ÉGYPTEL'Égypte républicaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique arabe d'Égypte (EG)
Chef de l'ÉtatAbdel Fattah al-Sissi (depuis le 8 juin 2014)
Chef du gouvernementMoustafa Madbouli (depuis le 7 juin 2018)
CapitaleLe Caire
Langue officiellearabe

L'Égypte après la révolution du 25 janvier 2011

Transition politique ou contre-révolution ?

Les élections législatives qui se déroulent de novembre 2011 à janvier 2012 sont historiques à plus d'un titre. Tout d'abord, ce sont les premières élections relativement transparentes organisées après trente ans de règne de Moubarak. Le P.N.D. n'existe plus officiellement et ses principaux dirigeants sont en prison ; mais, à l'échelle locale, les hommes de l'ancien régime continuent d'opérer sous de nouvelles étiquettes. Près d'une quarantaine de partis se créent aux lendemains de la révolution. Cette atomisation fragilise toute opposition non islamique, mais révèle néanmoins l'ouverture de l'espace public au pluralisme politique. Les débats dépassent les médias et la classe intellectuelle, et envahissent la rue, les transports en commun, les foyers, les lieux de travail. La participation au premier tour du scrutin législatif atteint près de 60 p. 100.

Ensuite et surtout, ce scrutin est historique au vu de ses résultats : le parti Liberté et Justice des Frères musulmans remporte 235 des 498 sièges (soit 45 p. 100 des sièges), tandis que les salafistes, conduits par le parti Al Nour, en obtiennent 125 (25 p. 100). Les mouvements issus de la révolution, ainsi que les courants dits « libéraux » sont les grands perdants de ce scrutin, du fait de manque de temps, de l'absence d'une plate-forme commune, de divergences idéologiques et surtout d'un faible ancrage sur le terrain.

Les Frères musulmans, consacrés première force politique du pays, doivent désormais composer non seulement avec le pouvoir militaire, mais aussi avec les mouvements salafistes, concurrentiels sur le terrain de la morale et de la religion. Ils doivent surtout ménager les craintes des puissances étrangères de voir s'édifier un État islamique, qui pourrait remettre en question les accords de paix avec Israël : aux frontières du pays, avec la bande de Gaza contrôlée par le Hamas et avec Israël, se jouent désormais les relations avec le premier bailleur de fonds du pays et de l'armée, les États-Unis. Ce positionnement sur la scène internationale devient d'autant plus périlleux que l'ascension politique de la confrérie se poursuit avec l'élection inattendue, en juin 2012, du candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, à la plus haute magistrature du pays.

En effet, le premier tour de l'élection présidentielle de juin 2012 crée la surprise. Les favoris de l'opposition aux islamistes et à l'armée, Aboul Foutouh (un dissident des Frères musulmans qui prône le dialogue et la tolérance) et Amr Moussa, sont littéralement évincés, alors que Hamdeen Sabbahi (nassérien, laïc, proche des milieux syndicalistes), qui incarne l'État-providence auquel aspirent de nombreux Égyptiens, surtout les plus précaires, arrive en tête au Caire et à Alexandrie. À l'issue du second tour du scrutin présidentiel, Mohammed Morsi s'impose devant Ahmed Chafik, le candidat officiel de l'armée et ancien Premier ministre de Hosni Moubarak. La participation électorale, de seulement 46 p. 100 à l'échelle nationale, révèle la lassitude des Égyptiens pour cette transition politique aux allures de contre-révolution.

Entre un changement à la mode islamiste ou le maintien de l'ancien régime, les choix proposés aux Égyptiens lors de la présidentielle de 2012 reflètent surtout les conséquences d'une transition politique violente, gérée par un C.S.F.A. avant tout soucieux de préserver ses intérêts, en alliance et mésalliance, au gré des circonstances, avec les mouvements islamistes et, en premier lieu, les Frères musulmans, tandis que ces derniers aspirent avec impatience au pouvoir d'État. Par ailleurs, l'armée laisse la place, par la voie des urnes, à une formation idéologique et politique dont les membres, honnis et persécutés pendant plus de soixante ans par l'ancien régime, n'ont jamais cautionné la révolution du 25 janvier 2011, bien au contraire. Ils n'ont même jamais fait preuve d'ambitions démocratiques pour le pays. Ils sont pourtant les premiers bénéficiaires de cette révolution, et doivent désormais relever un pays exsangue.

Les défis du président Morsi

Les préoccupations des Égyptiens sont ailleurs. Tout d'abord, la révolution a aggravé de facto la crise économique qui sévit depuis 2008. Les images de la place Tahrir et des combats de rue ont fait le tour du monde, inspirant les mouvements des Indignés, en Europe et en Amérique, mais faisant fuir les inv [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 54 pages

Médias de l’article

Égypte : drapeau

Égypte : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Le roi Farouk

Le roi Farouk
Crédits : Hulton Getty

photographie

Réforme agraire en Égypte, 1952

Réforme agraire en Égypte, 1952
Crédits : Hulton Getty

photographie

Néguib et Nasser

Néguib et Nasser
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteure en science politique (Institut d'études politiques de Paris), chercheuse associée au Centre d'études et de documentation économiques et juridiques, Le Caire (Égypte)
  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  ÉGYPTE  » est également traité dans :

ÉGYPTE - Géographie

  • Écrit par 
  • Éric DENIS
  •  • 5 786 mots
  •  • 6 médias

Misr um al-dunya ou « l'Égypte mère du monde » se plaisent à dire les Égyptiens, soulignant l'antériorité universelle de leur civilisation, ou « l'Égypte don du Nil » selon l'expression d'Hérodote ; autant de formules qui figent les paysages des bords du Nil dans l'immuabilité. Pourtant, les mises […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte arabe

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 8 896 mots
  •  • 2 médias

Deux grands événements délimitent l'histoire de l'Égypte au Moyen Âge : la conquête arabe, qui donna lieu en Orient à un gigantesque brassage de peuples sur deux continents, et la découverte de la route du cap de Bonne-Espérance, fait sans précédent dans les annales commerciales du monde, qui allait provoquer la ruine momentanée de l'Égypte. Le grand port d'Al […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte coloniale

  • Écrit par 
  • Nada TOMICHE
  •  • 6 527 mots
  •  • 14 médias

Les « siècles obscurs » qui commençaient, pour l'Égypte, en 1517, avec la conquête ottomane, s'achèvent brusquement, à la fin du xviiie siècle, par l'invasion de Bonaparte. Sous la domination des pachas turcs puis sous celle des beys mamelouks, le pays s'était progressivement appauvri et affaibli. L'admirable syst […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 juillet 2013 Égypte. Destitution du président Mohammed Morsi

Le 9 également, le Koweït, l'Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis annoncent qu'ils octroient une aide financière à l'Égypte. Le 10, la justice ordonne l'arrestation du guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie, pour incitation à la violence. Le 16, le nouveau gouvernement de technocrates, qui ne compte aucun islamiste, prête serment. […] Lire la suite

2-24 juin 2012 Égypte. Dissolution du Parlement et élection de Mohammed Morsi à la présidence

Le chef du parti Liberté et Justice est le premier civil à accéder à la présidence de l'Égypte républicaine. Dans son premier discours, Mohammed Morsi prône « l'unité nationale » et donne des garanties aux coptes et aux musulmans non membres des Frères musulmans. Il s'engage également à respecter les traités signés par l'Égypte, dont le traité de paix conclu en 1979 avec Israël. […] Lire la suite

17-31 janvier 2011 Égypte. Mouvement de contestation contre le président Hosni Moubarak

Dans la soirée, l'armée s'adresse au « grand peuple d'Égypte » pour indiquer qu'elle juge ses revendications « légitimes » et qu'elle ne recourra pas « à l'usage de la force ». Le bilan des violences survenues depuis le 25 s'élève à au moins cent vingt-cinq morts.  […] Lire la suite

4-28 février 1991 Guerre du Golfe. Libération du Koweït par la force multinationale

De son côté, l'Irak annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie, l'Arabie Saoudite et l'Égypte. Quant au roi Hussein de Jordanie, il hausse le ton sous la pression de son opinion : il dénonce la « destruction de l'Irak et l'établissement d'un nouvel ordre régional » par les États-Unis. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sandrine GAMBLIN, Robert SANTUCCI, « ÉGYPTE - L'Égypte républicaine  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-l-egypte-republicaine/