ÉLECTROCINÉTIQUE

ÉLECTRICITÉ - Lois et applications

  • Écrit par 
  • Jean-Marie DONNINI, 
  • Lucien QUARANTA
  •  • 4 779 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La conduction, les générateurs, la loi d'Ohm »  : […] Les charges présentes dans la matière sont plus ou moins liées. Dans le cas des métaux, on trouve un grand nombre d'électrons quasi libres de se déplacer à l'intérieur du matériau ; les métaux sont de bons conducteurs de l'électricité. Il existe à l'inverse des corps où les charges sont complètement liées, ce sont les isolants. Entre ces deux extrêmes, on trouve les semi-conducteurs (composés for […] Lire la suite

MEMBRANES, transferts

  • Écrit par 
  • Michel RUMEAU
  •  • 5 887 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Électro-ultrafiltration »  : […] Pour améliorer les transferts, il est possible d'associer un champ électrique à la pression. Celui-ci a pour effet d'augmenter le débit de solvant ou d'améliorer la rétention des solutés. L'amélioration des transferts est due à divers phénomènes électrocinétiques, comme l'électrophorèse ou l'électro-osmose, ou à la modification des phénomènes d'électro-adsorption. […] Lire la suite

PUCES À ADN ET LABORATOIRES SUR PUCE

  • Écrit par 
  • Michel BELLIS, 
  • Claude VAUCHIER
  •  • 2 262 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La microfluidique »  : […] Une des difficultés majeures de ces microsystèmes est la manipulation des fluides biologiques dans de tels environnements. Faire circuler le fluide dans les microcanaux, contrôler les débits et les vitesses de déplacement des liquides à cette échelle constituent une nouvelle discipline : la microfluidique. Un certain nombre de solutions, plus ou moins attractives, sont étudiées. La plus simple pou […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles linéaires

  • Écrit par 
  • Jacques CHANU
  •  • 7 182 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Phénomènes électrocinétiques »  : […] Supposons maintenant que la membrane poreuse de l'exemple précédent sépare deux phases ioniques présentant une différence de pression Δ p , et une différence de potentiel ΔΦ à l'exclusion de toute autre. Le raisonnement à suivre est identique, mais on écrira cette fois-ci : où J est le courant électrique (flux) du mélange et i la densité de courant, avec toujours L 12  = L 21 . En l'absence de to […] Lire la suite