GAT EMANUEL (1969- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des « organismes chorégraphiques »

En 2007, Emanuel Gat réalise que ses conditions de travail, précaires, ne s’amélioreront pas et décide de quitter Israël, avec sa femme et ses cinq enfants. Il vient s’installer en France, à Istres, en septembre, grâce à Didier Michel (qui avait été directeur du festival d’Uzès de 1996 à 2006), dans les locaux de la Maison de la danse intercommunale. La ville ne lui était pas inconnue : il y avait déjà passé quelques mois pour des résidences de création. La Fondation B.N.P.-Paribas, qui soutient notamment les talents de l’art chorégraphique, le repère immédiatement et l’accompagne dès son arrivée.

Très vite, les commandes affluent. Silent Ballet est sa première pièce chorégraphiée en France. Conçue pour huit danseurs, sans musique, elle est présentée au festival de Montpellier 2008. Dès l’année suivante, Emanuel Gat crée Hark !, une pièce avec douze danseuses étoiles pour le Ballet national de l’Opéra de Paris. Dans la foulée, il est sollicité par de grandes maisons d’opéra, comme la Sydney Dance Company (Satisfying Musical Moments, 2010), le Ballet du Rhin (Observation Action, 2010), le Ballet du Grand Théâtre de Genève (Préludes et fugues, 2011). En 2011, il crée Brilliant Corners à Montpellier, une pièce inspirée par le jazzman Thelonious Monk et pour laquelle il compose également la musique, d’une structure aussi complexe et subtile que sa danse. En 2013, artiste associé au festival Montpellier Danse, il propose quatre créations (trois chorégraphies – The Goldlandbergs, Corner Etudes et Danses de cour – et une exposition photographique). Il s’y révèle non seulement un grand chorégraphe, féru de contrepoint et sachant manier l’art de la fugue avec soin – comme dans The Goldlandbergs qui rassemble dans une même chorégraphie les Variations Goldberg, œuvre pour piano de Bach, et un documentaire radiophonique de Glenn Gould (The Quiet in the Land) –, mais aussi un photographe de talent.

Dans l’exposition photographique, intitulée It’s People, How Abstract Can It Get ?, on retrouve tout ce qui séduit dans les pièces d’Emanuel Gat : l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « GAT EMANUEL (1969- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emanuel-gat/