CRAIG EDWARD GORDON (1872-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Praticien et théoricien

Fils de la célèbre actrice anglaise Ellen Terry (1848-1928) et d'Edward William Godwin (1833-1886), architecte épris de théâtre, Craig, né à Stavenage (Hertfordshire), commence sa carrière d'acteur à l'âge de treize ans, au cours d'une tournée effectuée aux États-Unis avec sa mère et Henry Irving, qu'il considérera toute sa vie comme son maître. Engagé par Irving au Lyceum Theatre à dix-sept ans, il interprète des rôles souvent importants du répertoire shakespearien. Il jouera le même répertoire, pour d'autres compagnies, et s'illustrera dans le rôle de Hamlet. Sa carrière de metteur en scène et de décorateur commence en 1893 avec On ne badine pas avec l'amour, et se poursuit avec Hamlet puis Roméo et Juliette (1896). En 1897, il s'installe, avec une compagnie qu'il a constituée, au Royal Theatre de Croydon. S'associant avec le compositeur Martin Shaw, il monte Didon et Enée (1900), The Masque of Love (1901), et Acis et Galatée (1902), pour lesquels il compose décors, mises en scène et costumes. Il met en scène Bethleem, miracle de Laurence Housman (1902), puis Les Vikings d'Ibsen et Beaucoup de bruit pour rien. À Florence, il décore et met en scène Rosmersholm d'Ibsen qu'interprète Eleonora Duse (1906). Divers projets de décors interfèrent avec des expositions de ces maquettes, dessins et gravures organisées en Angleterre, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie et en Suisse, et avec l'édition de publications et d'écrits théoriques : The Art of the Theatre (1905) ; On the Art of the Theatre (1911) ; A Living Theatre (1913) ; Books and Theatres (1925), ou des reproductions de maquettes de décors : A Portfolio of Etchings (1908) ; A Second Portfolio of Etchings (1910) ; Toward a New Theatre (1913) ; A Production (1926) ; des maquettes et esquisses pour Les Prétendants à la Couronne d'Ibsen (1930). Enfin il publie des revues : The Page (1898-1901) ; The Mask (1908-1915, 1918, 1923-1929) ; The Marionette (1918). Ses deux dernières grandes réalisat [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CRAIG EDWARD GORDON (1872-1966)  » est également traité dans :

SCÉNOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 522 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « E. G. Craig »  : […] Les avancées d'Appia ne peuvent être dissociées des apports de son cadet de dix ans, Edward Gordon Craig (1872-1966), metteur en scène et théoricien anglais. Celui-ci définit le théâtre comme un art du mouvement dans un espace symbolique fondé sur la rencontre géométrique des lignes et des plans, des jeux d'ombre, des lumières et de la couleur. Son rejet du naturalisme s'inscrit aussi dans un dési […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie/#i_8385

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La scène architecturée »  : […] Jusque-là, aucun changement radical n'est intervenu. Le décor des peintres résout le problème du décor illusionniste en niant la perspective et le volume en trompe l'œil. Il ne remet pas en question la scène frontale, et celle-ci ne doit sa liberté relative qu'aux couleurs. Quant à l'acteur, il se trouve intégré au décor, plutôt noyé dans le chatoiement des couleurs par son costume et son maquilla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_8385

Voir aussi

Pour citer l’article

André VEINSTEIN, « CRAIG EDWARD GORDON - (1872-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-gordon-craig/