ELLORĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grottes bouddhiques

C'est vraisemblablement un peu avant l'an 600 de l'ère chrétienne – au temps où la dynastie Chālukya contrôlait encore la région – qu'une communauté bouddhique mahāyānique creusa et aménagea les premières grottes du site. Suivant des techniques éprouvées, le sommet de larges portions de la paroi, préalablement égalisées, était attaqué au pic et profondément entaillé : ainsi ouvrait-on des galeries provisoires entre lesquelles subsistaient des « réserves » de roche destinées à former les piliers. Une fois dégagée la partie supérieure d'une grotte, on procédait à la décoration de son plafond. Puis, continuant à tailler le rocher par tranches horizontales, les ouvriers abaissaient peu à peu le niveau de la salle jusqu'à ce que celle-ci atteignît les proportions désirées. Les surfaces dégrossies étaient alors livrées au ciseau du sculpteur.

Il semble que les monuments bouddhiques – douze au total – constituent deux séries successives : un premier monastère formé de salles d'habitation autour du vihāra 5 et un second ayant pour centre le caitya 10. La grotte 5, de plan rectangulaire, est divisée longitudinalement en trois travées par deux rangées de piliers ; la travée centrale est bordée de deux plates-formes étroites, parallèles. (Au fond de la salle une chapelle renferme une image en demi-ronde bosse du Bouddha.) Cette disposition intérieure très exceptionnelle (on n'en connaît qu'un seul autre exemple en Inde) était peut-être commandée par des cérémonies tantriques préfigurant celles qui se déroulent aujourd'hui dans les monastères lamaïques himalayens. La grotte 10 (dite Viçvakarma) répond, au contraire, à la conception traditionnelle du caitya ou sanctuaire, avec son plan absidial, sa nef centrale au plafond décoré de poutres cintrées taillées dans la pierre et ses bas-côtés qui se rejoignent en un déambulatoire derrière le dagoba, monolithe sculpté reproduisant un stūpa – ce monument hémisphérique reliquaire ou commémoratif typique de l'art bouddhique. Tout en respectant des formules dérivées de l'architecture de bois, les artistes n'en ont [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  ELLORA  » est également traité dans :

GUPTA EMPIRE

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 3 288 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le témoignage des arts »  : […] Plus accessibles que la littérature, les arts classiques de l'Inde ont préservé, à travers des œuvres de qualité, une image idéalisée de la société et le reflet des conceptions en vigueur au temps des Gupta. Les édifices laïques, construits pour la plupart en bois, ont disparu. Seuls subsistent des monuments religieux : grottes destinées au culte ou à l'habitation des moines, creusées au flanc de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-gupta/#i_11654

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Peinture murale et statues de culte »  : […] Les vestiges des fresques tracées au Moyen Âge sont rares et mal conservés. À quelques exceptions près, ils se localisent au Dekkan. Tous trahissent un glissement irrésistible vers l'imagerie populaire. À Ellorā, on trouve dans la grotte jaïna dite Indrasabhā un prolongement abâtardi de la tradition d'Ajaṇṭā. Au Kailāsanātha, un examen attentif du plafond du porche occidental a permis de déceler […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_11654

Voir aussi

Pour citer l’article

Rita RÉGNIER, « ELLORĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ellora/