ÉDUCATIONSociologie de l'éducation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les acteurs et les expériences scolaires

L'éducation scolaire ne se réduit ni à l'acquisition de connaissances, ni à la distribution hiérarchique de compétences et de diplômes. En France, plus que dans d'autres pays peut-être, on attend de l'école qu'elle forme des citoyens, qu'elle accomplisse une « éducation morale » disait Émile Durkheim. L'école républicaine forgée par la IIIe République a été conçue comme une institution définissant précisément ses objectifs, ses valeurs et le rôle des maîtres et des élèves. Comme le souligne Antoine Prost, cette institution est restée extrêmement stable durant près d'un siècle. Mais aujourd'hui, la massification, la diversité des demandes sociales, le poids des médias, les transformations de la culture et de la représentation de la nation soumettent ce modèle à rude épreuve. Comment s'opère aujourd'hui l'éducation morale ?

Cette longue mutation de l'institution républicaine a plusieurs conséquences sur la socialisation des élèves qui ne peuvent plus s'appuyer sur des cadres communs et des croyances indiscutables et partagées. La relation pédagogique est fortement ébranlée et, comme le montre François Dubet, la socialisation scolaire n'est pas réductible à l'apprentissage de rôles et de « métiers » d'élève stables ; elle se constitue à travers la manière dont les individus, maîtres et élèves, construisent leur expérience singulière. Il appartient aux élèves de donner du sens à leurs études et surtout, aux enseignants de motiver leurs élèves. Pour ce qui est des élèves issus de la massification scolaire, souligne Jean-Yves Rochex, il est rare qu'ils aient été « programmés » par leur famille pour adhérer au sens des études longues dans lesquelles ils s'engagent. Il arrive souvent que la perception de l'utilité des études se délite dans les cas où leur terme professionnel apparaît incertain et lointain. De plus, l'intérêt intellectuel des élèves pour leurs études ne repose plus sur le monopole culturel de l'école « concurrencée » par les médias et les nouvelles technologies de communication. Au fur et à mesure que les études s'allongent et que tous s'y engagent, le sens de ces études est vécu comme un problème parce que les élèves doivent construire les apprentissages qui ne sont plus totalement cadrés par l'institution. Cette évolution devient la principale difficulté du métier d'enseignant quand il ne s'exerce pas dans les classes de l'élite scolaire et sociale. Depuis une quinzaine d'années, la sociologie de l'éducation s'intéresse de plus en plus à la subjectivité des acteurs afin de cerner la nature profonde du travail éducatif. Les professeurs doivent construire leur autorité, ils doivent s'engager subjectivement dans une relation pédagogique afin que les élèves s'y engagent à leur tour, comme le montrent Anne Barrère et Patrick Rayou. Comment la vocation professionnelle se transforme-t-elle en métier ? Comment se réalise le travail des enseignants ? Comment apprennent les élèves ?

Au fil des années, les recherches en éducation se sont multipliées, répondant aux intérêts des chercheurs autant qu'aux inquiétudes et aux préoccupations de la société. Les théories et les méthodes de la sociologie de l'éducation sont des plus diverses. Cependant, le champ de cette sociologie est loin d'être désorganisé et sans principe car, si les points de vue sont multiples, ses objets et ses questions se ramènent à quelques thèmes essentiels où les intérêts de connaissance le partagent au désir, plus ou moins affirmé, d'améliorer l'école. Comment se forment les grandes inégalités scolaires, à quoi sert l'école, comment fonctionne-t-elle, comment les élèves se forment-ils comme des sujets à travers leur apprentissage, leurs projets et leurs échecs ? Toutes ces questions sont à la fois théoriques et pratiques et il est évident que, dans des sociétés qui ont le sentiment que leur avenir se joue sur la qualité de leur système de formation, la sociologie de l'éducation occupe une place fondamentale dans l'action que la société exerce sur elle-même.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Raymond Boudon

Raymond Boudon
Crédits : D.R.

photographie

Enseignement des sciences à l'école primaire: le mouvement «La main à la pâte»

Enseignement des sciences à l'école primaire: le mouvement «La main à la pâte»
Crédits : La main à la pâte, 2001

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  ÉDUCATION  » est également traité dans :

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le dernier quart du xxe siècle, la pensée de l'éducation prend position en fonction d'une triple référence : l'histoire ancienne et moderne des rapports entre éducation et philosophie dans la culture occidentale ; la remise en question théorique et pratique de l'huma […] Lire la suite

ÉDUCATION - Types et fins de l'éducation

  • Écrit par 
  • Viviane ISAMBERT-JAMATI
  •  • 3 810 mots

Prise dans la perspective que l'on va adopter, l'éducation est au fondement même de toute société. On traitera ici, non pas de n'importe quel processus de développement et de perfectionnement des individus sous l'action d'autrui, mais seulement de ce processus lorsqu'il met en jeu des adultes à titre d'éducateurs et des êtres non encore adultes à titre d'édu […] Lire la suite

ÉDUCATION - L'histoire de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 410 mots

À partir de la fin du xviiie siècle, au sein des sociétés européennes en évolution, l'éducation allait se manifester à la fois comme un enjeu social, comme une composante de la croissance économique, comme une organisation nationale, comme une idée régulatrice et un projet de gouvernement. Il était dès lors prévisible que le propos sur l'éducation en […] Lire la suite

ÉDUCATION - Économie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François LECLERCQ
  •  • 3 976 mots

L'approche économique contemporaine de l'éducation s'est développée à partir de la fin des années 1950 avec les travaux de Theodore Schultz (Prix Nobel 1979, Gary Becker (Prix Nobel 1992) et Jacob Mincer qui ont fondé la théorie du capital humain. Selon cette théorie, les compétences acquises dans le système d'enseignement (école, collège, lycée, […] Lire la suite

ÉDUCATION - Les systèmes scolaires des pays développés

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JALLADE
  •  • 4 767 mots

Les systèmes éducatifs complexes des pays développés sont le fruit de traditions culturelles, politiques, économiques et administratives très contrastées. Ils sont à la fois déterminés par ces héritages et porteurs de changements, les politiques éducatives des gouvernements arbitrant sans cesse entre conservation et adaptation. Il en résulte une très grande diversité de structures et de pratiques […] Lire la suite

ÉDUCATION - Les nouvelles technologies au service de l'éducation

  • Écrit par 
  • Gilles BRAUN
  •  • 4 706 mots
  •  • 1 média

En modifiant profondément le rapport à la mémoire, au traitement et au transport des données textuelles, sonores ou iconographiques, les nouvelles technologies de l'information et de la communication (N.T.I.C.) influent directement sur les deux missions fondamentales de l'école que sont la transmission du savoir et la socialisation des jeunes. Plus de trente […] Lire la suite

ÉDUCATION - L'accès à l'éducation dans le monde

  • Écrit par 
  • François ORIVEL
  •  • 5 758 mots
  •  • 13 médias

L'idée d'éducation pour tous n'est pas nouvelle. Plusieurs pays européens se sont donné cet objectif dès le xixe siècle. Un certain nombre, dont la France, l'ont réalisé avant 1900. Par la suite, il fut inscrit dans la Déclaration des droits de l'homme adoptée par la communauté internationale après la […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

On pourrait penser, dans un premier temps, que les rapports entre « éduquer » et « instruire » sont simples à établir. Si l'on se réfère à la définition qu'Emmanuel Kant donne de l'éducation, à la fin du xviiie siècle, l'instruction apparaît, à côté « des soins, de la discipline et de la formation [ […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'échec du state building »  : […] Pendant une décennie, la rhétorique de la coalition occidentale et des organisations internationales est dominée par l'annonce des progrès à venir de l'État afghan. Pourtant, le régime mis en place après l'invasion de septembre 2001 ne parvient pas au niveau de contrôle territorial qu'avaient atteint les Talibans avant leur chute. Dans le domaine de la justice par exemple, la population rurale n'a […] Lire la suite

ALPHABÉTISATION

  • Écrit par 
  • Béatrice FRAENKEL, 
  • Léon GANI, 
  • Aïssatou MBODJ
  •  • 8 905 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'alphabétisation de longue durée »  : […] Lire et écrire ont longtemps été des savoir-faire réservés à des professionnels. Les premières civilisations de l'écrit, celles de la Mésopotamie, de l'Égypte ou de la Chine, confient à une caste puissante de scribes le soin de l'élaboration, tant matérielle qu'intellectuelle, des documents écrits. L'Antiquité gréco-romaine, qui voit l'expansion de l'écriture alphabétique, va imposer une nouvelle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-14 janvier 1983 France. Polémiques autour des projets de réforme de l'enseignement

Le 6, Louis Legrand, professeur de sciences de l'éducation à l'université Louis-Pasteur de Strasbourg, présente le rapport de la « mission d'étude pour l'amélioration du fonctionnement des collèges », mise en place un an auparavant par Alain Savary, ministre de l'Éducation nationale. Intitulé « Pour un collège démocratique », ce projet de réforme tend à limiter au maximum les redoublements, institue un système de tutorat et unifie les horaires de tous les enseignants. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François DUBET, « ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/education-sociologie-de-l-education/