ÉLECTIONSSociologie électorale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Questions de méthode

La sociologie électorale a longtemps occupé une position centrale en science politique grâce à l'apparat de scientificité que procurait (parfois « à bon compte ») le déploiement d'un imposant arsenal de traitement statistique des données.

Analyses « écologiques »

De fait, le terrain électoral est exceptionnellement fertile en matériaux quantitatifs, à commencer par la simple recension des votes. Ces derniers pourront être agrégés ou désagrégés plus ou moins globalement ou finement en fonction de l'offre partisane : classement des candidats (et ce qui est souvent plus audacieux, de « leurs » électeurs) en fonction de leurs étiquettes précises ou regroupement plus ou moins arbitraire en blocs ou en familles politiques. Même variation possible des échelles en fonction des unités géographiques de collecte des résultats : bureaux de vote, communes, cantons, circonscriptions législatives, départements... Nécessité faisant vertu, on se contenta longtemps de cette matière statistique déjà très riche, en travaillant les « données électorales brutes » et en les rapportant, en fonction des hypothèses, à d'autres données socioéconomiques. La cartographie est alors l'équivalent fonctionnel approximatif de nos modernes coefficients de corrélation (analyses dites écologiques notamment développées par Siegfried).

Sociologie électorale : Giscard d'Estaing et le catholicisme

Dessin : Sociologie électorale : Giscard d'Estaing et le catholicisme

Valéry Giscard d'Estaing et le catholicisme. Premier écran, carte de la pratique religieuse ; proportion des messalisants vers 1965 ;deuxième écran, carte donnant, en pourcentage, le nombre de suffrages exprimés en faveur de Giscard d'Estaing lors de l'élection présidentielle de 1974... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Très attentive à la diversité géographique et sociale des situations et des sites, cette manière de faire preuve n'est toutefois pas totalement probante. Faute de connaître l'orientation électorale de chaque électeur (les voix sont anonymes et muettes), l'analyse sur votes agrégés est toujours contrainte d'inférer des tendances collectives qui peuvent s'avérer trompeuses, ce d'autant plus que le niveau d'agrégation retenu est surplombant (qu'un Land allemand, majoritairement peuplé par des ouvriers, se prononce majoritairement pour le Parti social-démocrate ne prouve pas formellement que tous les ouvriers – et pas même qu'une majorité d'entre eux – votent S.P.D.).

La suprématie des sondages

L'apparition des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Sociologie électorale : Giscard d'Estaing et le catholicisme

Sociologie électorale : Giscard d'Estaing et le catholicisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Profil social des électorats

Profil social des électorats
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de science politique à l'université de Picardie, C.U.R.A.P.P.-C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  ÉLECTIONS  » est également traité dans :

ÉLECTIONS - Histoire des élections

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 5 782 mots

Envisagée sous l'angle des pratiques électorales, l'histoire des élections est tout à la fois une histoire des techniques électorales, l'étude des comportements des agents impliqués dans le processus électif et la sociogenèse d'une forme singulière qui nous est aujourd'hui familière : l'élection libre et concurrentielle. C'est dire que cette […] Lire la suite

ÉLECTIONS - Modes de scrutin

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 2 099 mots

Qu'est-ce qu'un mode de scrutin ? On peut le définir comme un ensemble de règles de droit visant à traduire, dans le cadre d'une élection, les suffrages obtenus par les différents candidats ou listes en présence en sièges à pourvoir. Ces règles figurent dans des textes de loi ou dans les constitutions nationales. Le choix d'un mode de scrutin n'est jamais neutre […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Le droit de vote est une prérogative essentielle des citoyens dans un régime démocratique. On appelle participation électorale le fait de l'exercer dans les bureaux de vote ou par correspondance. L'abstentionnisme est pour sa part l'attitude de ceux qui s'abstiennent d'exercer leur droit de vote. Les électeurs régulièrement inscrits sur les listes électorales qui ne prennent pas part au scrutin s […] Lire la suite

AGENDA POLITIQUE, sociologie

  • Écrit par 
  • Nicolas HUBÉ
  •  • 545 mots

La «  mise à l’agenda » concerne la question des « effets » des médias sur le débat public et sur les électeurs, et en particulier lors des moments de « surchauffe symbolique » que sont les élections. Maxwell McCombs et Donald Shaw ont formulé en 1972 le principe suivant : il se peut que la presse échoue le plus souvent à dire aux gens « comment » il faut penser, mais elle réussit le plus souvent […] Lire la suite

ALLEMAGNE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHOTT
  •  • 4 225 mots

Dans le chapitre « La Diète fédérale allemande (Deutscher Bundestag) »  : […] Le Bundestag est l’organe législatif par excellence : c’est au sein de cette assemblée que sont « adoptées » les lois fédérales (article 77 alinéa 1 L.F.). Mais il partage la fonction législative proprement dite avec d’autres acteurs institutionnels : le gouvernement fédéral (droit d’initiative législative, article 76 alinéa 1 L.F.), le Bundesrat (droit d’initiative législative, article 76 alinéa […] Lire la suite

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 307 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du suffrage indirect au suffrage direct »  : […] Dès lors qu'il s'agit de représenter une entité infra-étatique reconnue, le suffrage indirect s'impose, tout du moins théoriquement. En effet, on peut penser que les représentants des États fédérés ou des collectivités territoriales sont plus liés à l'entité qu'ils représentent lorsqu'ils sont désignés ou élus par les organes exprimant politiquement la volonté de cette entité. S'ils sont élus dir […] Lire la suite

BURUNDI

  • Écrit par 
  • Christian THIBON
  •  • 8 326 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les défis de la réconciliation politique : entre espoirs et dérives autoritaires »  : […] Les élections de 2005 ouvrent une période politique originale et historique vers une sortie de guerre consensuelle. Celle-ci repose sur trois aspects fondamentaux. Tout d’abord, un régime politique inclusif est mis en place avec l’adoption, en février 2005, d’une Constitution consociative (pour gouverner par consensus tout en respectant les droits des minorités) et une nouvelle gouvernance pour un […] Lire la suite

CITOYENNETÉ

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 4 678 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La légitimité politique »  : […] En proclamant la souveraineté du citoyen, les révolutionnaires posaient un principe de transcendance des particularismes. Constitués en « nation », pour reprendre la formule de l'article 3 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, les citoyens cessaient d'être des individus concrets pour agir dans l'espace public en tant que citoyens. C'est pourquoi ils devenaient en principe citoyen […] Lire la suite

CONSTITUTIONNEL DROIT

  • Écrit par 
  • André DEMICHEL
  •  • 2 612 mots

Dans le chapitre « Un ensemble de techniques »  : […] Le droit constitutionnel peut être défini, de ce point de vue, comme l'étude des techniques permettant à un groupe de s'organiser et de se gouverner. Ainsi comporte-t-il l'étude des procédures d'élection, des rapports entre les électeurs et les élus (mandat donné par les électeurs aux élus, responsabilité des élus devant les électeurs), de la structure et du fonctionnement des organes élus. Cette […] Lire la suite

CONVENTION ÉLECTORALE AMÉRICAINE

  • Écrit par 
  • Marie-France TOINET
  •  • 704 mots

Aux États-Unis, la convention est le congrès d'une organisation, par exemple un parti politique. Les deux grands partis nationaux (le Parti républicain et le Parti démocrate) sont en fait composés d'une multitude de partis locaux qui ont leurs intérêts et leur vie propres. C'est ainsi que, au niveau de chaque État, les partis, avant tout organismes électoraux, se réunissent régulièrement pour dési […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick LEHINGUE, « ÉLECTIONS - Sociologie électorale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elections-sociologie-electorale/