANUEL (1688-1772)  » est également traité dans :

ALMQVIST CARL JONAS LOVE (1793-1866)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 112 mots

Le romantisme suédois présente, d'emblée, une physionomie originale. Il évite les excès du mysticisme allemand, ne donne qu'avec prudence dans le nationalisme scandinave et reste fidèle à la tendance suédoise profonde au réalisme. En même temps, son style demeure soumis aux exigences de clarté et de mesure inculquées par un siècle d'imprégnation classique française, et sa pensée se tourne volontie […] Lire la suite

BALZAC HONORÉ DE

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 15 044 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Balzac penseur ? »  : […] Depuis le Balzac d'E.-R. Curtius (1923), toute une famille de la critique balzacienne accorde la première place, dans l'interprétation de l'œuvre, à la réflexion théorique, aux idées, voire au système de pensée de l'auteur. Pour M. Bardèche, cet aspect est essentiel et fondateur. Pour P. Nykrog, A. Allemand, H. Gauthier et Max Andréoli, la philosophie de Balzac fournit le meilleur principe d'expl […] Lire la suite

ILLUMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 4 957 mots

Dans le chapitre « Les précurseurs de l'illuminisme en Europe »  : […] Les illuministes du xviii e siècle ont eu leurs devanciers. Toutefois, c'est moins à un système déterminé qu'il convient de se référer qu'à une attitude d'esprit, à une Weltanschauung dont les éléments décisifs remontent au xvi e siècle. Paracelse (1493-1541) découvre à la Renaissance le naturalisme et la magie. Quand il s'élève contre l'astrologie et l'alchimie, ce n'est point qu'il refuse ce […] Lire la suite

LOUIS LAMBERT, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 329 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tentation de l'infini »  : […] Cette métamorphose tragique d'un homme encore jeune en vieillard précoce est une des illustrations du principe fondamental qui régit l'ensemble des contes philosophiques de Balzac : la durée d'une existence dépend de la puissance des désirs ou de la dissipation des idées ; dans ce dernier cas, la pensée tue le penseur. À cet égard, Louis Lambert appartient bien à la famille de ceux que la recherch […] Lire la suite

OBERLIN JEAN FRÉDÉRIC (1740-1826)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 419 mots

Pasteur du Ban de la Roche (Steinthal, près de Schirmeck), Oberlin exerce à partir de 1767, un peu comme son correspondant Lavater, une profonde influence en divers milieux au cours d'un apostolat de nature souvent fort théosophique. Son rayonnement ne se limite pas à sa paroisse : on voit M me  de Krüdener faire chez lui un séjour dont elle sortira transformée, plus convaincue que jamais de la mi […] Lire la suite

ŒTINGER FRIEDRICH CHRISTOPH (1702-1782)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 752 mots

À son époque, Œtinger apparaît comme le père de la théosophie chrétienne en Souabe. Tempérament impressionnable (il a des contacts personnels dans le royaume des esprits), de très bonne heure pieux et mystique, il se nourrit d'abord de Malebranche, puis il découvre la Cabala denudata (1677) de Knorr de Rosenroth. À Tübingen, un artisan lui révèle les œuvres de Boehme ; aussitôt, Œtinger abandonne […] Lire la suite

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 817 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle »  : […] Une période de confusion politique appelée l'ère de la liberté ( frihetstiden ), puis, après le coup d'État de Gustave III (1772), francophile résolu et despote éclairé à la Voltaire, un temps de classicisme qui voit également un enrichissement très marqué de la nation et une promotion sensible de la bourgeoisie vont favoriser l'éclosion de talents de premier ordre cette fois, tant sur le plan lit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Régis BOYER, « SWEDENBORG EMANUEL - (1688-1772) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emanuel-swedenborg/