WILSON EDWARD OSBORNE (1929-2021)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contributions, avancées scientifiques et controverses

La première contribution marquante d'E. O. Wilson concerne la dynamique et les équilibres de la richesse en espèces dans les milieux insulaires en fonction de la taille des îles et de leur distance au continent. L’ouvrage The Theory of Island Biogeography, écrit avec l’Américain Robert H. MacArthur (1930-1972) et publié en 1967, aura une influence majeure en écologie et en particulier en biologie de la conservation.

L’observation des fourmis l’amène à s’intéresser à l’évolution des comportements sociaux dans le monde vivant et il publie en 1971 The Insect Societies, une synthèse des connaissances sur les insectes sociaux (fourmis, guêpes et abeilles sociales, termites). Pour expliquer le comportement eusocial de ces insectes, c’est-à-dire leur organisation en castes d’individus fertiles et non fertiles, E. O. Wilson reprend le concept de valeur sélective globale (inclusive fitness) proposé en 1963 et 1964 par le biologiste de l’évolution britannique William D. Hamilton (1936-2000). Ce concept sera à l’origine de la théorie de la sélection de parentèle (permettant d’expliquer l’apparition du comportement altruiste au sein des sociétés animales).

E. O. Wilson étend ensuite ses réflexions à d’autres organismes, y compris l’être humain. En 1975, il publie son ouvrage le plus controversé, Sociobiology: The New Synthesis, dont le dernier des vingt-sept chapitres aborde la question de l’évolution du comportement social humain sous le titre « Man: from sociobiology to sociology », la sociobiologie pouvant se définir comme l’étude systématique des fondements biologiques des comportements sociaux des animaux, y compris l’humain. L’ouvrage est d’abord bien reçu, puis fait l’objet de vives critiques de la part de certains biologistes et représentants d’autres disciplines. Il suscite également de fortes oppositions de nature politique, en particulier aux États-Unis et en France. E. O. Wilson y aborde en effet la question du déterminisme évolutif de comportements sociaux tels que l’altruisme ou l’agressivité et fait la part belle au déterminisme génétique dans le contexte de la sélection naturelle darwinienne ; cette inscription dans le vieux débat nature/éducation ou inné/acquis rapporté à l’être humain est très conflictuel. Malgré les précautions prises préalablement par E. O. Wilson, la sociobiologie, au sens de cet auteur, est ainsi accusée de redonner une caution à certaines dérives politiques et sociales passées fondées sur le déterminisme biologique, telles que l’eugénisme. E. O. Wilson est même accusé de racisme et devra s’en défendre vivement en public. L’influence de la sociobiologie reste forte dans le champ du comportement animal et, concernant l’humain, la prise en compte de la dimension évolutive est à l’origine du développement de la psychologie évolutionniste, une discipline elle aussi objet de controverses.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en zoologie, habilité à diriger des recherches, ancien directeur de recherche à l'Institut de recherche et développement, ancien président de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité

Classification

Autres références

«  WILSON EDWARD OSBORNE (1929-2021)  » est également traité dans :

ÉTHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Odile PETIT
  •  • 2 518 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'opposition malheureuse des causes proximales et des causes ultimes »  : […] Très vite, le champ de l'éthologie avait réduit les quatre questions de Tinbergen à deux ensembles : celui de la causalité proximale (points 1 et 3) et celui de la causalité ultime ou distale (points 2 et 4). En 1969 déjà, Tinbergen s'inquiétait de ce que les sciences du comportement portent trop d'intérêt aux facteurs d'ordre proximal du comportement et était persuadé qu'on devait attacher autant […] Lire la suite

HISTOIRE DE L'ÉTHOLOGIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 991 mots

1854 Isidore Geoffroy Saint-Hilaire utilise pour la première fois le terme « éthologie » dans son sens actuel (étude comparative du comportement animal) pour désigner les descriptions des mœurs des animaux telles qu'elles ont été faites par Aristote, Buffon, Réaumur, G. Leroy ou Lamarck. 1859 Dans L'Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la Préservation des races favorisées […] Lire la suite

SOCIOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 810 mots

La sociobiologie désigne la recherche systématique des bases biologiques des comportements sociaux. Le terme a été créé au début des années 1940 dans le contexte de l’étude des comportements des insectes sociaux. Il est devenu populaire à partir de 1975 avec la publication de l’ouvrage Sociobiology : The N ew S ynthesi s , rédigé par l’entomologiste américain Edward O. Wilson. Pour Wilson, la s […] Lire la suite

SOCIOBIOLOGIE (polémique)

  • Écrit par 
  • Jacques RUFFIÉ
  •  • 1 336 mots

Ce texte date du début des années 1980. Il a été rédigé par Jacques Ruffié (1921-2004), hématologue et biologiste, professeur au Collège de France. Ruffié a violemment attaqué la sociobiologie. Ce texte illustre l’intensité de la polémique qui se développe en France après de la publication en 1975 de l’ouvrage de E. O. Wilson, Sociobiology . The N ew S ynthesi s . La sociobiologie est une théorie […] Lire la suite

ZOOLOGIE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 9 225 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Crise de la biodiversité et renouveau de la zoologie »  : […] La crise qui touche la biosphère et la menace qui pèse sur l'avenir de la diversité de la vie (qu'elle concerne les espèces, les écosystèmes ou la diversité génétique) rendent possible, dans les années 1970 et 1980, une nouvelle tentative d'unification de la zoologie. Il s'agit de synthétiser les données provenant d'un vaste réseau de disciplines allant de la biologie moléculaire à l'éthologie et […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François SILVAIN, « WILSON EDWARD OSBORNE - (1929-2021) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-osborne-wilson/