SAINT-URBAIN ÉGLISE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'abbaye cistercienne de Saint-Urbain, située environ à mi-chemin entre Bâle et Lucerne, remonte au xiie siècle ; comme beaucoup de couvents d'Europe centrale, elle fut entièrement reconstruite au début du xviiie siècle, de sorte qu'il ne subsiste plus guère des bâtiments anciens que quelques murs et des fondations réutilisées. L'architecte choisi fut Franz Beer (1659-1726), l'un des meilleurs représentants de l'école dite du Vorarlberg. Toute une série d'architectes, en effet, formant souvent des dynasties comme les Thumb, les Moosbrugger ou les Beer eux-mêmes, et dont l'activité, localisée mais considérable, s'est exercée dans les régions montagneuses comprises entre la Suisse et l'Allemagne, sont regroupés sous cette dénomination d'école du Vorarlberg parce que leurs œuvres présentent de nombreuses caractéristiques communes : larges nefs bordées de piliers massifs, avec des tribunes à mi-hauteur disposées en arrière des piliers. Tel est le cas de l'église de Saint-Urbain, construite en 1711-1715. Cette disposition permet d'obtenir un éclairage parfait du vaisseau central. Une particularité de Saint-Urbain est d'avoir deux transepts : le premier sépare la nef proprement dite du chœur des moines, le second le chœur des moines de l'autel principal. Toute l'église est décorée de stucs blancs, au relief nettement accusé, mais dont les formes s'inscrivent dans des schémas géométriques et ne contrarient en rien la lisibilité de l'architecture. La façade est droite, avec deux tours, d'un type nettement moins avancé que celle de Weingarten, construite quelques années plus tard. Saint-Urbain reste une œuvre d'un baroque modéré, le travail soigné d'un bon architecte solidement formé aux traditions de sa région.

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  SAINT-URBAIN ÉGLISE DE  » est également traité dans :

CISTERCIENS

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Placide DESEILLE, 
  • Anselme DIMIER
  •  • 8 633 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Constantes de l'architecture cistercienne »  : […] La voûte d'ogives fit bientôt son apparition dans les constructions des Cisterciens. Les maîtres d'œuvre de l'Ordre répandirent le nouveau style dans les fondations qui eurent lieu à travers toute l'Europe, ce qui leur valut d'être appelés « missionnaires du gothique ». Ils continuèrent pendant quelque temps encore à surplomber la nef de leurs églises d'une voûte en berceau, le plus souvent légèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cisterciens/#i_8704

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « SAINT-URBAIN ÉGLISE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-de-saint-urbain/