SAID EDWARD W. (1935-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À contre-courant

Né à Jérusalem en 1935, fils d'un homme d'affaires palestinien de confession protestante, qui avait vécu aux États-Unis et était citoyen américain, Edward W. Said, comme il le raconte dans À contre-voie est « un Arabe éduqué à l'occidentale », passionné de littérature, de poésie et de piano. Sa famille, installée en Égypte en 1947, l'envoie étudier aux États-Unis. En 1963, il devient professeur de littérature comparée à l'université Columbia de New York. Dans son œuvre de critique, il va révéler la présence, au sein de la « grande culture » soi-disant neutre et humaniste de l'Occident, des rapports de domination que celui-ci entretient avec le reste du monde. Plusieurs de ses ouvrages font date, notamment L'Orientalisme et Culture et impérialisme (1993).

Parallèlement, Edward W. Said défend une conception exigeante du rôle social de l'intellectuel, qui doit « dire la vérité au pouvoir » (Des intellectuels et du pouvoir, 1994). Il souligne la force de l'exil, de la marginalité, de l'errance (l'« intellectuel exilique » ne suit pas « la logique de la convention mais celle de l'audace »). En 1967, il s'engage en faveur de la cause palestinienne. Il lui consacre plusieurs livres, de La Question de la Palestine (1979) à Culture and Resistance (2003), et en devient le porte-parole le plus connu aux États-Unis, ce qui lui vaudra beaucoup d'attaques. Membre du Conseil national palestinien de 1977 à 1991, il n'hésite pas à prendre position à contre-courant : à l'époque du « refus », il préconise une coexistence entre Juifs israéliens et Arabes palestiniens ; puis il s'oppose aux accords d'Oslo, qu'il juge inacceptables pour les seconds. Très critique à l'égard de Yasser Arafat, il propose en définitive un seul État binational laïque, avec reconnaissance du tort fait aux Palestiniens, « victimes plus que coupables » dans ce conflit.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAID EDWARD W. (1935-2003)  » est également traité dans :

RÉFLEXIONS SUR L'EXIL (E. W. Said)

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 1 102 mots

Edward W. Said (1935-2003), qui enseigna la littérature comparée trente-six années durant à l'université Columbia de New York, fut assurément un maître exemplaire. Sa pédagogie repose en effet sur le rejet de tout dogmatisme et le souci, par le choix de tel ou tel éclairage, d'amener disciples et lecteurs à la lucidité et au libre examen. C'est ce qui ressort de l'imposant ouvrage intitulé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexions-sur-l-exil/#i_28976

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L’anthropologie postmoderne »  : […] Depuis les années 1980, la problématisation quasi généralisée des connaissances académiques a constitué un mouvement important dans les universités anglo-saxonnes. En dépit d'une très grande hétérogénéité interne, ce courant, qualifié de « postmoderne », considère dans l'ensemble que les théories sociales modernes, héritées des Lumières, reposent sur la fausse conviction que la connaissance des l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_28976

BARENBOIM DANIEL (1942- )

  • Écrit par 
  • Jean-Luc MACIA
  •  • 1 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une personnalité extra-musicale »  : […] Barenboim s'est toujours voulu un artiste engagé. Naturalisé israélien très jeune, il s'est senti l'héritier de la tradition juive et reste habité par le souvenir de la Shoah. Il a pourtant eu très vite le courage de diriger en Allemagne et de s'impliquer dans ce lieu symbolique du nazisme que fut Bayreuth. De même, il milite activement pour un règlement pacifique du conflit au Proche-Orient. À ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-barenboim/#i_28976

COLONISATION, notion de

  • Écrit par 
  • Myriam COTTIAS
  •  • 1 627 mots

Dans le chapitre « Le débat politique sur la colonisation »  : […] Le courant marxiste a caractérisé les phénomènes d'expansionnisme européen comme « impérialisme » à partir du moment où il y avait systématisation de la colonisation et recours à des doctrines de suprématie culturelle et raciale. Lénine, dans son ouvrage L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme (1916), dénonce également l'accumulation du capital-argent qui permet de confo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonisation-notion-de/#i_28976

LEWIS BERNARD (1916-2018)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 1 268 mots

Historien américain du monde musulman et du Proche-Orient, Bernard Lewis était un intellectuel controversé. Né à Londres le 31 mai 1916 dans une famille juive britannique, Bernard Lewis se découvre une passion pour les langues du Proche-Orient au moment où il est confronté à l’hébreu biblique pour sa bar mitzvah . Il commence alors à apprendre l’arabe, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-lewis/#i_28976

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La question du « binarisme » »  : […] Selon une idée reçue, les écrivains postcoloniaux seraient englués dans un conflit sans issue entre deux cultures, entre tradition et modernité, entre ville et campagne. C'est oublier que l'évolution des aires culturelles remet souvent en question de telles dichotomies. Si, marginalement, ce cliché possède une certaine pertinence, notamment dans la francophonie, dans la zone anglophone on rencontr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_28976

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul CHEMLA, « SAID EDWARD W. - (1935-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-w-said/