ÉDUCATIONTypes et fins de l'éducation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le contenu et les modes

Éducation et stabilité

Nul ne peut affirmer qu'il existe des sociétés totalement dépourvues d'histoire ; il en est pourtant dont les changements sont si lents qu'elles apparaissent comme stables : stables à l'échelle des millénaires si l'on parle des sociétés occidentales, dans un passé récent. Élever une nouvelle génération, c'est alors essentiellement lui apprendre à reproduire les modèles humains antérieurs. Mais l'immobilité n'implique pas l'indifférenciation, et il y a le plus souvent dans les sociétés stables des éducations bien distinctes les unes des autres. Ainsi Durkheim pense à une société stable, mais différenciée, lorsqu'il définit l'éducation comme visant à « susciter et développer chez l'enfant un certain nombre d'états physiques, intellectuels et moraux que réclament de lui et la société politique dans son ensemble et le milieu spécial auquel il est particulièrement destiné ».

En toute hypothèse, cette action comporte une socialisation morale, une socialisation technique, une socialisation intellectuelle. Dans la famille, l'enfant apprend les rôles et statuts masculins ou féminins ; il apprend aussi les types de sentiments à développer : respect pour les plus âgés, attendrissement protecteur pour les plus jeunes. Au-delà des relations internes au groupe, il apprend à révérer un premier ensemble de valeurs. Auprès de ses parents, il acquiert en outre un certain nombre de savoir-faire techniques qui dépendent de l'instrumentation existante. Enfin, dès les premières années, il structure ses démarches cognitives en fonction du langage qui lui est inculqué, du découpage des objets qui lui sont proposés par l'entourage immédiat et des liens entre eux.

C'est l'école qui réalise principalement, mais pas uniquement, la socialisation intellectuelle chez l'enfant un peu plus âgé. T. Parsons a montré que la classe scolaire est, sans même qu'on l'ait jamais exactement voulu, un modèle socialisateur : dissymétrie de la situation du maître et de celle des élèves, égalitarisme théorique des élèves, mais classement selon le mérite qui fonde peu à peu une hiérarchie sur les statuts acquis, rémunération des efforts sous forme de notes. Une classe organisée selon un système de concurrence libérale prépare en effet très directement à une vie d'adulte elle-même déterminée par des rapports de type hobbesien.

L'école réalise une part de la socialisation technique par l'exercice de la maîtrise du corps (éducation physique) et par quelques apprentissages pratiques liés à la vie quotidienne. Qu'elle tende dans les pays occidentaux à perpétuer la division traditionnelle du travail est illustré entre autres par le type de « travaux manuels » proposé dans l'enseignement général : couture pour les filles, menuiserie pour les garçons. Mais, pour la socialisation intellectuelle, elle transmet une culture dont une part est interprétation du monde extérieur et une autre maniement du langage ; pour ceux qui sont destinés aux classes élevées, ce maniement se veut particulièrement riche, raffinant très au-delà du strictement utile les modes de pensée et les sentiments. Il s'agit bien de « transmettre » lorsque parmi les moyens de cette culture on fait une place privilégiée à la connaissance et à l'admiration des hommes du passé et de leurs œuvres.

À la limite, une conception des acquisitions scolaires comme pures transmissions supposerait des enfants-réceptacles, des têtes vides à l'origine, progressivement remplies d'une somme de connaissances. Cependant, même une conception moins passive de l'être à éduquer n'est pas incompatible avec la stabilité sociale : un apprentissage d'opérations intellectuelles peut demander à l'enfant une activité tout en visant la formation d'une intelligence et d'une sensibilité semblables à celles de la génération précédente. L'« honnête homme » n'a pas seulement emmagasiné des connaissances, il est imprégné d'une façon d'être, mais d'une façon d'être considérée comme immuablement bonne.

Éducation et changement

Un lieu commun, de nos jours et dans les sociétés occidentales, consiste à dire que les transformations techniques exigent l'adaptabilité, qu'aucun homme ne pourra bientôt rester plus de dix ans dans la même profession, qu'il faudra tolérer aussi bien de nombreux changements de cadre de travail que de lieu d'habitation. Il devient alors nécessaire de for [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉDUCATION  » est également traité dans :

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le dernier quart du xxe siècle, la pensée de l'éducation prend position en fonction d'une triple référence : l'histoire ancienne et moderne des rapports entre éducation et philosophie dans la culture occidentale ; la remise en question théorique et pratique de l'huma […] Lire la suite

ÉDUCATION - L'histoire de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 410 mots

À partir de la fin du xviiie siècle, au sein des sociétés européennes en évolution, l'éducation allait se manifester à la fois comme un enjeu social, comme une composante de la croissance économique, comme une organisation nationale, comme une idée régulatrice et un projet de gouvernement. Il était dès lors prévisible que le propos sur l'éducation en […] Lire la suite

ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François DUBET
  •  • 4 093 mots
  •  • 2 médias

On considère généralement qu'Émile Durkheim est le fondateur de la sociologie française de l'éducation parce qu'il affirmait que l'école a pour finalité de produire des individus socialisés, à travers une « éducation morale » visant à former des acteurs adaptés à des conditions sociales données, et des individus autonomes, des citoyens capables de s'élever vers la culture de la « grande société ». […] Lire la suite

ÉDUCATION - Économie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François LECLERCQ
  •  • 3 976 mots

L'approche économique contemporaine de l'éducation s'est développée à partir de la fin des années 1950 avec les travaux de Theodore Schultz (Prix Nobel 1979, Gary Becker (Prix Nobel 1992) et Jacob Mincer qui ont fondé la théorie du capital humain. Selon cette théorie, les compétences acquises dans le système d'enseignement (école, collège, lycée, […] Lire la suite

ÉDUCATION - Les systèmes scolaires des pays développés

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JALLADE
  •  • 4 767 mots

Les systèmes éducatifs complexes des pays développés sont le fruit de traditions culturelles, politiques, économiques et administratives très contrastées. Ils sont à la fois déterminés par ces héritages et porteurs de changements, les politiques éducatives des gouvernements arbitrant sans cesse entre conservation et adaptation. Il en résulte une très grande diversité de structures et de pratiques […] Lire la suite

ÉDUCATION - Les nouvelles technologies au service de l'éducation

  • Écrit par 
  • Gilles BRAUN
  •  • 4 706 mots
  •  • 1 média

En modifiant profondément le rapport à la mémoire, au traitement et au transport des données textuelles, sonores ou iconographiques, les nouvelles technologies de l'information et de la communication (N.T.I.C.) influent directement sur les deux missions fondamentales de l'école que sont la transmission du savoir et la socialisation des jeunes. Plus de trente […] Lire la suite

ÉDUCATION - L'accès à l'éducation dans le monde

  • Écrit par 
  • François ORIVEL
  •  • 5 758 mots
  •  • 13 médias

L'idée d'éducation pour tous n'est pas nouvelle. Plusieurs pays européens se sont donné cet objectif dès le xixe siècle. Un certain nombre, dont la France, l'ont réalisé avant 1900. Par la suite, il fut inscrit dans la Déclaration des droits de l'homme adoptée par la communauté internationale après la […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

On pourrait penser, dans un premier temps, que les rapports entre « éduquer » et « instruire » sont simples à établir. Si l'on se réfère à la définition qu'Emmanuel Kant donne de l'éducation, à la fin du xviiie siècle, l'instruction apparaît, à côté « des soins, de la discipline et de la formation [ […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'échec du state building »  : […] Pendant une décennie, la rhétorique de la coalition occidentale et des organisations internationales est dominée par l'annonce des progrès à venir de l'État afghan. Pourtant, le régime mis en place après l'invasion de septembre 2001 ne parvient pas au niveau de contrôle territorial qu'avaient atteint les Talibans avant leur chute. Dans le domaine de la justice par exemple, la population rurale n'a […] Lire la suite

ALPHABÉTISATION

  • Écrit par 
  • Béatrice FRAENKEL, 
  • Léon GANI, 
  • Aïssatou MBODJ
  •  • 8 905 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'alphabétisation de longue durée »  : […] Lire et écrire ont longtemps été des savoir-faire réservés à des professionnels. Les premières civilisations de l'écrit, celles de la Mésopotamie, de l'Égypte ou de la Chine, confient à une caste puissante de scribes le soin de l'élaboration, tant matérielle qu'intellectuelle, des documents écrits. L'Antiquité gréco-romaine, qui voit l'expansion de l'écriture alphabétique, va imposer une nouvelle […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Viviane ISAMBERT-JAMATI, « ÉDUCATION - Types et fins de l'éducation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/education-types-et-fins-de-l-education/